Développement durablabla du Maire (subitement) jardinier

La question environnementale est initiée et défendue depuis 2001 en conseil municipal et au quotidien par Alternative Citoyenne Pour Beauchamp au travers de projets et démarches. En vain, car cette question n’a jamais été abordée ou travaillée au sein même de la majorité, en conseil municipal ou en commission.
Ainsi, on reste perplexe devant l’autosatisfaction affichée par M. le Maire dans les derniers Beauchamp Infos sur ce qui lui semble être « des avancées significatives » : arrosage automatique, thermostats sur les chaudières et régulateurs sur les candélabres (allumés la nuit, éteints le jour ? Épatant !). Une renversante « mutation écologique » !

Et pourtant, les projets ratés ne manquent pas  !

Le : plus central, plus proche de Taverny, il aurait permis des déplacements plus courts, éloignés de la circulation incessante de la  et de la des entreprises, dont l’agrandissement de l’une d’elles, GDE, a été accueilli sans sourciller. Depuis 4 ans maintenant, les « élus [de la majorité] n’ont pas attendu » : à peine 4 à 5 pictogrammes de cycle au sol vers le collège, là où il aurait fallu entreprendre un véritable réseau. Le refus de la gratuité du bus pour les élèves de nos écoles, obligent les parents à prendre leur voiture pour les accompagner. C’est ça « éco-mobilité » ? Tout comme les trajets scolaires à la de Cergy-Pontoise, coûteux et polluants, alors que Taverny possède une . Les Tabernaciens au collège de Beauchamp mais pas les Beauchampois à la de Taverny. Logique !

Circulations douces : collégiens, écoliers et de nombreux habitants vont et viennent à vélo, à pied, en trottinette, en poussette… On pourrait en voir beaucoup plus si la commune se dotait d’un plan de circulations douces améliorant la sécurité et le confort de déplacement. Piétons, personnes âgées, à mobilité réduite, cyclistes seraient ainsi protégés des voitures, pacifiant le territoire communal par un maillage sans rupture.
La réfection à venir de l’avenue Denis Papin aurait dû permettre de mesurer la sincérité du Maire sur sa réelle volonté. Mais, le vice-président de la Communauté de Communes du Parisis chargé de l’environnement (notre Maire !) s’abstient d’y créer une voie cyclable, lui préférant peut-être de gros pots de fleurs… comme dans l’avenue Anatole France

Les : selon M. le Maire, « les différentes réalisations témoignent de cette volonté (de développement durable) ». Quelles sont-elles ? Le discours ne rejoint pas les actes : le Plan d’Occupation des Sols modifié en juin dernier ne comporte aucune obligation environnementale pour les nouvelles constructions.

Bio : une agriculture respectueuse de son environnement est la garantie d’un développement responsable. La municipalité doit pouvoir sélectionner ses denrées selon des critères de traçabilité, de proximité de fabrication,… et exclure les OGM, mais introduire des aliments bio. Une qualité et un goût retrouvés seront garants d’une meilleure pour nos enfants. Un an et demi après avoir demandé l’introduction d’aliments bio au restaurant scolaire on attend encore…

Norme Haute Qualité Environnementale : elle est toute désignée pour la réalisation du nouveau (comme elle aurait dû l’être lors de la réalisation du restaurant scolaire), actuellement logé dans des préfabriqués. Il intégrerait tous les dispositifs d’économie et de récupération d’énergie pour un fonctionnement en autonomie.

« Maintes autres dispositions, encore au stade de la réflexion, seront prises ».
Ainsi pas de débat. Juste une communication dans un prochain bulletin municipal où M. le Maire s’autofélicitera à nouveau !
Ces opérations de communication médiocres sont dangereuses car elles pervertissent un enjeu essentiel pour notre avenir et nous dissuadent d’en devenir les acteurs dynamiques.

Laisser un commentaire