n°31 – Janvier 2013

Notre bulletin de janvier 2013

0 commentaires. Retour haut de la page.

 


20130112 Bulletin n°31 v9 web_Page_1 20130112 Bulletin n°31 v9 web_Page_2 20130112 Bulletin n°31 v9 web_Page_3 20130112 Bulletin n°31 v9 web_Page_4

Bientôt dans vos boîtes aux lettres

Edito de notre bulletin de janvier 2013

0 commentaires. Retour haut de la page.

En cette dernière année de mandat où des élus quittent le radeau de la majorité et se déchirent pour espérer en devenir le capitaine, nous sommes amenés à nous pencher sur le rôle et le bilan de cette majorité.
Depuis déjà 12 ans, nous observons et dénonçons une mairie au fonctionnement pour le moins archaïque.

Quel décalage entre les promesses de démocratie locale et la réalité du fonctionnement du Conseil Municipal et des commissions ! L’essentiel des décisions est pris au préalable par les cadres dirigeants, ne laissant place à aucun débat. L’information arrive au compte-gouttes, voire pas du tout, aux élus de la majorité ou de la minorité.

Nous sommes bien loin de la démocratie participative où les élus sont garants du mandat qui leur a été confié par des citoyens. Les élus se doivent d’informer, afin que les citoyens puissent s’exprimer et s’impliquer dans la vie de leur commune en participant à des Conseils de quartiers, Comités d’Initiative et de Consultation, Comités d’Intérêts Locaux…

Pour assurer l’animation de sa ville, l’élu municipal a trois rôles importants :

  • Celui de représenter ses concitoyens, même ceux qui ne l’ont pas élu. Au plus près d’eux, il est le porte-parole de leurs préoccupations au Conseil Municipal car ils lui ont délégué ces responsabilités. Aussi, doit-il tenir informés les habitants et les consulter sur leurs besoins et leurs attentes. C’est une forme de démocratie participative.
  • Celui de «législateur» dans le cadre des compétences données aux collectivités locales. Au sein du Conseil, il doit adopter des orientations, élaborer des politiques, établir des réglementations et faire souvent preuve d’inventivité et d’intelligence pour administrer en considérant l’intérêt général de la communauté comme une priorité.
  • Celui de suivre les dépenses publiques scrupuleusement avec une vision à long terme. Il veille à l’efficacité et à l’utilisation des ressources de la municipalité. L’élu des élus, le Maire, en tant que chef du personnel, recrute, accompagne et motive tous les agents.

Sommes-nous dans cette réalité à Beauchamp ?

En assistant aux Conseils Municipaux ou en les visionnant sur notre site, vous ne pouvez qu’être atterrés par l’absence chronique de débat. Pire, les maires-adjoints reconnaissent bien souvent leur incompétence ou leur impuissance à répondre à vos attentes et à vos questions. Et c’est cette même majorité, décidément servile, qui a voté les pleins pouvoirs à M. LAVAUD (dont celui de souscrire seul des emprunts, même toxiques, à hauteur de 8 millions d’euros).
Sans réel espoir que 2013 soit l’année du changement à BEAUCHAMP, nous continuerons d’aller à votre rencontre pour entendre vos préoccupations, vos projets, vos interrogations … et construire avec vous la ville dont vous avez envie dès 2014.

Sylvia CERIANI et Patrick PLANCHE

Déni d’urgence

0 commentaires. Retour haut de la page.

Alternative Citoyenne pour Beauchamp a organisé une projection-débat le vendredi 12 octobre (à revoir sur notre site internet), afin d’expliquer aux habitants et aux élus la situation dans laquelle se trouve la Ville après avoir contracté des emprunts toxiques à 2 reprises en 2007 et 2012 (le Maire ayant reçu les pleins pouvoirs de son équipe y compris de ceux qui sont aujourd’hui « opposants »)
Persuadés que la situation impose la mobilisation de tous les élus de la ville, quels que soient leurs engagements politiques, nous avons demandé à M. LAVAUD la création d’une commission municipale dédiée. Celui-ci a aussitôt refusé.

Aurait-il quelque chose à craindre ?

Bibliothèque déserte

0 commentaires. Retour haut de la page.

La bibliothèque est un marqueur fort du dynamisme culturel ou non d’une commune. A Beauchamp, les séances pour les élèves se sont raréfiées année après année : seulement 7 classes sur 33 (maternelles et élémentaires) y ont encore accès pour des projets. Il n’y a plus aucun prêt de livres.
Comment qualifier la politique du maire qui néglige à ce point l’éducation et l’épanouissement des enfants de Beauchamp et leur accès aux équipements culturels ?

