Retour sur la circulation à Beauchamp

Retour sur plusieurs prises de position d’Alternative Citoyenne à propos de la circulation. Comment les candidats de la majorité sortante peuvent vous promettre aujourd’hui la réalisation de pistes cyclables ?

Octobre 2003 : Piéton ou cycliste à Beauchamp : circulez, y’a rien à voir !

L’importance donnée à ces 2 modes de déplacement, particulièrement silencieux, non polluants et économes en énergie ne nous semble pas être une priorité de la majorité municipale.

Deux exemples :
# A l’angle de l’avenue de la Gare et de la Chaussée Jules César, des emplacements de ont été créés par la municipalité…directement sur le trottoir face à un panneau de publicité, laissant au mieux un passage de… 45 cm. Question : M. le Maire-adjoint à la Circulation connaît-il la largeur d’un landau, d’un fauteuil pour handicapés ? Plus ou moins de 45 cm ? Ca passe ou ça passe pas ?
# en 2001, la Commission circulation entérinait la demande de Régis Brasseur d’installer des parkings à vélos en afin d’en encourager l’utilisation sans crainte de les voir « disparaître ». De plus cela permettrait de diminuer l’afflux de voitures sur cette zone saturée, notamment le week-end. Deux ans sont passés et rien n’a été fait. Une véritable politique de circulation douce ne serait-elle pas la bienvenue ? Il nous semble nécessaire d’initier une réflexion globale sur un plan de circulation intégrant des pistes cyclables qui sécuriserait les déplacements de nos enfants vers les écoles, et demain vers le futur .

Novembre 2003 : , école !

Cet été, les travaux de construction du restaurant scolaire ont débuté. L’accès au chantier se trouve avenue Pasteur, à l’emplacement même où se situait l’entrée des élèves de l’école Paul Bert ;

Les années précédentes, l’avenue Pasteur, jusqu’à l’avenue Anatole France, et une grande partie de la rue Paul Bert, étaient interdites à la circulation, ce qui permettait aux élèves des écoles Paul Bert et Pasteur, de rentrer et sortir de ces établissements en toute . A la rentrée 2003/2004, les parents et les élèves de l’école Paul Bert ont constaté que l’accès à l’établissement se faisait dorénavant par le portail qui se situe sur le parking de l’avenue Salengro, à côté du Centre Social.

L’étonnement fut encore plus grand lorsqu’ils constatèrent que l’avenue Salengro n’était pas interdite à la circulation. Résultat : le jour de la rentrée, un parent d’élève blessé lors d’un accident de la circulation et depuis un encombrement quotidien des abords de l’établissement ! Lors du Conseil Municipal du 21 septembre, Régis Brasseur, a interpellé la municipalité sur les risques encourus par les enfants. Il a été répondu que la rue Pasteur étant déjà barrée à cause des travaux du restaurant scolaire ( ?), il n’était pas possible d’étendre l’interdiction de circulation à l’avenue Salengro, ce qui déplacerait le flux de circulation vers l’avenue René Minier. Peut-on se satisfaire d’une telle réponse ?

Nos enfants ne méritent pas ça. Il est de la compétence de la municipalité de se charger de la sécurité des beauchampois. Nous pensons qu’il est nécessaire et urgent de fermer « 15 minutes » la rue Roger Salengro lors des entrées et sorties des enfants. D’une façon plus générale, il est temps d’engager une réflexion concertée sur les déplacements domicile-école, et plus globalement sur un plan de déplacement urbain.

Mai 2004 : Du développement durable aux circulations douces

M. Lavaud, maire de Beauchamp sait emprunter les formules dans l’ère du temps ! Pendant sa campagne pour les élections cantonales, il n’a pas craint de se faire le chantre de la circulation douce ! , depuis sa création en 2001, a défendu ce concept. Régulièrement depuis, la majorité municipale est questionnée à ce sujet :

Le parking à vélo en centre ville n’est toujours pas réalisé.
Le choix du lieu d’implantation du collège n’a pas donné lieu à une réflexion en amont sur la création de pistes cyclables sécurisées pour les futurs collégiens.

Pourtant lors de l’ concernant le projet de collège, la circulation était une des problématiques soulevées. Lors d’un conseil municipal, M. le Maire n’a pas daigné répondre à cette question importante. Mais le candidat au Conseil Général, M. Lavaud s’en est emparé pour en faire un argument électoral. Nous espérons que tous les citoyens Beauchampois verront bientôt la municipalité initier une réflexion et mettre en place une autour des circulations douces, en harmonie avec les communes avoisinantes. Par exemple, dans le cadre de ce futur collège intercommunal, il serait indispensable de relier le réseau de pistes cyclables de Taverny au nouvel établissement.

