n°25 – Décembre 2009

20091128 Bulletin Decembre web_Page_1 20091128 Bulletin Decembre web_Page_2 20091128 Bulletin Decembre web_Page_3 20091128 Bulletin Decembre web_Page_4

Janvier 2010 : Des inquiétudes dans les communes

0 commentaires. Retour haut de la page.

Comme tous les élus qui s’interrogent sur les finances publiques, mais aussi sur l’indépendance financière des collectivités locales, nous sommes particulièrement inquiets des orientations prises par le gouvernement.
Lors du Salon annuel des Maires de France, la Fronde grondait car la suppression de la taxe professionnelle, la réforme territoriale et le Grand Paris sont trois réformes législatives en cours qui les concernent directement (et Beauchamp aussi).

La suppression de la taxe professionnelle, dont le gouvernement affirme qu’elle sera entièrement compensée par l’État, aura plusieurs conséquences :

  • un désengagement des collectivités pour dynamiser leur territoire ;
  • une recherche de financements par l’État, déjà surendetté, de nouveaux subsides (peut-être le contribuable), par l’impôt sur le revenu ou toutes autres taxes, dont certains ont le secret ;
  • une forte tentation du même État de ne pas compenser totalement cette taxe professionnelle, comme cela arrive quasiment systématiquement lors de transferts de compétence. Ce sera alors le contribuable, par l’intermédiaire de l’impôt local (habitation et foncier) qui sera sollicité, soit environ +30% …

Pour la Communauté  de Communes, la taxe professionnelle est une part essentielle des recettes (+ de 50 %) et par conséquence pour Beauchamp également (8 millions d’euros).
La réforme territoriale aura pour principale fonction d’éloigner plus encore le citoyen de l’élu. La suppression des échelons les plus proches et le mode de scrutin à un tour particulièrement antidémocratique seront des éléments qui amplifieront le désintérêt des citoyens alors que des études récentes ont montré  que ceux-ci sont principalement impliqués à l’échelle communale.
Enfin, le Grand Paris avec son « grand 8 » sera une pompe aspirante de la plupart des investissements de l’État et de la Région, qui ne pourront plus apporter d’aide aux initiatives locales ambitieuses et cohérentes.
Ainsi, à Beauchamp, et dans le Parisis où  de nombreux chantiers devraient être mis en œuvre, le risque est grand de ne pouvoir répondre aux défis écologiques, sociaux et économiques qui nous attendent.

Coming out

0 commentaires. Retour haut de la page.

Pour ses 77 ans, M. Lavaud s’offre sa carte à l’UMP, assumant enfin son appartenance politique. Une fois de plus, l’apolitisme semble être de droite !

Développement durablabla du Maire (subitement) jardinier

0 commentaires. Retour haut de la page.

La question environnementale est initiée et défendue depuis 2001 en conseil municipal et au quotidien par Alternative Citoyenne Pour Beauchamp au travers de projets et démarches. En vain, car cette question n’a jamais été abordée ou travaillée au sein même de la majorité, en conseil municipal ou en commission.
Ainsi, on reste perplexe devant l’autosatisfaction affichée par M. le Maire dans les derniers Beauchamp Infos sur ce qui lui semble être « des avancées significatives » : arrosage automatique, thermostats sur les chaudières et régulateurs sur les candélabres (allumés la nuit, éteints le jour ? Épatant !). Une renversante « mutation écologique » !

Et pourtant, les projets ratés ne manquent pas  !

Le collège : plus central, plus proche de Taverny, il aurait permis des déplacements plus courts, éloignés de la circulation incessante de la zone industrielle et de la pollution des entreprises, dont l’agrandissement de l’une d’elles, GDE, a été accueilli sans sourciller. Depuis 4 ans maintenant, les « élus [de la majorité] n’ont pas attendu » : à peine 4 à 5 pictogrammes de cycle au sol vers le collège, là où il aurait fallu entreprendre un véritable réseau. Le refus de la gratuité du bus pour les élèves de nos écoles, obligent les parents à prendre leur voiture pour les accompagner. C’est ça « éco-mobilité » ? Tout comme les trajets scolaires à la piscine de Cergy-Pontoise, coûteux et polluants, alors que Taverny possède une piscine. Les Tabernaciens au collège de Beauchamp mais pas les Beauchampois à la piscine de Taverny. Logique !