Quand les impôts vous sont contés…

0 commentaires. Retour haut de la page.

Vous avez pu lire dans le Beauchamp Infos de novembre une page pseudo-pédagogique pour vous aider à « décrypter votre feuille d’impôts locaux ». Mais ce décodage truque encore une fois la réalité.
D’abord, la Taxe d’Habitation augmente entre 2008 et 2012, hors revalorisation des bases de 3 % (et non 2 %), et la part communale progresse de 5,5 %.

L’augmentation de la Taxe Foncière sur le long terme est simplement «oubliée» : + 35,7 % entre 2006 et 2012, soit l’une des plus fortes du département ! (cf Le Parisien du 11/10/2012).
La responsabilité est rejetée sur l’augmentation importante de la part départementale. Or, avant 2011, la part départementale était prélevée sur la Taxe d’Habitation et la Taxe Foncière. Désormais reportée uniquement sur la Taxe Foncière, elle concerne une plus faible partie des ménages. En 2011, la Taxe d’Habitation voit la rubrique Intercommunalité remplacer celle du département et son montant progresse de 15 % par rapport à la part départementale de 2010 !

Quant à la TEOM, il ne s’agit pas d’un impôt mais du coût du collectage et traitement de nos déchets.

PLU et PADD, décryptage

0 commentaires. Retour haut de la page.

Le Plan Local d’Urbanisme (PLU) est un document qui, à l’échelle d’une commune ou d’un groupement de communes, établit un projet global d’urbanisme et d’aménagement et fixe en conséquence les règles générales d’utilisation du sol sur le territoire considéré.

Il comprend :

  • un rapport de présentation, qui contient un diagnostic et explique les choix effectués
  • un Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) qui définit les orientations générales d’aménagement et d’urbanisme
  • éventuellement, des orientations d’aménagement relatives à certains quartiers ou secteurs
  • un règlement et des documents graphiques, qui délimitent les zones urbaines (U), les zones à urbaniser (AU), les zones agricoles (A) et les zones naturelles et forestières (N), et fixent les règles générales

Quelle stratégie d’aménagement pour Beauchamp ?

0 commentaires. Retour haut de la page.

Lors du conseil municipal du 15 novembre, M. le Maire et les élus qui, a priori, le soutiennent encore ont présenté les orientations qu’ils ont retenues pour le PADD du futur PLU.

Premier constat : la majorité municipale n’assume pas son bilan, pire, elle l’occulte.

Le diagnostic qui a été présenté était très incomplet, comme si la majorité municipale avait peur d’afficher son bilan catastrophique des 30 dernières années de mandature :

  • aucune évaluation quantitative de la capacité actuelle des équipements publics,
  • aucune analyse permettant de comprendre pourquoi le commerce s’est affaibli depuis de nombreuses années, notamment en centre-ville, ni même d’évaluation des conditions de maintien des commerces actuels ou du potentiel d’accueil de nouveaux commerces,
  • aucun examen de l’évolution de l’emploi ni du tissu économique sur la commune,
  • aucune analyse sur notre réseau routier, sur les grands axes de circulation qui doivent être renforcés, sur la qualité ou non des liaisons entre les quartiers, vers les équipements publics ou le centre-ville, sur les besoins en renforcement des liaisons cyclables ou piétonnes,
  • quasiment aucune réflexion sur la gestion des nuisances et des risques dans la ville (nuisances sonores, visuelles, olfactives,…) ni sur les conflits d’usage, notamment au niveau des zones d’activités économiques.

La conséquence : le PADD n’est pas à la hauteur des défis de notre commune.

Les dernières statistiques de l’INSEE montrent que notre commune perd des habitants, des emplois, des entreprises, des commerces… bref de l’attractivité.

Deuxième constat : l’absence de diagnostic objectif conduit la majorité à proposer des orientations politiques d’une pauvreté affligeante et qui ne répondent en rien aux réels enjeux :

  • aucune stratégie de redynamisation du commerce de centre ville ou de notre tissu économique : suffira-t-il de poser quelques pots de fleurs et des bancs sur la place du marché ?
  • aucune réflexion sur les liens et les synergies avec les communes avoisinantes, comme si Beauchamp était une île : M. LAVAUD ne serait-il pas pourtant président de la communauté d’agglomération du Parisis ?
  • aucune évaluation du « point mort », c’est-à-dire du nombre de logements à construire par an pour maintenir le même niveau de population sur la commune : sommes-nous condamnés à avoir une population qui diminue et qui vieillit, ce qui aura évidemment de lourdes conséquences sur notre attractivité et sur nos finances locales ?

