n°36 – Février 2015

Téléchargement (PDF, 520KB)

L’avenir de Beauchamp se décide avec le PLU : exprimez-vous !

0 commentaires. Retour haut de la page.

Le Plan Local d’Urbanisme est soumis aux avis des habitants de Beauchamp du 2 février au 14 mars 2015 lors de l’enquête publique en Mairie.

Un rappel de la procédure :

Elle doit permettre aux habitants d’être informés et de comprendre sa pertinence, les enjeux en présence, les intérêts soulevés, les choix effectués et les impacts qui en découlent pour le cadre de vie local et l’environnement. Cette enquête permet surtout de recueillir les observations et les requêtes des habitants.
Le 14 mars, l’enquête sera clôturée par le Maire qui transmettra le registre au Commissaire enquêteur. Celui-ci disposera d’un mois pour rédiger son rapport, ses conclusions motivées et les remettre au Maire.
Ensuite ce P.L.U sera soumis au Conseil Municipal qui se prononcera en tenant compte des avis joints au dossier, des observations du public et du rapport du commissaire enquêteur.
Voici nos observations, critiques et propositions. Si vous les partagez vous pouvez les reprendre et les consigner sur le registre d’enquête ou les adresser au commissaire enquêteur.

La concertation

La loi prévoit la mise en place d’une concertation avec la population pendant toute la durée des études. Cette concertation doit permettre un réel échange avec la population et ne pas se limiter à une information descendante.
Dans les faits, cet échange s’est limité à une réunion d’information en juin 2014 soit 2 semaines avant le Conseil Municipal qui a décidé de l’arrêt de la phase d’étude du PLU. Or, il était possible de faire mieux.

Ce qu’il faut demander :

  • la mise en ligne du projet
  • une réunion publique intermédiaire pour présenter et débattre des grandes orientations politique de développement de notre commune
  • des réunions de quartier pour construire avec les habitants, secteur par secteur, un projet qui prenne en compte leurs intérêts.

Les modalités de consultation

L’enquête se déroulera en mairie de Beauchamp du lundi 2 février au samedi 14 mars 2015 aux jours et heures habituels d’ouverture du secrétariat.
Le commissaire-enquêteur recevra en mairie de Beauchamp le lundi 2 février de 15h00 à 19h00, le mercredi 11 février de 14h00 à 17h30, le jeudi 19 février 2015 de 9h00 à 12h00, le samedi 7 mars de 9h00 à 12h00 et le samedi 14 mars de 9h00 à 12h00.
Soyez nombreux à consigner vos observations et vos attentes sur le registre prévu à cet effet ou à les adresser au commissaire-enquêteur en mairie par écrit.

notre analyse pour votre réflexion et votre participation

20150202 Bulletin n°36 v7.indd_Page_2

 

Les quartiers ouest délaissés

Problèmes identifiés : Dans ce secteur, le PLU continue de développer de nouvelles opérations juxtaposées, sans liens entre elles. Les habitants et les employés de tous ces secteurs resteront donc relégués dans des enclaves qui fonctionnent en impasse, loin des commerces et services de proximité.

Ce qu’il faut demander :

  • La création de voies pour désenclaver ces secteurs
  • La localisation d’un lieu regroupant commerces et services de proximité

Pas de préservation de notre identité

Problèmes identifiés : Malgré les incantations des équipes municipales successives, le PLU n’apporte pas de protections contre le bétonnage du parc arboré ou du Rond-Point de la Chasse. De plus, le PLU ne propose aucune mesure de protection du patrimoine bâti ni des espaces boisés situés dans les espaces privés alors que c’est justement ce qui contribue à l’identité de notre commune

Ce qu’il faut demander :

  • Un classement en zone N du parc arboré
  • Un inventaire et une protection du patrimoine bâti original comme le Rond-Point de la Chasse
  • La mise en place de zonages de protection des espaces boisés situés dans les propriétés privées

