La Gazette du Val d’Oise : Beauchamp : La Chambre régionale des comptes préconise une hausse de 30% de la taxe foncière : les contribuables beauchampois vont casquer

Beauchamp

La Chambre régionale des comptes préconise une hausse de 30% de la taxe foncière : les contribuables beauchampois vont casquer

Le maire attend désormais la notification du préfet du Val-d’Oise. En matière de tutelle, le préfet suit en général les propositions de la Chambre régionale des comptes.

Dernière mise à jour : 12/06/2013 à 12:18

Le conseil municipal de Beauchamp le jeudi 11 avril : un conseil à couteaux tirés au sein de la majorité.

Le conseil municipal de Beauchamp le jeudi 11 avril : un conseil à couteaux tirés au sein de la majorité.

Les contribuables beauchampois n’échapperont pas à une augmentation de près de 30% de la taxe foncière. Proposée en conseil le 11 avril, cette hausse avait été refusée, ce qui avait entraîné l’impossibilité d’adopter le , et obligé le préfet à saisir la Chambre régionale des comptes.

Celle-ci vient de rendre son avis. Elle propose sans surprise au préfet de relever le taux de la taxe foncière de trois points (de 11,02 à 14,02%) et de réduire les dépenses d’investissement de 480 000 euros.
Le maire, (UMP), se refuse à commenter l’avis de la Crc «tant que le préfet ne [lui] aura pas transmis ses conclusions».
«Cet avis n’est pas surprenant, confie Françoise Nordmann (UMP), ex-première adjointe, désormais opposante au maire et candidate aux municipales de 2014. Ce budget avait été construit par la direction départementale des finances publiques. La Crc n’allait pas contredire un autre service de l’État. Tout cela pour ça. La n’avait pas de sens».
Selon elle, la hausse des impôts ne «règle [qu’] une partie des choses». Francine Occis, conseillère d’ (sans étiquette), future candidate aux municipales de 2014, se dit «soulagée que l’augmentation des impôts n’ait pas été plus sévère», mais reste «très inquiète pour l’avenir du fait d’un nouvel emprunt de 690000 euros laissé dans le budget». Franck Boullé, l’adjoint (UMP) aux finances (aujourd’hui privé de délégation) qui avait mené la fronde en refusant la hausse des impôts, estime que «c’est ce qui était prévu», mais qu’il n’avait pas à «porter la responsabilité de cette augmentation».
Patrick Planche (EELV), conseiller d’opposition, qui sera lui aussi candidat aux municipales de 2014, s’avoue «un peu déçu. Ce n’est pas “tout ça pour ça” comme dit Mme Nordmann avec un peu de mauvaise foi. On ne pouvait pas laisser passer une augmentation de 28% des impôts. Il fallait un autre regard sur la structuration du budget. Mais on reste sur notre faim, même si le préfet n’a pas rendu encore ses conclusions. J’aurais aimé que la Chambre porte un regard plus poussé sur la situation financière. Ce n’est pas la première année qu’on a un problème d’autofinancement. Doit-on attendre d’être dans des difficultés énormes pour prendre les bonnes décisions ? Beauchamp ne peut perdurer dans ce mode de gestion.»

Les municipales de 2014 en ligne de mire

Pour Amine Benhallam, secrétaire de la section Ps locale, tout cela est du «au manque de prévoyance et de rigueur de la majorité sortante».
Patrick Planche en profite pour tacler ses futurs concurrents, «tous issus de la majorité. On peut dès lors douter de leur compétence dans la façon de gérer la ville. Il est temps de changer».
Valérie Gonçalvès (PCF), conseillère municipale d’opposition, ne dit pas autre chose. «Cette augmentation des impôts, on s’y attendait. C’est la gestion de la majorité qui est en cause. Et quand je dis majorité, j’englobe ceux qui sont opposants aujourd’hui : Mme Occis, qui était dans la majorité avant 2008, Mme Nordmann et M. Boullé. Si les choses ont changé, c’est en raison des ego de ceux qui ont voulu être calife à la place du calife et des investitures. Aujourd’hui, M. Lavaud se retrouve seul, lâché par tous. Ça fait même un peu de peine, même s’il a un comportement autoritaire»».»

Laisser un commentaire