Circulations douces : collégiens, écoliers et de nombreux habitants vont et viennent à vélo, à pied, en trottinette, en poussette… On pourrait en voir beaucoup plus si la commune se dotait d’un plan de circulations douces améliorant la sécurité et le confort de déplacement. Piétons, personnes âgées, à mobilité réduite, cyclistes seraient ainsi protégés des voitures, pacifiant le territoire communal par un maillage sans rupture.
La réfection à venir de l’avenue Denis Papin aurait dû permettre de mesurer la sincérité du Maire sur sa réelle volonté. Mais, le vice-président de la Communauté de Communes du Parisis chargé de l’environnement (notre Maire !) s’abstient d’y créer une voie cyclable, lui préférant peut-être de gros pots de fleurs… comme dans l’avenue Anatole France

Les logements sociaux : selon M. le Maire, « les différentes réalisations témoignent de cette volonté (de développement durable) ». Quelles sont-elles ? Le discours ne rejoint pas les actes : le Plan d’Occupation des Sols modifié en juin dernier ne comporte aucune obligation environnementale pour les nouvelles constructions.

Bio : une agriculture respectueuse de son environnement est la garantie d’un développement responsable. La municipalité doit pouvoir sélectionner ses denrées selon des critères de traçabilité, de proximité de fabrication,… et exclure les OGM, mais introduire des aliments bio. Une qualité et un goût retrouvés seront garants d’une meilleure santé pour nos enfants. Un an et demi après avoir demandé l’introduction d’aliments bio au restaurant scolaire on attend encore…

Norme Haute Qualité Environnementale : elle est toute désignée pour la réalisation du nouveau centre de loisirs (comme elle aurait dû l’être lors de la réalisation du restaurant scolaire), actuellement logé dans des préfabriqués. Il intégrerait tous les dispositifs d’économie et de récupération d’énergie pour un fonctionnement en autonomie.

« Maintes autres dispositions, encore au stade de la réflexion, seront prises ».
Ainsi pas de débat. Juste une communication dans un prochain bulletin municipal où M. le Maire s’autofélicitera à nouveau !
Ces opérations de communication médiocres sont dangereuses car elles pervertissent un enjeu essentiel pour notre avenir et nous dissuadent d’en devenir les acteurs dynamiques.

Votation Citoyenne

0 commentaires. Retour haut de la page.

La France des citoyens s’est mobilisée pour participer à un référendum d’initiative populaire. Fidèle à nos promesses de campagne de défendre le service public, nous nous sommes engagés, avec les forces de Gauche beauchampoises, pour vous permettre de donner votre avis sur le maintien de la Poste et de son service aux habitants. Vous avez été très nombreux à vous exprimer le jour de cette consultation populaire, contre la privatisation de la Poste et vos témoignages nous ont montré votre attachement à ce service public. Plus de 2,3 millions de Français ont souhaité dire non au projet du gouvernement. La mobilisation continue, les citoyens, les organisations syndicales et les partis de gauche se concertent pour continuer la lutte. Ce projet doit être abandonné, dans l’intérêt de tous. Une carte postale « Sauvons la Poste » à l’attention du Président de la République est d’ailleurs disponible pour exprimer notre détermination. Nous voulons à Beauchamp comme ailleurs garder la Poste, notre Poste.

Parents d’élèves : la colère gronde

0 commentaires. Retour haut de la page.

En un an, les services périscolaires proposés par la mairie ont été annualisés alors qu’ils étaient en inscription journalière. Malgré les courriers, les réunions et les commissions, la municipalité a choisi d’ignorer les difficultés quotidiennes des parents auxquels on demande de plus en plus de flexibilité au travail.
Ces nouvelles mesures contraignantes ont été mises en place afin de réaliser des économies alors qu’aucune étude (connue) n’en a prouvé l’efficacité.
Ce dispositif est contre-productif : désormais les enfants restent à la cantine ou au centre de loisirs puisque leurs parents ont déjà payé ! Ainsi, les cantines sont aujourd’hui surchargées, alors que des parents auraient parfois la possibilité de ne pas utiliser ces services.
Pire ! M. le Maire promettait que ces nouvelles modalités permettraient de ne pas augmenter les tarifs : la majorité des familles a vu sa facture augmenter, notamment à cause de la mise en place d’un nouveau “quotient familial” en trompe-l’œil.
La réduction par enfant supplémentaire qui a été supprimée, n’a pas été compensée, pénalisant fortement les familles nombreuses.
Les tarifs pour les Hors Commune ont augmenté de 56%, sans que les familles n’aient jamais été prévenues.
Rappelons que les services périscolaires municipaux n’ont absolument pas été améliorés : pas de bio à la cantine, centre de loisirs toujours dans les préfabriqués…
Après une réduction arbitraire de la dotation des élèves, après l’absence d’investissement en matériel depuis 2 ans, après la réduction des séances de piscine scolaire, après la réduction des cars, après l’absence de projet culturel… les élèves et leurs parents sont une fois de plus pénalisés par cette municipalité qui tente, sans discernement, de sortir de l’ornière financière dans laquelle sa gestion irréfléchie l’a entraînée.