La place du logement social

Le logement social est accessible à des familles dont le revenu fiscal de référence va de 12 722 euros annuels (personne seule) à 82 691 euros annuels (6 personnes ou 1 personne et 4 à charge) selon le type de logement construit par la commune.
Le PLU localise 6 secteurs (environ 20 000 m²) destinés à accueillir des nouvelles constructions, dont 50% de logements sociaux, pour rattraper le retard pris par les majorités municipales précédentes qui ont préféré en faire le moins possible, sans mixité sociale, quitte à payer des pénalités.
Si ces opérations permettront de répondre en partie aux besoins, notamment des jeunes Beauchampois, on peut tout de même s’interroger sur les localisations prévues. Par exemple, une centaine de logements sociaux devraient être réalisés d’ici 3 ans sur une parcelle contiguë au cimetière.
Est-il franchement pertinent de continuer à regrouper les logements sociaux dans les secteurs ouest de la commune ? (cf. ci-contre : les quartiers ouest délaissés)

Pas de solutions pour le commerce et l’artisanat

Problèmes identifiés : Le PLU autorise l’implantation de commerces et de services dans quasiment l’ensemble de la commune. Cela risque donc d’affaiblir encore un peu plus le centre ville et d’accroître les nuisances pour les riverains concernés.

Ce qu’il faut demander :

  • La localisation de 1 ou 2 lieux dédiés à l’accueil des commerces et services de proximité : centre ville et un site vers l’ouest de la commune
  • Une règlementation rigoureuse de l’implantation des activités dans les zones UB et UH

Aucune vision pour notre zone d’activités

Problèmes identifiés : Le développement des entreprises et de l’emploi constitue un enjeu majeur pour redynamiser notre commune et améliorer nos ressources fiscales. Pourtant, l’analyse des besoins des entreprises est inexistante et le PLU ne propose donc quasiment aucune mesure efficace pour redynamiser notre zone d’activités. Sans vision, son attractivité et sa pérennité sont réellement menacées.

Ce qu’il faut demander :

  • Une analyse des besoins et attentes des entreprises en foncier, locaux, services, etc…
  • Une analyse fine des impacts liés aux activités par rapport aux riverains
  • La définition d’un projet de développement de la zone d’activités : vocation, sites transformables, typologie des activités et des locaux, etc…

Des contraintes mal évaluées sur la Bergère

Problèmes identifiés : Dans ce quartier, le PLU considère que ce quartier subit des risques d’inondation en cas de fortes pluies à cause notamment de remontées de nappe phréatique. Il impose donc des restrictions fortes sur les constructions (sous-sols interdits et ceux existants ne pouvant être aménagés à usage d’habitation). Or, les problèmes d’inondation de ces dernières années sont directement liés au sous-dimensionnement du réseau d’eaux pluviales qui est saturé lors de forts orages par le déversement des eaux de la « mare de Beauchamp » (située sur Pierrelaye).

Ce qu’il faut demander :

  • Une meilleure évaluation des causes des inondations et une prise en charge par les élus du problème de la « mare de Beauchamp » pour réduire les impacts et les nuisances sur le quartier de la Bergère
  • une réévaluation des contraintes pesant sur les constructions dans le PLU

Pas de réflexion sur les déplacements

Problèmes identifiés : Les flux de circulation qui traversent notre ville n’ont pas du tout été analysés. Le PLU ne propose donc pas de mesures permettant d’améliorer l’accès aux équipements et aux commerces, la réduction des flux de transit, l’organisation du stationnement, la création de parcours cyclables sécurisés, etc…

Ce qu’il faut demander :

  • Des mesures pour améliorer les mobilités douces dans la ville (piétons, vélos, poussettes, etc…)
  • Une analyse des flux de transit ou liés à la zone industrielle et des mesures de « protection »
  • Une organisation du stationnement dans la ville

Panique sur le franc suisse et donc sur nos finances

0 commentaires. Retour haut de la page.

