Novembre 2013 : Le Maire se saborde pour mieux protéger l’adjointe qu’il a destituée…

CM du 15/12/2011Retournement de situation au cours du conseil municipal du 7 octobre 2013 convoqué à la demande de 11 élus (7 de l’opposition et 4 dissidents).

Lors du précédent conseil (16/09/13), Raymond LAVAUD avait provoqué l’agacement de ces mêmes élus en annonçant la renégociation d’un emprunt structuré sensible sans avoir consulté le moindre conseiller municipal, déclenchant ainsi la démission de 3 maires-adjoints.

Afin de ne pas laisser la situation empirer par de nouvelles décisions irresponsables, nous avons signé, avec 9 de nos collègues, un courrier obligeant le Maire à convoquer le conseil municipal afin de soumettre au vote le retrait de sa pour de nouveaux .

Une décision qui aurait pu s’avérer difficile pour le groupe UMP de Françoise NORDMANN : soit il approuve la gestion catastrophique du Maire sur les emprunts en lui conservant sa confiance, soit il se dissocie publiquement de son héritage en tirant un trait sur son capital de voix pour les prochaines municipales.
Il faut croire qu’un accord purement électoral a été trouvé au sein des élus de la majorité pour se protéger les uns les autres d’un nouvel incident public. M. Raymond LAVAUD a d’emblée proposé aux élus présents de lui retirer cette fameuse délégation de signature, muselant ainsi toute déclaration de la part de son équipe.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Depuis 2001 et notre présence dans la minorité municipale, nous dénonçons une gestion hasardeuse d’une équipe complice dans la spirale infernale de l’endettement. Il n’y a qu’à se pencher sur les comptes administratifs de la ville : entre 2001 et 2007, c’est plus de 18 millions d’euros d’emprunts bancaires et dettes assimilées qui ont été contractés pour quel résultat ? Des équipements aux coûts surdimensionnés qui, encore aujourd’hui, laissent perplexes les Beauchampois, qui s’inquiètent pour la de plus de 2 300 euros par habitant !
Alors qu’ils nous accusaient, il y a peu, de mensonges et de tromperies dans des publications municipales, des élus de la majorité viennent de nous donner raison en évoquant une décision « surréaliste », un endettement « stratosphérique », des erreurs de gestion connues avant 2005 et dissimulées depuis.

De l’équipe élue en 2008, il ne reste plus rien à attendre si ce n’est espérer qu’il n’y ait plus d’autres catastrophes.

Laisser un commentaire