La règle des 48H
Acceptée en commission l’an dernier par la municipalité, cette règle permettait aux parents dont l’emploi du temps professionnel est flexible (police, hôpital, aviation, média…) de pouvoir inscrire leurs enfants 48h à l’avance. Aujourd’hui il faut prévenir… 1 mois à l’avance, ce qui est souvent impossible! Les associations de parents demandent que la règle des 48h soit réinstaurée.

Rappel de nos propositions :
Le projet que nous avions adressé à l’ensemble du Conseil Municipal s’appuyait sur l’Analyse des Besoins Sociaux (ABS) commandée par la Mairie.

  • Pour les ressources, un rapport de 1 à 4 entre la tranche la plus basse et la tranche la plus élevée. (Mairie : rapport de 1 à 2,35)
  • 8 tranches de ressources (9 avec les hors communes) afin de permettre une plus grande progressivité (Mairie : 5 tranches, 6 avec les hors communes)
  • une participation des familles évoluant progressivement avec les ressources de 20% à 80% (Mairie : 25 à 82,5% sans lien précis avec l’évolution des ressources)
  • 1 part par enfant comme la CAF l’utilise ce qui diminue sensiblement le Quotient Familial dans les familles ayant plus d’un enfant (Mairie : ½ part).

Beauchamp, une AMAP en vue

2 commentaires. Retour haut de la page.

Le Grenelle de l’environnement a souligné l’intérêt des Français pour l’alimentation bio.
Les objectifs de multiplier par 3 les surfaces en culture bio en 5 ans (et par 10 en 2020) et d’introduire 20 % de produits bios dans les cantines se heurtent à des réalités contradictoires.
D’autre part, l’accompagnement à l’installation de nouveaux producteurs reste plus que timide alors qu’il doit être volontariste de la part des pouvoirs publics (aides financière, humaine, technique, formative) et de la corporation (chambres d’agriculture, coopératives, …).
Cependant, des solutions existent, le plus souvent portées par des associations ou des citoyens. Les Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP) consistent en un partenariat entre un agriculteur (“un producteur”) et un groupe de consommateurs (ou “consom’acteurs”) qui s’engagent par un système d’abonnement à acheter les produits sur une période définie (6 mois / 1 an) et à venir chercher leur panier à un point de distribution une fois par semaine. Cela peut concerner différents produits : légumes, fruits, œufs, lait, miel, viande… Ces associations permettent aux producteurs, parfois en difficulté, de redresser la tête et de pouvoir vivre dignement de leur travail. Elles sont donc directement productrices d’emplois ! Malheureusement, si plus de 60 AMAP existent en Île-de-France, les listes d’attente s’allongent pour pouvoir y adhérer, et près de 30 AMAP sont sans producteurs ! (En Île-de-France, 70% des maraîchers ont disparu en moins de 20 ans sous la pression de l’urbanisation).
Pour l’installation de jeunes, c’est souvent la « galère », car l’heure est plutôt à l’agrandissement, à la concentration et à la suppression d’emplois, et les terres mises en disponibilité (notamment par les départs à la retraite) sont généralement transmises aux « gros » agriculteurs. Les regroupements opérés par la fondation « Terre de Liens » ou encore par les Groupements Fonciers Agricoles (GFA) réussissent à aider quelques jeunes.

Alternative Citoyenne Pour Beauchamp consciente et engagée va s’inscrire dans cette dynamique et étudie actuellement la création d’une AMAP, ouverte aux citoyens désireux de bien-être personnel dans un environnement sanitaire, économique et social  plus riant.

ll l’a dit…

0 commentaires. Retour haut de la page.

En parcourant les réponses déconcertantes faites aux questions d’habitants dans “le coin des internautes” sur le site internet de la ville, on pourrait ainsi dresser le portrait du Beauchampois vu par M. le Maire et sa majorité.

