Archives par mot-clé : 3m

La Gazette du Val d’Oise : Beauchamp : les salariés de 3M inquiets pour leur avenir

Beauchamp : les salariés de 3M inquiets pour leur avenir

Ils se sont mis en grève lundi 7 octobre. Après l’arrêt annoncé de la production du Scotch®, les salariés du site 3M craignent pour leurs emplois et l’avenir du site.

Dernière mise à jour : 09/10/2013 à 17:23

 

Lundi 7 octobre, en matinée, devant 3M Beauchamp.
Lundi 7 octobre, en matinée, devant 3M Beauchamp.

Près de 200 salariés en grève se sont retrouvés lundi 7 octobre devant le site de 3M Beauchamp. «On n’a jamais vu une telle mobilisation !, a lancé Alain Doublet, délégué syndical Fo. La dernière grève remonte à 1997. On était 150 grévistes pour 800 salariés. On est aujourd’hui 200 pour 450 salariés». Un mouvement de protestation lancé par Force ouvrière (rejoint par la Cfe/Cgc et la Cfdt) à la suite de l’annonce de la suppression de 40 emplois sur le site (52 postes supprimés en fait, mais 12 postes reclassés sur le site), liée à l’arrêt prochain de la fabrication des rubans adhésifs Scotch®.

La production sera délocalisée aux États-Unis, à Hutchinson et le conditionnement se fera dans une autre usine en Pologne. 3M estime ainsi qu’elle va économiser sur les coûts de fabrication. Les syndicats, eux, dénoncent les nombreux départs des productions ces dernières années sur le site 3M de Beauchamp : les abrasifs, les Post-it® imprimés partis en Allemagne, entre autres.

Ils seront bientôt 392

Inquiets pour leur avenir et pour le site de Beauchamp, les salariés attendent des garanties pour les 392 salariés qui resteront après le “Plan de sauvegarde de l’emploi”. Le site compte 432 salariés. Ils étaient 1 000 dans les années 80. «Le nombre de personnels présents montre clairement l’inquiétude», explique Alain Doublet. D’autant plus que toutes les strates, de la maintenance à l’ingénierie, et toutes les professions sont réunies».

«Réaliste», Alain Doublet ne demande pas l’annulation du plan, mais que 3M «remette des productions sur le site. Il ne nous reste que les Scotch-Brite® et les Post-it®, qui margent très peu. 3M lance régulièrement de nouveaux produits, mais il ne sont jamais pour Beauchamp. Il faut qu’on sorte des produits grand public et qu’on aille vers l’industriel. S’ils veulent vraiment fermer, signons un accord qui nous garantisse des mesures d’accompagnement social correct. C’est mieux qu’une épée de Damoclès au-dessus de la tête».

Alain Doublet dit ne «plus croire aux annonces de la direction. Les investissements dont elle parle, massicot et encollage à base d’eau, ils étaient nécessaires. On supprime des postes soi-disant pour notre bien. On nous retire une épine du pied pour courir plus vite, mais ce discours est tenu depuis 30 ans!»

Conseiller d’opposition, Patrick Planche, présent sur place avec sa collègue Sylvia Ceriani, ne dit pas autre chose. «J’ai récemment interpellé M. Lavaud, président de la communauté d’agglomération, en conseil communautaire. Je l’ai interpellé à nouveau en conseil municipal. Il faut que les responsables politiques se saisissent de cette question, pour que la direction de 3M nous dise clairement où elle veut aller. Malgré les promesses faites ces dernières années, il est évident qu’on va vers un démantèlement et une fermeture de 3M Beauchamp. Ça fait des années qu’on nous raconte n’importe quoi». En conseil municipal, lundi 7 octobre, le maire de Beauchamp, Raymond Lavaud (Ump), a expliqué avoir demandé un rendez-vous avec le directeur du site 3M après avoir eu connaissance du plan de suppression d’emplois.

Valérie Gonçalvès (Pcf), conseillère d’opposition, a demandé au maire à ce que soit convoquée rapidement une table ronde associant élus, salariés et direction de l’entreprise. Selon elle, «il faut stopper l’hémorragie.» Le député de la circonscription, Jean-Noël Carpentier (Mup), a de son côté écrit au président de 3M France, Koenraad Wilms, pour «connaître [ses] intentions quant à l’avenir des salariés».

Beauchamp, France

Le Parisien : Les 3M de Beauchamp ont peur pour leur avenir

Les 3M de Beauchamp ont peur pour leur avenir

Alors que la société s’apprête à délocaliser la production de Scotch, les salariés ont manifesté hier devant l’usine.

Marie Persidat | Publié le 08.10.2013, 07h00

 Beauchamp, usine 3M hier matin. Dans la matinée, jusqu’à 200 personnes se sont rassemblées devant les locaux de l’entreprise. Le départ  à l’étranger de la production du ruban adhésif entraîne la suppression de 40 postes.

Beauchamp, usine 3M hier matin. Dans la matinée, jusqu’à 200 personnes se sont rassemblées devant les locaux de l’entreprise. Le départ à l’étranger de la production du ruban adhésif entraîne la suppression de 40 postes. | (LP/Ma.P.)

