n°01 – Juillet 2001

Le mot du conseiller

0 commentaires. Retour haut de la page.

A tout pouvoir il faut un contre pouvoir, c’est la base de toute démocratie et c’est celui que j’exerce aujourd’hui.

Il est important que la sensibilité que je représente puisse s’exprimer au sein du Conseil Municipal. Mais peut-on être réellement entendu à Beauchamp à partir du moment où seuls le Maire et quelques adjoints disposent d’un micro ?

Le fait que les conseillers ne soient pas considérés de manière égalitaire ne gêne apparemment que moi étant donné qu’en dehors des responsables de commission les autres conseillers de la majorité ne s’expriment pas. En outre, j’avais demandé à M. le Maire lors de la Commission Information que figurent dans Beauchamp Infos les dates des prochains Conseils Municipaux. Or, il m’a été répondu que ce n’était pas possible car la date était fixée une quinzaine de jours à l’avance en fonction des emplois du temps de chacun (mais qui est chacun ?). En effet, on ne m’a jamais demandé mes “disponibilités”.

Il en va de même pour les travaux des commissions. D’après M. le Maire ils ne doivent pas être portés à la connaissance des citoyens car cela relève du fonctionnement interne du Conseil Municipal. Personnellement je ne partage pas cette analyse et je m’attacherai, tout au long de mon mandat, à vous informer sur l’ensemble des dossiers et sur les positions que je serai amené à défendre.

Régis BRASSEUR

Alternative Citoyenne vous informe

0 commentaires. Retour haut de la page.

Depuis les élections le Conseil Municipal s’est réuni à trois reprises :
Notre élu participe aux principales Commissions : Affaires Scolaires, Finances, Travaux voirie, Environnement et Urbanisme, Jeunesse, Culture et animation, Circulation et Sécurité, Information et Nouvelles technologies, Appel d’offres, Affaires Sociales.

Les points essentiels que nous avons retenus : Commission d’appel d’offres : elle s’est réunie par 2 fois sans qu’aucun membre de l’opposition n’ait été convoqué. Lors du Conseil Municipal nous avons demandé à notre élu de s’abstenir sur les votes d’attribution de marché. Par ailleurs, nous avons invité le Maire à appliquer les textes en matière de représentation proportionnelle : notre élu siégera désormais dans cette Commission.

Augmentation des tarifs de l’école de musique : nous n’avons pas soutenu cette proposition, les tarifs n’étant pas suffisamment dégressifs pour les familles à revenus moyens et modestes.

Subvention au CTTB : la majorité municipale a décidé d’octroyer une subvention complémentaire de 100.000 F pour le tennis de table (« achat » d’une joueuse) après avoir déjà déboursé 500 000 F pour la mise aux normes de compétition (éclairage) de la salle. Nous avons demandé à notre élu de s’abstenir, les subventions (directes et indirectes) attribuées à cette activité paraissant disproportionnées par rapport aux sommes allouées aux autres associations.

Logement social : en revanche, nous avons approuvé l’acquisition de 3 logements à la Cité Cadoux en vue de leur réhabilitation en logements sociaux. Nous espérons que cette orientation se poursuivra et s’accentuera dans les mois et années à venir.

L’historique du collège de Beauchamp

0 commentaires. Retour haut de la page.

Le 19 janvier 2001, le Conseil Général du Val d’Oise a décidé qu’un nouveau collège serait construit à Beauchamp afin de décharger les deux collèges de Taverny (Carré Sainte Honorine et Georges Brassens). Il aura une capacité de 600 élèves et devra donc accueillir des élèves de Taverny (environ 150) tout en garantissant la mixité sociale.

La municipalité quant à elle est chargée de trouver un terrain pouvant recevoir une telle structure. Inscrit au Plan d’Occupation des Sols comme emplacement réservé depuis 1977, le terrain de la pointe Barrachin (entre l’avenue de l’Égalité et l’avenue Boulé) est considéré par le Maire comme le seul endroit possible pour la construction de ce futur collège. Or, la société 3M, propriétaire du terrain, n’a toujours pas donné à ce jour son accord. Cette dernière a même proposé de céder à la commune un autre terrain situé de l’autre côté du stade municipal, à proximité de la résidence du stade, mais cette possibilité n’a pas été retenue par le Maire.

De son côté, la mairie de Taverny, qui dispose d’une réserve foncière à côté du Lycée Louis Jouvet, s’est déclarée prête à accueillir le futur collège si la commune de Beauchamp ne pouvait présenter en temps voulu un terrain adéquat.

Lors du conseil municipal du 7 juin 2001, le Maire a donc décidé de faire voter le principe d’expropriation au cas où aucun accord à l’amiable ne serait possible. Il appartient désormais au Maire de lancer la procédure. Dans le même temps, il a présenté au Conseil une maquette du futur collège intégrant également des installations sportives et un petit parc public. Il s’agit en fait uniquement d’un effet d’annonce puisque c’est le Conseil Général, en tant que maître d’ouvrage, qui sera chargé de la gestion du concours d’architecte et des différents contrats.

Selon le Maire, tout semble donc réglé mais les zones d’incertitude sont encore nombreuses :

Aucune étude récente ne permet d’affirmer que ce terrain n’est pas pollué. Le Maire annonce simplement qu’il a une entière confiance envers la 3M

Le Maire justifie cette confiance en se reportant à l’enquête publique datant de 1974. Or, les contrôles actuels et les normes de sécurité ne sont plus du tout les mêmes.

Enfin, aucune concertation n’a été organisée avec les riverains et l’ensemble des Beauchampois pour les informer régulièrement de l’avancée du projet ou pour les associer à sa mise en oeuvre. Notre position

Lors du dernier Conseil Municipal, nous avons demandé à notre élu de s’abstenir pour le vote concernant l’expropriation de la société 3M considérant que nous ne disposions pas des informations suffisantes. Nous ne sommes pas contre l’implantation du collège à Beauchamp mais nous souhaitons que la municipalité prenne certains engagements tels que : Un contrôle sur la qualité des sols avant toute procédure d’acquisition du terrain pour éviter que la commune doive supporter des coûts de dépollution très importants.

La création d’une commission extra municipale pour organiser la concertation.

Une étude d’impact sur les finances communales relative aux coûts engendrés par les aménagements extérieurs du futur collège qui seront supportés par la commune (création d’une nouvelle rue, d’une voie de bus, d’une piste cyclable, d’un petit parc public, d’installations sportives, d’un rond-point,…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.