Dans le Beauchamp Infos d’Avril, M. le Maire, Conseiller Général nous informe que 5 cabinets d’architecte ont été retenus pour le futur collège. Nous demandons que les projets soient présentés aux Beauchampois (exposition, réunion publique, consultation,…) avant le choix définitif comme cela avait été fait, par exemple, pour l’aménagement de la place du Marché.

Circulation douce : « Au point mort »

Dans le Beauchamp Infos du mois de mai 2004, nous traitions de la circulation douce dans notre commune. Nous revenons aujourd’hui sur les problèmes de sécurité des cyclistes et des piétons qu’engendre l’immobilisme de la municipalité en matière de déplacements urbains.

Tout d’abord, voici la statistique réalisée par le Service Départementale de la Sécurité Routière. Elle nous indique le nombre et le type d’accidents ayant fait l’objet d’un constat de police et survenus sur la commune de Beauchamp en 2003, à savoir 10 accidents au total dont 3 concernent des cyclistes et 2 des piétons (accidents ayant entraîné des dommages corporels).

Au vu de ce constat, il est urgent de mettre en place des dispositifs adaptés pour la sécurité de tous.

La construction du collège, prévue dans la de Beauchamp, engendrera de nouveaux flux de circulation dans un secteur inadapté aux piétons et aux cyclistes. Aussi, nous souhaitons qu’une réflexion et une concertation sur le Plan de Déplacement Urbain (PDU) soient organisées par la municipalité avec tous les acteurs concernés par ce problème (les associations, les parents d’élèves, les services compétents de l’Etat et du département, les futurs élèves et évidemment tous les Beauchampois). Nous pensons que ce plan, important pour chaque commune, aurait dû être mis en place à Beauchamp depuis bien longtemps.

Un seul exemple pour illustrer cet état de fait : les sorties à vélos organisées par le de Beauchamp ne se déroulent dans les meilleures conditions qu’une fois les réseaux de pistes cyclables des communes voisines atteints.

Si vous souhaitez discuter de ce sujet avec nous et nous faire part de vos constats, de vos idées, n’hésitez pas à nous contacter.

Février 2005 : Il n’est pas trop tard pour bien circuler

Comme vous le savez, le futur collège, dont l’ouverture est prévue pour le mois de septembre 2006, sera construit à l’entrée de la zone industrielle de Beauchamp.

Cette zone se situe sur la chaussée Jules César, axe majeur de la commune sur lequel circule un nombre très élevé de voitures et de camions, notamment aux heures durant lesquelles les futurs collégiens entreront et sortiront de l’établissement.

Alors qu’il ne reste qu’un peu plus d’un an et demi avant l’ouverture du collège, aucun projet de réaménagement du site, aucun plan du collège et aucune étude sur la modification des flux de circulation de la commune (création d’un grand réseau de pistes cyclables – nouveaux trajets et dessertes des transports en commun) n’a été présenté à l’avis de la population et à l’ensemble des acteurs concernés.

Nous vous le rappelons, ce collège accueillera nos enfants et ceux de communes voisines et entraînera un changement dans les habitudes des usagers de la route et des piétons dans Beauchamp.

Devant cet énorme chantier dont nous ne connaissons aucun élément, nous sommes plus qu’inquiets. Si l’ouverture de cet établissement doit effectivement avoir lieu à la rentrée 2006, il est évident que la concertation, que nous estimons être légitime dans une , doit être très rapidement engagée.

Nous demandons donc à M. LAVAUD, Conseiller Général, de faire en sorte que ce projet soit présenté aux Beauchampoises et aux Beauchampois dans les plus brefs délais et à M. LAVAUD, Maire de Beauchamp, d’organiser dans la foulée une concertation permettant à chacune et à chacun de s’exprimer et d’apporter, le cas échéant, les modifications nécessaires au dossier.

Avril 2006 : Quand on veut, on peut !

Dans la lettre circulaire datée de février 2006 envoyée le 10 mars aux riverains du futur collège au sujet des problèmes de sécurisation des accès, M. le Maire et son adjoint à la sécurité écrivent : « il est évident qu’une réunion publique, avec la présence de 150 personnes, ne permet pas de tirer des enseignements positifs ». De quelle évidence parle-t-il ? Comment peut-on sérieusement écrire de telles choses ? Cela laisserait à penser que les gens, c’est-à-dire vous et nous, ne sont pas capables de discuter et d’échanger ensemble.

