Juin 2013 : Beauchamp sous tutelle. Opacité, incompétence et mensonges mis à jour

Que s’est-il passé le 11 avril ?

La majorité municipale a volé en éclats devant l’augmentation de 27% de la taxe foncière que le Maire et son adjoint aux Finances ont proposée au vote du Conseil Municipal. Ce même vote, déjà soumis aux élus 2 semaines auparavant mais, , avait été reporté par la majorité (le temps de revoir sa copie) grâce à l’intervention de Patrick PLANCHE.

Les taux d’imposition n’ayant pas été votés, M. le Maire  et son équipe n’ont pu procéder au vote du budget 2013 dans les délais fixés par la loi. C’est désormais le Préfet qui doit reprendre la main sur le pilotage de nos finances.

Comment en est-on arrivé  là et pouvions-nous l’éviter ?

Malgré nos alertes répétées, Beauchamp a continué de vivre au-dessus de ses moyens et ne peut désormais faire face aux factures de ses fournisseurs.

Le Maire-adjoint aux Finances, Franck BOULLÉ, reconnaît aujourd’hui que depuis 2008, « la situation financière de Beauchamp est délicate et l’héritage est lourd ». Pourtant, depuis 2001, nous dénoncions, sans nous en réjouir, cette mauvaise gestion : travaux aux coûts surdimensionnés (parc arboré, avenue Anatole France,… alors que la ville manque de nombreux équipements), autofinancement  insuffisant depuis 2004 et recours trop facile à l’emprunt, action inexistante en matière de développement économique et dépenses de fonctionnement non maîtrisées. Depuis 3 ans, les élus d’UMPBeauchamp bradent même le patrimoine de la commune pour dégager de nouvelles ressources

Aujourd’hui 7 mai :

34 associations beauchampoises n’ont toujours pas reçu leurs subventions, malgré le vote de ces dernières au Conseil Municipal de décembre 2012. Le versement devait pourtant intervenir dès la fin du mois de janvier 2013. Les crédits pour les classes de découverte 2013 n’ont pas été versés. La Chambre Régionale des Comptes, saisie par le Préfet, devrait lui communiquer ses conclusions rapidement ; il prendra les décisions nécessaires à la poursuite de la gestion financière de notre ville.

Cette mauvaise gestion devrait coûter cher aux Beauchampois qui doivent déjà supporter 25 ans de remboursement d’emprunts, toxiques ou non. Cela aurait été évitable si le Maire et sa majorité, suite à leur décision de report du vote des taux et du budget, les avaient revus comme demandé par Patrick PLANCHE. Contre toute logique, ils n’en n’ont rien fait.

Enfin, si le préfet nous impose une augmentation des impôts locaux, les élus de la majorité oublieront-ils d’assumer la situation que subiront les foyers beauchampois ?

Laisser un commentaire