La Gazette du Val d’Oise : Beauchamp : Le budget de la commune va être placé sous tutelle

Beauchamp : Le de la commune va être placé sous tutelle

Jeudi 11 avril, lors du conseil municipal, quinze élus sur vingt-neuf ont refusé de voter les nouveaux taux d’imposition. Le budget n’a pu être voté. Le préfet va être saisi.
Publication : 12/04/2013 à 16:53
Jeudi 11 avril, la majorité a volé en éclats, lors de ce conseil municipal “extraordinaire”.Jeudi 11 avril, la majorité a volé en éclats, lors de ce conseil municipal “extraordinaire”.
Une partie de la majorité a refusé, jeudi 11 avril, lors du conseil municipal, de voter les nouveaux taux d’imposition, dont la hausse de trois points de la taxe foncière (un peu plus de 27% d’augmentation).
Quinze élus sur vingt-neuf ont voté contre. Le vote du budget devient donc caduc pour le maire, (Ump), qui l’enlève de l’ordre du jour. Seul le budget d’assainissement est voté (à l’unanimité).

La majorité éclatée

Plus tôt, Raymond Lavaud expliquait : «si on refuse de voter les taux, les conséquences seront lourdes, avec une mise sous tutelle. Le préfet réglera notre budget. À la sauce de l’administration. On pourrait alors être au-delà des trois points d’augmentation d’impôts. On nous a bien expliqué que nos taux étaient trop faibles !».
Selon les calculs de l’élu aux finances, ces trois points signifiaient soixante-huit euros de plus pour un couple propriétaire, avec deux enfants.
Mais la majorité a volé en éclats jeudi dernier, avec un clash entre Raymond Lavaud et Franck Boullé (Ump). «Depuis 2008 (Ndlr, année de sa prise de fonction), je fais le job», a expliqué l’adjoint aux finances, évoquant un «héritage lourd». L’élu assure avoir amélioré l’autofinancement et réduit la , mais ce sont selon lui la baisse des dotations d’État, le diffèrement des versements de subventions et la rareté des financements bancaires qui auraient conduit la commune à «puiser dans ses réserves». «C’est dans ce cadre que la Trésorerie et la préfecture, eu égard à notre potentiel fiscal important, nous a accordé une avance sur recettes à hauteur d’un million d’euros. Lors d’un rendez-vous à la préfecture auquel, pour des raisons que j’ignore, je n’ai pas été convié, monsieur le maire et son Dgs (Ndlr, directeur général des services) ont accepté, sans me consulter au préalable, l’exigence du trésorier d’augmenter le taux d’imposition de la taxe foncière de trois points. Je n’aurais jamais cautionné une telle mesure».

Franck Boullé : «Une vaste fourberie»

L’élu, se disant «victime d’une vaste fourberie», a voté contre.  Dans la majorité, Maurine Blanchard, Patricia Veloso, Véronique Aveline, Danièle Idjakiren font de même. Interrogée à la sortie, Maurine Blanchard assume son vote : «Je regrette d’en arriver là, mais ce n’est pas possible d’augmenter les impôts ainsi par temps de crise, même si nous avons les taux les plus bas». Chantal Huet, conseillère de la majorité, a voté pour : «c’était une nécessité. Si on avait pu s’en dispenser… Mais je ne jette pas la pierre à mes collègues». Lucien Corticchiato avait enjoint ses collègues à «se regrouper», tout en appelant à «modifier nos méthodes». Peine perdue…

Les réactions des élus

«La commune va être placée sous tutelle de la préfecture et de la Chambre régionale des comptes. C’est déplorable que plusieurs élus aient voté pour des considérations davantage politiciennes qu’eu égard à l’augmentation qu’allait générer cette hausse des taux», confiait Raymond Lavaud au lendemain du conseil. L’élu évoque des «rivalités stupides», des «querelles intestines. J’ai été très choqué d’être traité de fourbe. C’est honteux de dire cela. On a fait passer une ambition personnelle avant l’intérêt général, je suis très déçu. Évidemment, je ne soutiens plus M. Boullé pour les élections municipales».
Françoise Nordmann (Ump), dont le groupe “Beauchamp Renouveau” s’est abstenu, a parlé d’une «politique de la terre brûlée, un mauvais calcul politique, un geste irresponsable et incohérent», en s’interrogeant sur les conséquences éventuelles : le versement des subventions aux associations, les travaux du nouveau centre de loisirs. Selon l’élue, la tutelle s’exercera pendant «au moins un an, mais peut aller jusqu’à trois ans».
«Je n’ai rien contre M. Lavaud, il a été très mal conseillé», réagit Franck Boullé.

«Terre brûlée»

«C’est une affaire technique, pas politique. La Chambre régionale des comptes remettra les compteurs à zéro. Que l’administration pilote le budget est la meilleure solution, on ne pouvait continuer ainsi, mais je ne me dédouane pas de mes responsabilités. La politique de la terre brûlée ? La végétation repart deux fois mieux après.»
«Cette équipe nous réserve chaque jour des surprises. C’est surréaliste», commentait Amine Benhallam, le secrétaire de la section Ps locale, qui a les municipales de 2014 en ligne de mire: «le Ps  ne jouera pas les seconds rôles».
Le groupe de Francine Occis, “Beauchamp à votre image”, a lancé  : «Nous n’avez toujours pas expliqué comment, avec des comptes administratifs toujours en exédent comme vous les présentiez chaque année, vous avez été confrontés “brutalement” à un trou d’un million d’euros».
Et Patrick Planche  (Eelv, du groupe “Vivre et agr ensemble”) de conclure : «Vous tentez de rejeter la responsabilité de cette augmentation en évoquant les exigences qu’aurait le directeur départemental des finances publiques. Or, cette “tension financière” n’est que le résultat d’une gestion dénuée de rigueur».

Par Daniel Chollet

Laisser un commentaire