Juin 2002 : Les citoyens ont droit à la parole

Alternative Citoyenne décline toute responsabilité sur la présentation peu lisible de son article dans le Beauchamp Infos précédent. La municipalité aurait-elle du mal à respecter la liberté d’expression ?

Le 21 avril, un séisme politique a secoué la France. Dans les jours qui ont suivi, nous avons diffusé un tract pour exprimer notre inquiétude face à la présence de J.M. Le Pen au second tour des élections présidentielles. Le 1er mai, nous étions présents à Paris pour appeler à voter contre l’extrême droite, contre le fascisme.

Le verdict des urnes du premier tour reflète en grande partie la désaffection des citoyens envers leurs dirigeants politiques.

Les citoyens ont besoin d’être entendus et écoutés. Trop souvent, les élus font semblant d’être à leur écoute par des poignées de mains et par leur présence à des manifestations diverses, mais ensuite, ils gèrent les dossiers sans .

C’est parce que les élus doivent être plus proches des citoyens que nous défendons les principes d’un citoyenneté pleine, entière et partagée. Les représentants de la Nation et de la Cité ont l’habitude de rendre des comptes (des contes ?) à la fin de leur mandat. Nous pensons qu’ils doivent le faire chaque fois qu’un problème ou une question se pose.

L’insécurité, qu’elle soit sociale (, , ,…), physique (agression, discrimination, incivisme quotidien,…) ou environnementale ( ou sanitaires, pollutions, déchets,…), est l’affaire de tous. Laisser penser que quelques élus, quelques policiers règleront tout n’est que pure démagogie. Ce sont des actions que nous devons choisir et mener tous ensemble, avec nos élus.

Par conséquent, il nous semble indispensable que chaque municipalité mette en place des espaces citoyens (conseils de quartiers, réunions d’information et de concertation sur les projets de la commune).

Apprenons à nous parler, à nous connaître, à vivre ensemble… Gérer la cité, c’est choisir ensemble.

Laisser un commentaire