Archives de catégorie : Intercommunalité

Le préfet rejette le projet d’intercommunalité

« NOUS SOMMES sous le choc. » Le sentiment de Jean-Pierre Barentin, premier adjoint PS de Taverny, résume l’état d’esprit général. Lundi soir, les élus ont appris le veto du préfet, Christian Leyrit, au projet d’intercommunalité à trois. La ville de 26 000 habitants pensait s’associer avec ses « petites » voisines Bessancourt (7 000 habitants) et Saint-Leu-la-Forêt (15 000 habitants), au 1 e r janvier prochain. Le président de la future communauté de communes était déjà pressenti (Rachid Temal, adjoint à Taverny), le siège trouvé, dans l’ancienne mairie de Taverny.

« Le périmètre n’est pas pertinent »

Mais le préfet en a décidé autrement. « Le périmètre n’est pas pertinent parce qu’il n’est pas à la bonne échelle pour l’aménagement de cet espace entre Cergy – Pontoise et la vallée de Montmorency », expliquait, hier soir, Christian Leyrit. Son avis défavorable repose en particulier sur le choix de Beauchamp et Pierrelaye, deux communes limitrophes, de tourner le dos au trio, pour se rapprocher du Parisis ( Montigny, Herblay, La Frette et Cormeilles). Cet éloignement compromettrait la cohérence du projet limité à Taverny, Bessancourt et Saint-Leu, en partie pour la préservation de la plaine de Pierrelaye- Bessancourt. Le site est un enjeu écologique majeur, compte tenu de la grave pollution aux métaux lourds et des difficultés d’y maintenir des cultures. Pourtant, le maire de Beauchamp, Raymond Lavaud (divers droite), avait tenté cet été de s’associer au trio, sa commune ayant des liens naturels avec Taverny. Mais les vieilles rivalités entre les deux villes et leur maire ont repris le dessus. Quant à Pierrelaye, elle a choisi de privilégier le développement économique autour de la D 14 et de la Patte-d’Oie d’ Herblay, au détriment de la plaine. « L’intercommunalité est un outil d’aménagement, d’urbanisme, de coopération entre les zones d’activités, précise son maire, Michel Vallade (PCF). La plaine doit être maintenue en surface agricole. Pour cela, il n’y a pas besoin de créer une communauté de communes. » Jean-Christophe Poulet, le maire (Vert) de Bessancourt, est lui aussi très attaché à la plaine et aurait aimé que l’intercommunalité se bâtisse autour des 9 communes membres du Siecuep, le syndicat chargé de la protection de cet espace naturel. Faute de pouvoir se faire, le projet a été revu à la baisse par Bessancourt. « On y travaille depuis un an, souligne Jean-Christophe Poulet. On a rencontré en 2003 le préfet précédent, qui a laissé faire. Aujourd’hui, il y a une opposition de l’Etat, sans autre suggestion. Ce refus nous laisse dans le vide. » La suite des événements, Jean-Pierre Barentin la voit ainsi : « Les trois communes resteront solidaires. Nous tenons à marquer notre désapprobation. » D’ici à la fin de la semaine, une réunion des trois maires concernés devrait avoir lieu pour décider de la contre-attaque à mener. Jean Le Gac n’exclut pas d’intenter un recours gracieux devant le ministre de l’Intérieur, si, avec les deux autres municipalités, il ne parvient pas à convaincre Christian Leyrit de changer d’avis.

Le mot du conseiller

L’intercommunalité vise à créer un espace cohérent au sein duquel il est possible d’appliquer les principes du développement durable, c’est-à-dire d’organiser une gestion coordonnée du développement économique, du bien être social et de la protection de l’environnement.

