L’étude mise à mal

learning alphabetUne nouvelle fois, le Maire et son adjointe aux affaires scolaires, Mme AVELINE, ont brillé par leur… amateurisme ou par provocation ?
Jusqu’alors, dans nos deux écoles élémentaires, les enseignants assuraient eux-mêmes une étude de qualité après l’.
En juin dernier, 1 semaine avant les grandes vacances et seulement 2 jours avant un vote au Conseil Municipal, on leur annonce que leur rémunération sera baissée de près d’un tiers ! La moitié des enseignants se mettent alors immédiatement en grève de l’étude.
A la rentrée, ce sont des personnels Bac+3 mais non qualifiés qui ont remplacé les démissionnaires.
Le 5 octobre 2012, face à la colère générale qui grandit, la municipalité organise enfin une réunion où l’on apprend que la municipalité faisait travailler les enseignants sans contrat et à des taux illégaux. M. BOULLÉ, adjoint aux finances, est copieusement hué lorsqu’il avance que «les enseignants ont pris les enfants en otage». Les adjoint(e)s se contredisent : l’une parle d’économies, l’autre au contraire d’obligations légales …
Or, des solutions techniques existent pour un maintien des taux de rémunération.
Mais, la municipalité s’est obstinée dans ce gâchis. Jamais l’avis des parents n’a été demandé. Et les enfants dans tout ça ?

Laisser un commentaire