En octobre dernier, la majorité proposait de sortir de notre emprunt adossé au franc suisse en «négociant» avec l’organisme prêteur. Nous avons été les seuls élus à nous opposer à cette décision ne donnant pas les garanties nécessaires avec une indemnité de remboursement évaluée à 10 millions d’euros ! Mme le Maire indique avoir étudié toutes les solutions possibles. Certes, mais malheureusement seule.

De l’avis d’expert, cette indemnité était surevaluée d’environ 2 millions d’euros. Comment laisser passer une telle perte alors que la Ville dit réfléchir à la dépense du moindre euro ?

euro und schweizerfranken

Avec la hausse soudaine du Franc Suisse depuis le 15 janvier, cette indemnité a dû logiquement doubler pour dépasser le plafond de signature fixé par les élus (15 millions d’euros). Tout est donc à revoir…

Comme nous le répétons depuis 2011, les élus ne peuvent plus décider seuls. Ils doivent s’entourer d’experts et s’associer aux autres communes concernées pour se défendre et revenir à des emprunts sains sans pénalités.

Toujours plus d’économies sur les enfants

0 commentaires. Retour haut de la page.

«NOUS ÉLIRE C’EST… Améliorer en priorité la vie quotidienne de tous… Faire de la jeunesse une réelle priorité» écrivait Beauchamp à votre image en mars 2014. Mais ça, c’était avant.

Si 26% des Beauchampois ont voté pour Mme Occis, 100% des parents doivent bien le regretter aujourd’hui !

Les économies réalisées sur leurs enfants confinent à l’absurde et pénalisent de nombreuses familles sans qu’aucune étude ni aucun chiffre ne vienne en démontrer la rationalité. Et que dire des justifications plus que douteuses de Mme le Maire : « Nous recentrer sur l’indispensable …/… quand le coût d’un service pour la ville est disproportionné par rapport à l’intérêt général» ? L’Education et l’aide aux familles ne sont-elles pas prioritaires et ne sont-elles pas d’intérêt général ? La solidarité est-elle devenue un gros mot à Beauchamp ?

  • aucune activité «TAP» pour 2014/2015 et 2015/2016 dans le cadre de la Réforme des rythmes scolaires (pourtant la mairie reçoit de l’Etat une aide de 50€ par enfant),
  • les agents spécialisés dans les maternelles (ATSEM) de moins en moins remplacés et parfois par des animateurs,
    bibliothèque a minima (3 à 4 séances par classe et par an !),
  • augmentation de la tarification du périscolaire,
    diminution du bio à la cantine (1 aliment par semaine !),
  • sécurisation non réalisée aux abords des écoles (signalisation, ralentisseurs),
  • graves manquements à la sécurité pour la zone hors voiture autour des écoles Pasteur et Paul Bert depuis la rentrée, sans aucune concertation ni information des parents,
  • fermeture de l’aide aux devoirs puis du Club des Marronniers depuis le 1er janvier 2015,
  • fermeture du centre de loisirs 5 jours à Noël et menace pour cet été,
  • suppression des sorties lors des dernières vacances scolaires,
  • mini-camps supprimés aux vacances de printemps,
  • aucun moyen pour le Pédibus,
  • aide quasi inexistante aux transports des élèves pour les familles éloignées,
  • suppression d’un poste de psychologue et division par 4 des interventions de la psychomotricienne au multi-accueil (0-3 ans).

Vigilance sur l’action sociale

0 commentaires. Retour haut de la page.

Les modifications apportées au budget 2014 du CCAS en fin d’année nous inquiètent. Ce budget est amputé de 60.000 € par des «économies» sur des projets non réalisés (minibus, sécurité routière, analyse des besoins sociaux,…) et par une diminution de 15.000 € de la subvention communale.

Dans une période si difficile pour de nombreux concitoyens, il apparaît essentiel que le CCAS joue un rôle moteur au niveau de la solidarité.
Nous serons attentifs aux moyens qui seront donnés à l’action sociale pour que les promesses de campagne soient enfin tenues.

 

Laisser un commentaire