Derniers jours d’enquête publique

Plus que quelques jours (d’ici le samedi 25 avril) pour donner votre avis en Mairie sur le projet de modification de plan d’occupation des sols.
Pour rappel, cette modification a pour objet :

  • D’augmenter l’emprise du secteur UEa existant à l’intérieur du périmètre de l’actuelle zone UE située dans la partie nord du territoire communal et comprise entre l’avenue des Marronniers et le Chemin de Saint Prix (résidence ).
  • De créer un secteur UEb à l’intérieur du périmètre de l’actuelle zone UE située à l’ouest du territoire communal, face au stade municipal.
  • D’actualiser la liste des emplacements réservés en fonction des opérations réalisées depuis la dernière modification (Art. L 123-1 du Code de l’Urbanisme).

A la lecture des documents, voici notre première analyse :

1. Une modification qui ne va pas améliorer la mixité sociale
La modification va à l’encontre d’un certain nombre de principes inscrits dans la loi .
En matière de mixité sociale, si la construction de nouveaux est a priori un élément favorable, les projets qui découleront de la présente modification du POS vont à l’inverse contribuer à renforcer la concentration de au sein des deux quartiers qui accueillent déjà la quasi-totalité des de la commune. Cette modification ne va donc absolument pas contribuer à renforcer la mixité sociale à l’échelle de notre territoire communal.

2. Une mauvaise densification qui fragilise les populations les moins favorisées
Cette modification intègre une évolution de certaines règles qui contribueront à renforcer la densité des constructions. Cet objectif était certes inscrit dans la loi SRU. Néanmoins, les secteurs concernés sont relativement voire très excentrés des centralités urbaines et des équipements de transports en commun.
La densification des secteurs les moins bien desservis et les moins bien animés ne va pas dans le sens du développement durable pour deux raisons principales :
– elle génère une plus grande utilisation de la voiture pour les déplacements de proximité
– pour les personnes ne bénéficiant pas de véhicules particulier (proportion plus importante justement pour les populations habitant des logements sociaux), elles se retrouvent discriminées en matière d’accès aux commerces, aux équipements de transports et aux équipements administratifs présents en centre ville, et aux équipements scolaires pour ce qui concerne la zone UEb.

Pour toutes ces raisons, cette modification ne s’inscrit absolument pas dans une logique de développement durable de la commune !

Laisser un commentaire