Pour avoir du sens, cette intercommunalité doit donc se concevoir au niveau d’un bassin de vie et non en fonction d’amitiés politiques. Le 31 janvier, les communes de Bessancourt, Saint-Leu-la-Forêt et Taverny organisent une première rencontre sur l’intercommunalité autour de trois tables rondes (transports, développement économique et reconquête des espaces naturels). Mais M. le Maire a rejeté cette invitation, prétextant que « la présence d’élus de Beauchamp ne manquerait pas d’être exploitée afin de conforter, voire de justifier l’intégration de Beauchamp avec les communes déjà citées ».

Cette attitude n’a aucun sens. C’est comme si M. le Maire avait peur de se compromettre avec des élus qui ne sont pas de son bord politique. Pourtant il ne cesse de répéter qu’il souhaite « examiner avec des représentants de toutes les communes environnant Beauchamp là où se situe l’intérêt d’entrer dans l’intercommunalité pour nos concitoyens ». Alors comment peut-il le savoir s’il refuse de participer à une rencontre qui va dans ce sens ?

En ce qui me concerne, je me rendrai à cette rencontre dans une démarche constructive afin de mesurer, justement, l’intérêt de Beauchamp à se rapprocher ou non de ces communes avec lesquelles nous partageons déjà nombre d’équipements et d’espaces de développement économique. Et en informant tous les Beauchampois de ce qui aura été dit, je les laisserai juger eux-mêmes de leur intérêt et de leur avenir.

C’est ÇA aussi la démocratie locale !

Octobre 2002 : L’emploi à Beauchamp, un bilan négatif

L’EMPLOI A BEAUCHAMP : UN BILAN NEGATIF

Entre 1990 et 1999, la commune de Beauchamp a perdu 711 emplois, soit une baisse de 16 %. Pourtant, sur la même période, toutes les communes voisines ont gagné des emplois (Taverny : +31,20 %, Bessancourt : +26,23 % …) et au niveau du Val d’Oise, l’emploi a crû de 12,8%. La diminution de l’emploi à Beauchamp risque d’avoir des conséquences directes sur les finances locales puisque la taxe professionnelle représente environ 35 % des recettes communales. La 3M vient de procéder à la fermeture du secteur des abrasifs. La suppression de cette unité de production va entraîner une centaine de licenciements en décembre 2002 qui viendront s’ajouter à ceux de l’année dernière. De plus, la taxe professionnelle versée par la 3M va diminuer de 1,2 millions d’Euros (Source 3M). Puisque gouverner c’est prévoir, il est urgent de diversifier notre tissu économique. Une stratégie de développement économique ne peut se faire à l’échelle d’une seule commune. C’est pourquoi il convient de rentrer dans une démarche intercommunale, comme les 2 structures dynamiques de Cergy-Pontoise et de la communauté de communes Val et Forêt. Pour l’instant, la municipalité de Beauchamp n’a pas encore entamé de démarches officielles auprès d’autres communes pour créer une structure intercommunale. Au niveau économique, il semblerait opportun de se rapprocher de Pierrelaye, Bessancourt et Taverny, dont les zones d’activités jouxtent celle de Beauchamp.

En mars 2001, dans le programme de la majorité municipale actuelle, on pouvait lire : « Appliquer le programme de requalification de la zone industrielle Ouest. » Qu’en est-il aujourd’hui ? Quelle équipe municipale s’occupe de ce problème ? N’y aurait-il pas matière à débattre au sein d’une commission municipale ?

L’intercommunalité : une opportunité pour l’emploi

Autour de notre commune, deux structures intercommunales sont très dynamiques : la ville nouvelle de Cergy-Pontoise et la communauté de communes Val et Forêt(1). Grâce à leur statut, ces deux territoires ont pu créer une dynamique au niveau de l’emploi par la mise en commun de leurs moyens et de leurs compétences. Elles ont pu élaborer des stratégies communes en matière de développement économique et offrir de meilleures conditions d’implantation pour les entreprises.