Zoom

« Venir tous les jours avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête, ce ne sont pas des conditions de travail normales… » L’angoisse et le pessimisme se lisaient dans les yeux des grévistes rassemblés hier devant l’usine 3M de Beauchamp. « On ne sait pas du tout comment tout cela va finir », résumait Alain Doublet, délégué FO qui avait appelé à la mobilisation avec ses camarades de la CFDT et de la CFE-CGC. Dix jours après l’annonce de la fin du Scotch à Beauchamp, presque tous les ouvriers avaient répondu à l’appel. Ceux qui ont consacré toute leur carrière à la fabrication du ruban adhésif (l’atelier du Scotch emploie 52 personnes) mais pas seulement. « Une grande majorité des ouvriers des Post-it et du Scotch-Brite, les deux autres productions de notre site, sont venus », constatait Alain Doublet. D’après lessyndicats, seulement une quarantaine d’employés non grévistes ont rejoint leur poste de travail hier, sur untotal de 432 employés. A partir de 4 h 30 , au lieu d’aller mettre en marche les machines, les salariés se sont relayés autour d’un piquet de grève. Dans la matinée, jusqu’à 200 personnes manifestaient ainsi ensemble leur inquiétude. Sur le site de Beauchamp, un tel mouvement général n’avait pas été organisé depuis 1997. A l’époque, les grévistes réclamaient une hausse de salaire de 600 francs (environ 90 €)… Ces préoccupations paraissent bien dérisoires à présent.

Dans quelques mois, la direction de 3M France prévoit de délocaliser la fabrication de Scotch aux Etats-Unis et en Pologne. « Cela commence à faire beaucoup », soupirent les ouvriers, en évoquant une longue liste de mesures touchant le site de Beauchamp ces dernières années. En 2001, le secteur « abrasif », employant plus de cent personnes, avait été transféré au Brésil. En 2010, la confection des Post-it imprimés partait pour l’Allemagne (70 suppressions de poste). « Et depuis deux ans, il n’y a plus d’embauches. Ceux qui partent à la retraite ne sont pas remplacés, ce qui représente une perte d’environ 45 personnes », estime Alain Doublet. « Nous avons la certitude qu’ils dépouillent le site peu à peu », regrette Jean-Claude Carré, délégué syndical central CFE-CGC. « Les investissements ici sont réduits à leur strict minimum. »

La direction assure que le plan de réorganisation, dont les modalités sont en cours de négociations, « n’affecte que le ruban adhésif ». Les cadres de 3M France mettent en avant les 2 M€ récemment investis dans la chaîne de fabrication du Post-it. « Cela ne sert qu’à maintenir un équipement vieillissant », répondent les représentants syndicaux. Ces derniers craignent de voir délocaliser à leur tour les productions des deux derniers produits phares du groupe, le Post-it et le Scotch-Brite. « On nous a annoncé que 4 à 6 millions de m2 de Post-it, sortant des machines ici, seraient bientôt découpés et conditionnés en Russie », souligne Alain Doublet. Face à tous ces mauvais présages, la direction annonçait hier soir qu’elle allait organiser, dès aujourd’hui, « une communication par groupe auprès des salariés afin de discuter et de les rassurer ». Vendredi dernier, le député du secteur Jean-Noël Carpentier (MUP) a adressé un courrier au président de 3M France, afin de lui faire part « de ses inquiétudes quant à l’avenir du site de Beauchamp » et pour lui demander des assurances concernant « la pérennité de l’usine à long terme ».

Le Parisien

 

Question de vigilance

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 7 octobre par votre élue, Sylvia CERIANI :

« Lors du CCE du vendredi 27 septembre 2013, la direction de 3M France a annoncé son intention de délocaliser sa production de ruban adhésif aux Etats-Unis et en Pologne, provoquant ainsi la suppression de 40 postes au sein de l’usine de Beauchamp.
Pourtant, lorsque Monsieur Patrick PLANCHE vous a interpellé lundi dernier sur ce dossier lors du dernier conseil communautaire, vous êtes resté très évasif voire très sceptique sur la véracité de l’information, soi-disant une rumeur qui est depuis largement relayée par la presse.
Ce plan social qui porte sur 40 emplois, succède à une énième délocalisation, celle de 2010 supprimant déjà 70 emplois. Le site de Beauchamp qui employait en 1984 plus de mille salariés, comptera moins de 400 salariés après l’arrêt du ruban adhésif.
Ces décisions successives de la Direction 3M France sont préoccupantes pour l’avenir du site et la préservation des emplois. En qualité de Maire de Beauchamp et de Président de la Communauté des Communes, avez-vous mis en place une démarche de rapprochement avec la Direction de 3M afin de connaître leurs intentions à l’égard du site de BEAUCHAMP et des salariés qui y travaillent et
quelles actions avez-vous initier sur ce dossier très préoccupant ?
Comme pour notre question posée en 2009 sur une situation identique, vous ne pourrez une nouvelle fois vous réfugier derrière la réponse toute faite “la Zone d’Activités Economiques relève de la compétence de l’intercommunalité”. Vous en avez, depuis, été élu Président. Nous attendons, donc, une réponse à la hauteur de vos responsabilités. »