  • le Beauchampois s’intéresse peu à la vie associative et administrative : “les panneaux […] sont généralement très peu lus, moins de 1% de la population“. De même qu’à la vie politique car « de nombreux lecteurs font part de leur désintérêt pour la rubrique Tribunes Libres ».
  • le Beauchampois vient s’installer “pour le cadre de vie et pour le montant des impôts“. Pourtant, au niveau du département en 2008, Beauchamp se classe 64ème/185 pour la taxe foncière et 146ème/185 pour la taxe d’habitation. Autant le prévenir que cela s’est accentué depuis, avec les augmentations des 2 dernières années.
  • le Beauchampois « n’a rien à craindre » quant à la production de l’usine 3M France. « Résidents du stade ou d’ailleurs ne sont pas soumis ni à une quelconque pollution, ni à des nuisances ». Les riverains pourront certainement le confirmer, il n’y aucune odeur ni aucun bruit émis par le site, notamment la nuit !
  • le Beauchampois n’a pas à s’inquiéter de l’augmentation du nombre de véhicules car « la population beauchampoise n’augmentant pas, il reste peu probable que le nombre de véhicules progresse ». Il est vrai que les rues de notre commune ne sont autorisés qu’aux résidents !
  • le Beauchampois n’a pas à réclamer des chicanes ou autres dispositifs de ralentissement comme dans les communes avoisinantes car c’est « dangereux et […] qu’en cas d’accident, c’est le Maire qui est responsable ». Le Beauchampois doit se contenter du stationnement alterné (« dont la plupart des riverains reconnaissent le bien fondé ») et du croisement avec les différents voies adjacentes qui « obligent la grande majorité des automobilistes à pratiquer une vitesse modérée ». De même, aux abords des établissements scolaires, il est tranquille car « dès la sortie des écoles, les véhicules des parents ralentissent obligatoirement ». Donc il ne faut s’attendre à aucune sensibilisation de la part de la Mairie, notamment en matière de stationnement où de toute façon « un panneau ou des bandes de peinture jaune ne changeront rien au comportement des automobilistes indisciplinés qui n’en tiennent pas compte ». « De plus, la présence d’un passage [piéton] n’empêche pas les accidents ». Bref, on ne peut rien y faire, c’est comme ça !

Bref, une vision restreinte et peu représentative de ce que peuvent réaliser un Maire et son équipe. Des réponses et des solutions appropriées existent, mais surtout ne les mettons pas en œuvre ! C’est vrai qu’elles n’étaient pas au programme du Maire élu par 26,3 % des inscrits.I

Des chiffres éloquents

0 commentaires. Retour haut de la page.

Les données INSEE communales issues du dernier recensement (janvier 2008) sont disponibles depuis le mois de juin. Au delà d’une baisse de la population, certes faible, elles mettent en valeur différents constats que nous avons déjà exprimés depuis 2001 et pour lesquels différentes solutions sont applicables quelles que soient les orientations politiques.

L’âge des résidents
Le nombre de plus de 60 ans augmente sensiblement (23% de la population). Cependant, à l’inverse, le nombre de moins de 20 ans diminue (23,8 %). Cette tendance renforce le caractère vieillissant de notre commune qui se distingue singulièrement de ses voisines et affiche un rapport de 1 (+ 60 ans) pour un 1 (-20 ans) alors qu’il est plutôt de 1 pour 2 au niveau du département reconnu pour sa jeunesse.

Le commerce
Au sein d’une intercommunalité forte en emplois liés au commerce (notamment grâce la D14 et les différentes enseignes marchandes), Beauchamp se distingue et n’atteint que 11,4 % de salariés dans ce domaine d’activité en restant encore très liée à l’industrie (29,2 %) et la construction (15,9 %) et surtout les services (43,5 % qui incluent environ un tiers de postes de fonction publique)

Le logement
Dernier constat, 176 logements sont indiqués comme vacants en 2006 (presque 5%), soit bien plus que le nombre de logements requis pour satisfaire à la loi SRU. De quoi encourager nos propositions visant à intégrer du logement solidaire au sein du tissu urbain sans recourir à une politique d’urbanisation massive (souvent répliquée par M. le Maire)

Que deviennent nos déchets ? [VIDEO]

0 commentaires. Retour haut de la page.

C’était l’objet de la visite organisée le 22 mai 2009 par Alternative Citoyenne pour Beauchamp. Nous étions plus d’une trentaine de beauchampois à découvrir le site d’Auror’Environnement à Saint-Ouen l’Aumône où vos déchets sont éliminés ou recyclés.


Laisser un commentaire