Nous ne pouvons accepter un tel scénario qui va encore accélérer le processus de dévalorisation de notre commune.
Depuis plus de 10 ans nous alertons la majorité et l’ensemble des Beauchampois sur l’impérieuse nécessité de prendre enfin en main le devenir de notre commune. Il ne s’agit en rien de choix partisans ou idéologiques. Il s’agit juste de vouloir enfin maîtriser le devenir de notre commune, tous ensemble.

Un PLU n’est pas la propriété d’un Maire ou d’une équipe municipale, c’est un outil au service de l’ensemble de la commune !

Nous vous appelons donc à vous mobiliser dans le cadre des différents temps de concertation à venir afin de pousser la majorité municipale à enfin réaliser un véritable diagnostic de notre commune et à faire preuve de responsabilité en n’occultant aucun sujet.

Beauchampois(es), ne laissons pas cette majorité continuer à dégrader notre cadre de vie.

Vous avez la parole

0 commentaires. Retour haut de la page.

Vous souhaitez vous exprimer sur votre ville ? Cette rubrique est pour vous. Envoyez-nous votre article par mail ou par courrier à Alternative Citoyenne pour Beauchamp, 15 chemin de la Butte de la Bergère, 95250 BEAUCHAMP.
Nous n’avons pas modifié le texte qui nous a été adressé afin de lui laisser toute son authenticité.

« Nous sommes l’avenir. Et bien l’avenir tourne en rond ! Le jeune Beauchampois s’ennuie, c’est un fait avéré. Il n’est pas question ici de parler de l’ « inertie » des jeunes, sujet à la mode ces derniers temps, mais de celle de la mairie.
En effet, les quelques bistrots, la petite bibliothèque ainsi que la salle qui nous est réservée (totalement excentrée soit dit en passant) ne suffisent plus à nous divertir.
Deux options alors se présentent à nous : payer des moyens de transport et des activités dans une autre ville ou bien « zoner ». Et sans caricaturer un jeune qui s’ennuie a plus de chance de fumer, boire, dégrader par la même occasion des biens publics. Le tout afin de remuer les émotions qui végètent en lui.
Conséquences : la résidence des Marronniers : fermée. Résidence de la Roche Foucault : fermée. Le préau devant Paul Bert : fermé. Parc de Beauchamp : rarement sans la présence indispensable d’un policier. Et lorsqu’en été je m’abrite du soleil en toute innocence à l’ombre d’un bosquet avec une amie, toute aussi innocente, ce dernier nous demande de rester bien en vue. De quoi a-t-il peur ?
C’est un véritable cercle vicieux, plus on s’ennuie plus on nous enferme et plus on nous enferme plus on s’ennuie. Certes, les résidences sont privées mais ce ne sont que des exemples démontrant un manque d’espace flagrant pour le jeune citoyen au sein même de sa ville. Si activité il y a, on s’est bien gardé de nous en avertir. La population de Beauchamp est âgée, mais le restera-t-elle toujours ?
Le problème n’est pas aussi complexe que l’on voudrait nous faire croire ! Un café, avec une terrasse bien agréable où les différentes tranches d’âge de Beauchamp pourraient se côtoyer sans problème. Le soir, aménagé en bar dansant. Ne serait-ce pas un bon investissement ? Ajoutez-y plusieurs établissements proposant des activités variées au public et notre chère petite ville pourrait bien devenir attractive !
De plus, l’accès à la vie politique de Beauchamp n’est pas facilement accessible pour nous, alors que cela pourrait être réellement bénéfique afin d’améliorer la qualité de vie à tous. Un point de vue neuf est tout sauf un inconvénient. »

Nathanael, Beauchampois de 19 ans

Mme NORDMANN, une nouvelle épine pour la droite locale

0 commentaires. Retour haut de la page.

Mme NORDMANN a donc quitté la majorité municipale avec quatre élus afin de conquérir la mairie en 2014. Cette ex-première adjointe qui a suivi aveuglément M. LAVAUD pendant plus de 17 ans, s’érige aujourd’hui en opposante la plus farouche dénonçant « en vrac » : les dérives dans les finances, l’absence de gestion et le manque de transparence, le mal-être du personnel, les mensonges, les incompétences… Cette stratégie n’est pas neuve, Mme OCCIS l’avait déjà expérimentée peu avant l’élection de 2008 et semble l’avoir déjà oubliée si l’on en croit sa tribune dans le Beauchamp Infos (01/ 2013).
Mme NORDMANN assumera-t-elle ses responsabilités et la mise en scène de son départ suffira-t-elle à lui donner une virginité politique ?
Les Beauchampois sauront lui rafraîchir la mémoire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.