Le Parisien : Le maire ne pourra plus gérer les emprunts

Le maire ne pourra plus gérer les emprunts

Alexandre Boucher | Publié le 08.10.2013, 07h00

 Beauchamp, hier soir. Le maire, Raymond Lavaud (UMP), a proposé lui-même le retrait de sa délégation de signature. Il a renégocié l’un des emprunts toxiques contractés auprès le la banque Dexia, sans en informer ses adjoints.

Beauchamp, hier soir. Le maire, Raymond Lavaud (UMP), a proposé lui-même le retrait de sa . Il a renégocié l’un des contractés auprès le la banque Dexia, sans en informer ses adjoints. |(LP/A. B)

Zoom

«Je vous propose l’abrogation de l’alinéa 3 de l’article 1 de la délibération du 17 mai 2010. » C’est en ses termes que Raymond Lavaud, le maire UMP de Beauchamp, a demandé lui-même aux élus de lui retirer la délégation de signature des emprunts lors du conseil municipal extraordinaire hier soir. Il a été entendu. Les conseillers municipaux ont voté à l’unanimité le retrait d’une délégation l’autorisant à « procéder à la réalisation des emprunts destinés au financement des investissements prévus par le budget et aux opérations financières utiles à la gestion des emprunts, y compris les opérations de couvertures des risques de taux et de change et passer à cet effet les actes nécessaires, pour un montant maximum de 8 M€. »

Ce résultat était prévisible depuis le conseil municipal ordinaire du 16 septembre. Ce jour-là, Raymond Lavaud annonçait avoir renégocié un des trois emprunts toxiques contractés auprès de la banque Dexia. Cette décision, prise seulement quelques mois après la du préfet et sans en informer ses adjoints, avait provoqué la démission de quatre d’entre eux. Et gonflé la colère des élus de l’opposition qui ont entrepris les démarches pour convoquer ce conseil municipal extraordinaire. Mais Francine Occis et Patrick Planche, qui conduiront respectivement les listes Beauchamp à votre image et Alternative citoyenne pour Beauchamp lors des prochaines élections municipales, n’étaient « pas dupes ». En demandant lui-même l’abrogation, ils estiment que le maire a réalisé « une pirouette visant à sauver le soldat Françoise Nordmann en vue des municipales. »

« Ça n’a aucun rapport, coupe Raymond Lavaud. C’est trop tôt pour dire si je soutiendrai quelqu’un. J’y réfléchis. Je ne m’occupe pas des personnes mais des idées. J’ai renégocié un emprunt toxique sous le contrôle des services financiers de la préfecture. Si j’ai proposé moi-même de me retirer la délégation de signature, c’est parce que je ne trouvais pas raisonnable, à six mois des élections, de continuer à prendre seul les décisions. »

Françoise Nordmann, qui bénéficie de l’investiture de l’UMP et de l’UDI, se montrait également critique envers une opposition qui « fait tout ce cinéma autour des finances en vue des élections également. » « En 2010, il n’y avait pas d’élections municipales et Mme Nordmann a voté pour donner cette délégation au maire », rétorque Francine Occis.

Le Parisien

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.