Mais, à la lecture de la phrase qui suit, on a un début d’explication. M. le Maire poursuit ainsi : « comme d’habitude, nous avons privilégié le contact démocratique direct avec les personnes intéressées, ce qui permet à chacun de s’exprimer longuement en toute indépendance et en dehors de toutes polémiques ». Là, il faudra que l’on nous explique d’où peut bien venir ce nouveau concept de « contact démocratique direct avec les personnes intéressées ». Faut-il conclure que la municipalité a peur de s’en remettre aux avis de la population ? M. le Maire a-t-il peur de perdre une miette des pouvoirs qui lui ont été conférés par l’ ?

Pour combler ce vide démocratique que nous jugeons grave, Alternative Citoyenne a pris l’initiative d’organiser elle-même cette réunion publique le 7 mars et a invité l’ensemble des riverains. Ce fut une réelle réussite où chacun a pu garder son indépendance et sa liberté de parole tout en s’enrichissant des points de vue de ses voisins avec pour seul objectif la sécurité des futurs collégiens et la tranquillité des riverains. Au final nous avons élaboré une synthèse des propositions et des demandes partagées par tous. Comme quoi quand on veut, on peut ! C’est vraiment dommage que la municipalité trouve cela antidémocratique…

Collège : pour éviter le contresens…

La réalisation du collège et de son accès donnent lieu à des commentaires, élogieux en ce qui concerne la majorité municipale et particulièrement virulents à l’égard de « certains », dont nous pensons faire partie.

Il est noté que la circulation nouvelle induite par le collège s’écoule dans de bonnes conditions « en dépit de propos alarmistes (pétitions, interpellations, articles.) surfant sur la peur et qui tendaient à affirmer l’imprévoyance de la municipalité et qu’une catastrophe était en vue ». Enfin, sont montrés du doigt « certains mauvais augures » qui avaient prévu « l’engorgement de la circulation et la catastrophe ». Demander à la majorité de mettre en œuvre des propositions qui n’émanent pas d’elle lui est manifestement intolérable.

Ce qui nous semblait et nous semble toujours important, c’est la mise en place de pistes cyclables, mais pas question selon M. le Maire …du fait du nombre « restreint » de collégiens concernés. « De toute façon ce problème ne peut se résoudre à la va vite par des études d’amateurs, non techniques et irréalistes » Le refus de la majorité municipale traduit bien ses choix politiques du « tout voiture » en matière de circulation.

Pour nous, la création de pistes cyclables est destinée à sécuriser l’accès au collège mais aussi à favoriser ce type de déplacement. Ne pas en créer parce qu’il n’y a pas suffisamment de vélos est absurde. De plus, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas eu d’accident que l’on ne doit pas tout faire pour les éviter. Des riverains notent d’ailleurs que des collégiens utilisent les trottoirs de la chaussée J. César comme pistes cyclables. Rappelons que l’étude (« d’amateurs » ?) demandée par la municipalité à des professionnels préconisait : « Pour sécuriser au mieux, une piste cyclable clairement identifiée devrait être mise en œuvre rue Pasteur et rue Victor Basch ».

Enfin la majorité municipale souligne que les élus sont à l’écoute de « l’avis de chacun » mais en dehors de « grands débats publics ou des comités de quartier » qualifiés de « débats stériles ». Alternative Citoyenne avait réuni le 7 mars 2006 une soixantaine de personnes pour débattre des conditions pour sécuriser l’accès au collège. Après présentation de l’étude circulation commandée par la Mairie, les échanges ont permis de formuler plusieurs propositions. Le 3 avril, une délégation de l’association et de riverains était reçue par M. le Maire et 2 adjoints et présentait ces propositions qui recevaient soit une réponse négative, soit aucune réponse (cf. notre site internet et bulletin de juin 2006). Lorsque M. le Maire dit que « l’avis des riverains » a été pris en compte, de qui se moque-t-il ? De quel avis s’agit-il donc ?

Enfin, énoncer que des réunions d’administrés qui débattent ensemble de leurs problèmes et proposent des solutions sont par nature « stériles » n’est-il pas particulièrement révélateur du mépris affiché à l’égard des Beauchampois par la majorité municipale ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.