Avril 2007 : Démocratie ou monarchie communale ?

Lors de la traditionnelle cérémonie des voeux, Monsieur le Maire s’est laissé aller à quelques « confidences ». L’une d’elle nous a d’autant plus surpris qu’elle a été reprise dans le Beauchamp Info et nous pouvons nous étonner de l’utilisation faite par le Maire du bulletin municipal pour indiquer son intention de se représenter aux prochaines échéances électorales de notre ville.

L’explication de son choix nous laisse pantois quand il dit : « Je suis Conseiller Général, il est donc nécessaire que je sois Maire. » Deux questions se posent donc : que font les maires qui ne sont pas Conseillers généraux ? Ne souffre-t-on pas du cumul des mandats justifié par des « pseudos impératifs de mise à disposition réciproque de l’un vers l’autre » ?

En fait, on est dans une sorte de constitution d’un fief (électoral). On met à contribution sa position à l’échelon départemental pour obtenir des avantages au niveau communal. Des conséquences se situent aux niveaux moral, financier et politique.

Au niveau moral, on a vu quelle pouvait être l’utilisation, peu démocratique, qu’il faisait de ses deux mandats dans la décision d’appellation du collège. Dans d’autres domaines, désavantager ses voisins (pourtant sur le même canton), en utilisant une position dominante est à l’évidence peu citoyen. L’argument de la défense de l’intérêt de sa collectivité locale ne peut y résister. Car normalement les sont cadrées et correspondent à une norme, alors faire valoir sa position pour obtenir quelque avantage est trompeur.

Au niveau financier, obtenir ces mêmes avantages, s’ils s’avèrent être supplémentaires, accentue la pression fiscale, mais on la cache puisqu’on la dilue dans la part départementale.

Au niveau politique, jouer de l’un pour faire valoir l’autre devrait au moins impliquer une cohérence, or il arrive parfois qu’on assiste à des grands écarts qui sont tus.

L’intention de Monsieur le Maire de mettre son expérience et ses connaissances à la disposition de son successeur est louable, mais ne serait -elle pas plus crédible s’il les transmettait à l’ensemble de son Conseil municipal, notamment en répondant aux questions, en mettant en oeuvre une certaine transparence au niveau des dossiers …

Son dauphin sera une dauphine (probablement). Tel un monarque, il décidera qui mettra la couronne. Après quoi, sans doute parce qu’on ne peut faire autrement, il faudra tout de même passer par les urnes …

Laisser un commentaire