Pour l’instant, la municipalité de Beauchamp n’a pas encore entamé de démarches officielles auprès d’autres communes pour créer une structure intercommunale (Réponse du Maire à notre question lors du Conseil Municipal du 27 Mai 2002). Au niveau économique, il semblerait pourtant opportun de se rapprocher des communes de Pierrelaye, Bessancourt et Taverny dont les zones d’activités jouxtent celle de Beauchamp. Cela permettrait alors d’éviter la concurrence entre ces zones d’activités et d’en assurer une meilleure gestion. Ces zones d’activité bénéficient d’une position stratégique en termes de desserte autoroutière (A15 et A115) et de transports en commun. De plus, elles se situent sur l’axe Paris-Cergy-Pontoise qui est un axe dynamique en matière d’implantation de nouvelles entreprises.

Septembre 2002 : Intercommunalité / Mare de Beauchamp / Collège

Lors du Conseil Municipal du 27 Mai, nous avons demandé à M. le Maire ce qu’il comptait faire pour rapprocher les citoyens de leurs élus et les impliquer dans les différents projets de la commune. Depuis notre arrivée au Conseil Municipal, nous avons remarqué que la population n’était quasiment jamais consultée ou informée des différents dossiers et de leur avancement. M. le Maire a répondu que les Beauchampois sont suffisamment informés et consultés et qu’il n’est pas nécessaire d’en faire plus. Toutefois, plusieurs exemples prouvent le contraire :

L’intercommunalité

Aujourd’hui de nombreuses communes se regroupent afin de mettre en commun leurs compétences et leurs moyens pour réaliser des projets qu’elles ne pourraient, seules, mener à bien. A deux reprises, nous avons demandé à M. le Maire de nous donner son avis sur ce sujet. M. LAVAUD nous a répondu que plusieurs maires l’avaient contacté de manière informelle mais il n’a pas exprimé clairement sa position sur l’intercommunalité. Sans information, ni consultation des citoyens, les affinités politiques risquent d’être le seul critère de choix au détriment des véritables intérêts des populations.

La mare de Beauchamp

Situé face à l’Avenue Gambetta, sur le territoire de Pierrelaye, le bassin de rétention des eaux pluviales, auxquelles sont mêlées des eaux usées, est la cause d’inondations et de pollutions dans le quartier de la Bergère. Les solutions préconisées par le SIARE avec l’aval de M. LAVAUD, membre de ce syndicat, ne régleront pas les problèmes. Les riverains s’inquiètent et demandent toujours à être consultés.

Le collège

M. le Maire a dit qu’il informerait la population lorsqu’il aurait des éléments nouveaux. Or les Beauchampois attendent encore la tenue d’une réunion publique pour aborder notamment la question de son emplacement à côté de l’usine chimique 3M considérée à risques. Si le dossier est bloqué depuis plus d’un an, il y a certainement une raison autre qu’administrative… Les Beauchampois aimeraient bien la connaître.

Si vous aussi vous estimez que vous n’êtes pas suffisamment informés et si vous souhaitez participer à la vie locale de notre commune, n’hésitez pas à nous contacter. Nous vous donnons rendez-vous le 14 septembre au Forum des associations et dès aujourd’hui sur notre site Internet

Question orale de Régis BRASSEUR en vertu de l’article 22 du règlement intérieur.

Monsieur le Maire,

Depuis mon arrivée au sein du Conseil municipal, je vous ai interpellé à plusieurs reprises sur la nécessité de créer des lieux d’échange et de concertation entre les élus et la population. Depuis le 21 avril, l’ensemble de la classe politique attachée aux valeurs républicaines a pris conscience de la fracture entre les citoyens et les élus.

Partagez-vous cette analyse ? Pour réduire cette fracture et se rapprocher des citoyens, êtes vous prêt à les informer régulièrement de l’état d’avancement des dossiers en cours et notamment en ce qui concerne :

  • Le projet de Collège
  • La Mare de Beauchamp
  • Les projets d’Intercommunalité

Je vous remercie de répondre à ces interrogations récurrentes. Espérons que la lecture de cette question au cours du Conseil municipal suscitera un réel débat dès ce soir.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, mes salutations distinguées.