Archives par mot-clé : budget

Un budget sans perspectives

Lors du dernier Conseil Municipal, la majorité municipale a une fois de plus refusé de prendre en compte les enjeux économiques à venir.
Il n’est pas inutile de décrire en quelques mots l’ambiance de ce conseil du point de vue du public. Ce dernier, une vingtaine de personnes, a quelque mérite d’être présent, compte tenu de la confidentialité dans laquelle s’est tenu comme d’habitude ce conseil : aucune annonce dans le Beauchamp Infos, ni sur les panneaux lumineux, ni sur les panneaux annexes. Quant aux échanges entre majorité et opposition il est frappant de constater le mépris avec lequel la majorité répond aux interventions de l’opposition lorsqu’elles lui déplaisent : pas de réponses aux questions ou aux demandes de précisions, ignorance feinte (ex : nom du prestataire retenu pour les colonies de vacances). Pour l’anecdote, nous citerons les interventions de l’ineffable trio de conseillers-dormeurs de la majorité s’éveillant tout à coup pour lancer « on n’est pas en Russie ! » (c’était l’année dernière au sujet de la 3M) ; « on n’est pas à Argenteuil ! » (c’est cette année au sujet des logements sociaux). Autant leur annoncer : Staline est mort ! Le budget

Les taux d’imposition seront augmentés de 2% pour les taxes d’habitation et foncière et 3% pour la taxe professionnelle. L’année prochaine, à cause de l’absence d’une véritable politique de développement économique, ces taux risquent d’être en forte augmentation pour faire face aux difficultés économiques que rencontre notre commune (cf. notre bulletin de septembre 2002). Compte tenu des investissements programmés pour la construction du restaurant scolaire et la réhabilitation du château de la Chesnaie (1 million d’euros pour un investissement qui concernera combien de personnes ?), l’endettement déjà élevé va s’aggraver. Subventions aux Associations

Les années se suivent et se ressemblent. Nous relevons :

l’absence de transparence du mode d’attribution des subventions aux associations culturelles. Aucun dossier n’est remis aux conseillers municipaux appelés à décider de leur montant, simplement une liste où figure le nom de l’association, le montant attribué l’année passée et le montant proposé pour l’année en cours. Et ce, alors que les associations sont tenues, et c’est normal, de justifier leur demande de subvention par la production des comptes de l’année passée et des prévisions pour celle à venir.

– une disparité importante entre le sport et la culture. Exemple : l’écart entre la subvention par adhérent attribuée au tennis de table (150 adhérents et 173 euros par adhérent) et celle attribuée à la principale association culturelle et de loisirs beauchampoise (470 adhérents et 31 euros par adhérent) en témoigne.

L’attribution de subventions insuffisantes risque de mettre en péril le fonctionnement voire l’existence de certaines associations. La majorité municipale ne s’y prendrait pas autrement si son objectif était de les mettre en difficulté. Mini-camps et séjours colonies

Une nouvelle fois la majorité municipale applique, malgré la demande réitérée de Régis Brasseur, des tarifs qui ne prennent pas suffisamment en compte les différences de revenus des habitants. Ainsi, seulement 3 tarifs : A (impôt > 915 euros), B (impôt

Encore une fois, ce budget confirme le manque d’intérêt de la majorité municipale pour la politique sociale et culturelle. Ce budget révèle également l’immobilisme dans le domaine économique et traduit l’absence de vision à long terme du développement de notre commune.

Collège : le maire renonce au terrain 3M

Après avoir consulté les habitants concernés (parents d’élèves,associations), le maire a préféré ne pas donner suite au projet de collège près de la 3M. Le dossier ne sera donc pas soumis au Conseil d’Etat. L’alternative ? Un terrain situé dans la zone industrielle.
Coup de théâtre ! Jeudi soir, lors de la réunion du conseil municipal, le maire de Beauchamp, Raymond Lavaud (Dvo), a proposé aux élus l’acquisition « dans les mois qui viennent » d’un terrain, situé dans la zone industrielle, qui pourrait accueillir le futur établissement. « Nous avons rejeté les terrains trop excentrés et fait opportun, nous avons trouvé ce terrain en zone industrielle accolé à la cité Cadoux, juste derrière le centre omnisports,a’indiqué le maire. C’est certes une solution de remplacement mais ce terrain de 27 000 mètres carrés offre des avantages. Il est notamment facile à aménager. Certes, 12 000 m² nous suffiront pour le collège ».