Réponse de M. le Maire :

« Dès l’annonce du projet de restructuration de la société 3M comprenant la suppression de quarante emplois, j’ai immédiatement saisi en qualité de Maire de la commune la Direction Générale de la 3M ; une copie du courrier du 3 octobre 2013 vous a été remis ce jour. Par ailleurs au titre de Président de la Communauté d’Agglomération « Le Parisis » et conjointement avec M. Patrick BARBE, Vice président en charge du développement économique et de l’emploi, j’ai demandé à rencontrer très rapidement la Direction Générale de 3M pour évoquer l’avenir du site de Beauchamp.»

Téléchargement (PDF, 344KB)

La Gazette du Val d’Oise : Beauchamp : 3M arrête la production de ses rubans adhésifs Scotch®

Beauchamp : 3M arrête la production de ses rubans adhésifs Scotch®

3M va délocaliser aux États-Unis et en Pologne la production de ses rubans adhésifs Scotch®, qui étaient fabriqués à Beauchamp depuis 1953. 40 emplois vont être supprimés.

Dernière mise à jour : 01/10/2013 à 16:23

Beauchamp, France

ll l’a dit…

En parcourant les réponses déconcertantes faites aux questions d’habitants dans “le coin des internautes” sur le site internet de la ville, on pourrait ainsi dresser le portrait du Beauchampois vu par M. le Maire et sa majorité.

  • le Beauchampois s’intéresse peu à la vie associative et administrative : “les panneaux […] sont généralement très peu lus, moins de 1% de la population“. De même qu’à la vie politique car « de nombreux lecteurs font part de leur désintérêt pour la rubrique Tribunes Libres ».
  • le Beauchampois vient s’installer “pour le cadre de vie et pour le montant des impôts“. Pourtant, au niveau du département en 2008, Beauchamp se classe 64ème/185 pour la taxe foncière et 146ème/185 pour la taxe d’habitation. Autant le prévenir que cela s’est accentué depuis, avec les augmentations des 2 dernières années. Continuer la lecture

CM du 26/03/09 [VIDEOS]

L’intégralité du Conseil Municipal du jeudi 26 mars 2009 découpé en 11 parties avec l’index de chaque point de l’ordre du jour.

1ère partie



00’45 – Adoption du procès verbal de la réunion du 9 février 2009
01’58 – Vote des taux – 3 taxes ménages (VOTE : 17’00)
Continuer la lecture

3M, inquiétudes et désintérêt du Maire

3m

Notre commune n’est pas épargnée par les délocalisations : le groupe 3M a décidé de supprimer 76 postes sur son site de Beauchamp suite au transfert en Allemagne de la division de Post-It™ publicitaires préimprimés.

Nous tenons à manifester toute notre solidarité aux salariés de cette entreprise, légitimement inquiets pour leur avenir. A suivre d’ailleurs le référé à l’encontre du groupe 3M France par le CCE constatant le caractère illicite de la procédure d’informations et de consultation.
Ce nouveau plan social nous laisse craindre une fermeture à moyen terme du site :

  • en vingt ans, les effectifs passant de près de 1.200 personnes à 540 actuellement,
  • 9 plans sociaux depuis 1990 (à un rythme d’un plan social tous les deux ans !),
  • la fermeture de 2 des 4 usines que compte le site,
  • des investissements inexistants pour renouveler les installations datant des années 60 ou pour développer de nouveaux outils de production,
  • une dizaine d’activités transférées ou abandonnées (reprographie, rubans adhésifs et abrasifs… et dernière en date : le Post-It™ préimprimé) sans autre projet d’apport d’activités,
  • de ce fait, des coûts structurels pour le site augmentant, 3M doit louer une partie de ses locaux à d’autres entreprises pour des activités de stockage sans plus value pour la ville de Beauchamp.

80 % des entreprises de notre territoire sont des TPE ou PME. La 3M est l’entreprise la plus importante, avec plus de 500 salariés, elle apporte des recettes non négligeables à l’intercommunalité et donc à notre commune dont «les dirigeants» ne semblent pas outre mesure inquiets de l’avenir du site en particulier, ni de la zone d’activités en général.

«La zone d’activités économiques de Beauchamp, s’inscrit dans les compétences de l’intercommunalité». Voici la réponse du Maire à notre question orale, lors du Conseil Municipal du 9 février dernier, portant sur le sort de la 3M et de ses salariés et sur les mesures qu’il comptait mettre en œuvre pour sauvegarder et développer notre zone d’activités.

Dont acte. Le sort de la 3M et de la zone d’activités de Beauchamp relève donc des compétences de l’intercommunalité… dans laquelle siège notre Maire (!) qui reste motus et bouche cousue sur la vie économique de Beauchamp quand la Communauté de Communes décide de soutenir des projets d’envergure à Herblay et Cormeilles en Parisis pour développer leurs activités économiques !!!