La Gazette du Val d’Oise : L’avenir de 3M inquiète toujours

L’avenir de inquiète toujours

Avec le départ programmé du Centre technique client à Cergy.

Le départ à Cergy, dans les années à venir, du centre technique client (CTC) de 3M, actuellement à Beauchamp, dans le cadre de la construction du nouveau siège social de l’entreprise (notre édition du 4 février) relance l’inquiétude autour de l’avenir de cette usine construite en 1951.

«On est passés sous la barre des 400 et nous sommes à 330 en production», explique Alain Doublet, délégué FO. L’usine, qui fabrique les éponges scotch-brite et les post-it, a perdu en 2014 une cinquantaine de salariés (dans le cadre d’un plan de départs volontairesà avec la du ruban scotch sur les site 3M d’Hutchinson (USA) et Janinow (Pologne). «On perd des emplois et des produits. Tout le monde est très inquiet pour l’avenir de ce site de quarante hectares», souligne Alain Doublet.

Pascal Seigné, conseiller municipal d’opposition du groupe Alternative citoyenne pour Beauchamp (DVG) a interrogé le maire en conseil municipal. «Le site est passé de 1175 salariés en 1994 à près de 350 aujourd’hui, la plupart ayant peu d’espoir quant à l’avenir de leur usine», a-t-il lancé, s’interrogeant sur ce que la municipalité et l’agglomération envisageaient de faire pour développer la .

Francine Occis (SE) a expliqué que la municipalité ne pouvait guère intervenir sur les décisions d’un groupe international, mais qu’elle a insisté, lors de ses rencontres avec la direction, au cours de visites sur le site, sur «le traitement social de toutes leurs décisions. Nous croyons avoir été entendus».

L’élue a insisté sur la préoccupation de l’agglomération pour l’avenir des zones industrielles. «Il est prévu d’engager dans les prochaines années plus d’un million d’euros annuellement pour leur développement. Le Parisis engage en 2015 une étude pour la requalification de la zone industrielle ouest de Beauchamp à hauteur de 50 000 euros». Selon Alain Doublet, présent au cours des visites des élus à 3M, «eux-mêmes ne semblaient guère optimistes quant à l’avenir de ce site».

Daniel Chollet

Laisser un commentaire