LE PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL D’ACCORD

Consulté par le maire, le président du Conseil général (la collectivité qui finance l’équipement) n’a pas relevé « d’objection majeure » à l’emplacement, le maire précisant que l’entreprise voisine de Stock Express stockait « des produits d’épicerie fine ». Le maire a indiqué qu’il était « suffisamment rare » qu’un terrain d’une telle surface se libère pour ne pas saisir l’occasion. L’élu a par ailleurs estimé que cela ne pèserait pas trop sur la vie économique de la ville. « Deux hectares sur les 73 que compte la zone industrielle, ce n’est pas énorme ». Du côté de l’opposition, on a voté pour le principe de l’acquisition. Michel Cauchois (PS) s’est toutefois interrogé : « A-t-on toutes les garanties ? », faisant allusion au fait que l’usine fut elle aussi, un site classé à risque car elle entreposait, entre autres, des produits contenant des matières inflammables (des briquets notamment), mais aussi des archives et autres.. Valérie Gonçalvès (PCF) a souligné que ce nouveau terrain présentait l’avantage « d’aller dans le sens de la volonté des habitants » puis elle a pointé du doigt la nécessité de construire du logement social sachant qu’il existe 128 demandes sur la commune. La Ville pourrait en effet revendre le terrain non utilisé pour le collège à un promoteur immobilier.

QUEL IMPACT FINANCIER POUR LA VILLE ?

L’élu des Verts, Régis Brasseur (liste Alternative citoyenne), qui se dit « satisfait que le terrain de la pointe Barrachin ait été abandonné et qu’une solution se présente » a réclamé des « assurances » : Ce terrain est-il sain ? Quel sera t’impart enr matière de circulation routière et surtout quelle est l’incidence financière pour la ville sachant que le propriétaire entend vendre le terrain 3,65 millions d’euros (24 MF). « Un coût énorme quand on pense qu’on avait 8 M F de budget pour le terrain 3M. En tout cas, je suis prêt à dire oui si on a des garanties ». Le maire a promis que des études seraient réalisées et qu’il « n’engagerait pas la ville si cela dépassait ses capacités ».

Les taux d’imposition en légère augmentation

Le conseil municipal a voté jeudi soir les taux d’imposition 2003. Ce fut également l’occasion de débattre du budget et notamment du développement économique de la ville.
Double hausse des impôts locaux à eauchamp. La majorité a en effet décidé une ugmentation de 2% de la taxe d’habitation et e 3% pour la taxe professionnelle (payée par es entreprises). Avant de laisser la parole à son premier adjoint, Philippe Thro, chargé de présenter les grandes lignes, le maire, Raymond Lavaud parlait d’un budget « pas de tout repos. Il y a le chantier de la Chesnaie, le nouveau restaurant scolaire. Nous devons pallier à des équipements insuffisants et obsolètes. Nos charges de fonctionnement doivent prendre en compte l’intégration des emplois-jeunes de la ille et ceux des associations sportives ». Le restaurant scolaire, qui doit coûter 320 000 €, ubventionné à 35% par le département, est un chantier qui pourrait démarrer en juillet.

DÉBAT SUR LE BUDGET

Michel Cauchois et Valérie Gonçalvès ont refusé de voter cette hausse des impôts, conséquence selon ux « de la politique de l’emploi dans la commune, marquée par le manque de volonté de développer la zone d’activités ».

