Retour sur le logement

Retour sur plusieurs prises de position d’Alternative Citoyenne à propos du social. Comment les candidats de la majorité sortante peuvent vous promettre aujourd’hui la construction de , en particulier pour les jeunes ?

Janvier 2002 : Le logement social à Beauchamp

Le Maire a annoncé, au cours du Conseil Municipal du 13 décembre 2001, l’acquisition de nouveaux logements dans la Cité Cadoux. Ce choix illustre la volonté de la municipalité de continuer à concentrer les logements sociaux à la périphérie de la commune

La loi de et Renouvellement Urbain (loi ) impose à chaque commune de plus de 3500 habitants d’avoir 20 % de logements sociaux d’ici 20 ans. A Beauchamp, la rareté des terrains disponibles implique une réflexion approfondie sur les opportunités d’acquisition de logements existants en vue de les réhabiliter en logements sociaux.

Aujourd’hui, la quasi-totalité des logements sociaux se situe à la périphérie de la commune. C’est une situation que nous jugeons inacceptable. Lors du dernier Conseil municipal, le Maire a indiqué qu’il souhaitait acheter le maximum de logements dans la Cité Cadoux afin de réhabiliter ce quartier en logements sociaux. Ce choix illustre la volonté de la municipalité de continuer à concentrer les logements sociaux à la périphérie de la commune et excentrés des principaux commerces. Nous avons voté contre ce projet afin d’alerter la population contre cette dérive qui, malgré les grands discours philanthropiques du Maire, va à l’encontre même de l’équilibre de notre ville.

Nous, nous sommes opposés à cette politique qui vise à concentrer les logements sociaux dans un même espace. Dans le milieu de l’urbanisme d’aujourd’hui, il est évident que les logements doivent être éparpillés sur toute la commune pour remplir leur rôle. Il est donc nécessaire de réfléchir à l’acquisition de logements vétustes plus près du et de les réhabiliter en logements sociaux. Il peut également être envisagé la construction de pavillons de ville (4 appartements maximum) dans le afin d’augmenter la clientèle du de proximité et de le rendre plus vivant.

Toutes ces propositions sont réalistes mais encore faut-il se donner les moyens de les réaliser. Il est impératif qu’une étude préalable soit menée sur la répartition des logements sociaux sur la commune (Etude de Renouvellement Urbain). Il est nécessaire de permettre une avec l’ensemble des personnes qui veulent avoir leur mot à dire dans l’évolution de leur ville.

Octobre 2004 : Logement social, quelle cohésion sociale ?

Le projet de loi sur la décentralisation, adopté le 30 juillet dernier, donne la possibilité de déléguer aux maires la gestion du contingent préfectoral. Jusqu’ici, les représentants de l’Etat pouvaient proposer d’installer certains ménages en grande difficulté dans une partie (en général 30%) des logements sociaux construits par les organismes HLM. Cela permettait d’imposer aux élus locaux d’accueillir des ménages qui n’étaient pas forcément originaires de la commune.

La délégation de ce pouvoir aux maires risque de favoriser le clientélisme mais aussi de permettre aux maires de ne pas accueillir des personnes en grande précarité, histoire de ne pas déplaire à leur électorat. Il est pourtant préférable de favoriser une mixité sociale équilibrée plutôt que de laisser se créer des ghettos. Bien entendu, cette loi va à l’encontre des objectifs affichés jusque-là par le gouvernement en matière de logement et de cohésion sociale.

A Beauchamp, que cette loi devienne réalité ou non nous entendons que les attributions de logements sociaux se fassent conformément aux priorités sociales et dans la transparence. (à noter que Beauchamp fait partie des communes du département en queue de peloton pour atteindre les 20% prévus par la loi pour la réalisation de logements sociaux).

Juin 2006 : Logement social : une politique sans conviction

Lors du Conseil Municipal du 23 mars 2006 la Municipalité a décidé d’une part, l’acquisition de 3 appartements à la Cité Cadoux et d’autre part, un engagement triennal de réalisation d’appartements sociaux (Régis Brasseur a voté ces décisions).

Dans les 2 cas on est encore loin d’une démarche politique qui se donne réellement les moyens d’atteindre les objectifs de la loi S.R.U. « Solidarité et renouvellement urbain » de 2000 : 20% de logements sociaux en 2020 dans les communes de plus de 3500 habitants :

Les 13 logements de la Cité Cadoux ont été acquis sans que le Conseil Municipal ait débattu d’un projet d’ensemble

L’engagement triennal a été pris à la demande du Préfet. Lors d’un précédent Conseil, M. Le Maire n’avait pas caché que la réalisation de logements sociaux n’était pas sa priorité et que la commune paierait les amendes en cas de non respect des engagements. Ainsi Beauchamp qui dispose actuellement de 540 logements sociaux soit 15,57% doit en réaliser 153 d’ici 2020 pour atteindre les 20%. L’engagement triennal 2005-2007 porte sur 27 logements supplémentaires. Pour la majorité municipale les moyens de les atteindre sont la restructuration des 13 logements Cadoux et la rénovation de logements qui se libèrent. On ne peut qu’être très sceptiques de voir 14 logements se libérer d’ici le 31.12 2007… Le constat du Préfet du Val d’Oise est très clair. Dans le département le plus jeune de France, 80 communes sur 185 n’ont aucun logement social. Le foncier se raréfie et les prix augmentent. Par contre, la demande continue de progresser : croissance démographique, « décohabitation » des jeunes, augmentation des familles monoparentales. D’où un problème au niveau de la cohésion sociale de plus en plus difficile à assurer et faiblesse de la mixité du logement val d’oisien. Or, les communes qui construisent des logements sociaux le font :
# en PLS (Prêt Locatif Social) : destinés aux cadres moyens
# plutôt qu’en PLUS (Prêt Locatif à Usage Social) : destinés à garantir une mixité sociale (familles modestes et cadres moyens) ou en PLAI (Prêt Locatif Aidé d’Intégration) : destinés aux ménages plus modestes.

Les objectifs fixés par le Préfet :
# Double obligation pour les communes ayant moins de 20% de créer un nombre de logements financés en PLUS ou PLAI au moins équivalent à ceux en PLS
# Mobilisation des élus et bailleurs sociaux pour privilégier la création de logements neufs plutôt que la simple réhabilitation d’habitations existantes.

A Beauchamp ce n’est pas vraiment la direction prise.

Laisser un commentaire