Un argument développé par Régis Brasseur (Verts) : « Je suis très inquiet pour l’avenir avec la baisse d’activité à la 3M. Il faut absolument redresser la barre. Or, je n’ai pas le sentiment qu’il y ait un turn-over dans cette zone industrielle ». « La zone industrielle n’est pas aux abois comme vous semblez le croire, on fera face aux événements », a répliqué Raymond Lavaud. Puis c’est Michel Cauchois qui a repris la parole : « Vous n’avez pas relancé la politique économique, d’où la baisse de la taxe professionnelle. Par ailleurs, ce budget n’incorpore pas des investissements nécessaires, comme l’aire de nomades que nous devrons réaliser dans les deux ans, ni la notion d’intercommunalité… » Raymond Lavaud a répondu que la ville n’était pas le « moteur » de l’activité économique. « ll y a une association d’industriels pour cela, l’AIBT. On travaille avec eux, on les accompagne. Par ailleurs, je suis en lien direct avec la direction du Comité d’expansion économique du Val-d’Oise, le CEEVO. Inutile de faire porter le chapeau à la ville de tous les problèmes ». « Beauchamp est la seule ville du canton où les emplois baissent, cela pose quand même problème », glisse Régis Brasseur.

Sur l’aire de nomades « qui doit se faire avec Pierrelaye, il y a un litige, a souligné le maire. Pierrelaye refuse les 55 emplacements, estimant qu’elle a en suffisamment ». Enfin, sur l’intercommunalité, le maire ne souhaite pas « se précipiter » dans ce qu’il juge être « une aventure ». Je ne suis pas contre, mais il faut bien réfléchir avant », a-t-il conclu.

Ordre du jour du CM du 20/03/2003

  • Adoption du procès-verbal de la réunion du 13 février 2003
  • Vote des taux d’imposition 2003
  • Vote du budget primitif 2003 – Commune et Assainissement
  • Vote des subventions 2003 aux Associations Culturelles et Sportives
  • Fixation de la participation financière et des quotients familiaux mini-camps été 2003
  • Barème et participation des familles colonies de vacances – été 2003
  • Rémunération forfaitaire d’un chef d’orchestre
  • Fixation de la vacation du jury d’expert pour l’examen de fin de cycle à l’Ecole de Musique
  • Régime indemnitaire de la filière technique prime de service et de rendement
  • Indemnité pour travaux dangereux, insalubres, incommodes ou salissants
  • Fixation des droits d’entrée spectacle du 25 avril 2003
  • Demande de subvention auprès du Conseil Général dans le cadre du plan départemental de la lecture publique dans le Val d’Oise
  • Modification du règlement intérieur de la crèche familiale
  • Approbation du dossier d’appel d’offres pour les travaux de construction du futur restaurant scolaire et demande de subvention
  • Acquisition de principe du terrain Stock Express
  • Modification du Plan d’Occupation des Sols (valant PLU)
  • Affaires diverses
  • Application des articles 22 et 23 du règlement intérieur.

Le détail des délibérations : CM20030320

Ordre du jour du CM du 13/02/2003

  • Adoption du procès-verbal de la réunion du 12 décembre 2002
  • Débat d’orientation budgétaire 2003
  • Autorisation d’engagement du quart des dépenses d’investissement avant l’adoption du budget primitif
  • Création de l’emploi spécifique de technicien chargé de la maintenance informatique
  • Attribution de la prime de technicité forfaitaire au responsable du service culturel
  • Concert Ecole de Musique – fixation des tarifs et fixation de la rémunération des professeurs
  • Vente de véhicules
  • Signature d’une convention de partenariat avec l’Association Handi Terre pour collecter les cartouches d’imprimantes usagées des services municipaux
  • Motion relative au projet de plan d’exposition au bruit de l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle
  • Affaires diverses
  • Application des articles 22 et 23 du règlement intérieur.

Détail des délibérations : CM20030213

Le développement économique à Beauchamp : Tout reste à faire !

Lors du Conseil Municipal du 12 décembre 2002, notre Conseiller Municipal a interpellé M. le Maire sur la santé économique critique de notre commune
Après avoir rappelé à M. le Maire les chiffres désastreux concernant l’emploi (cf. notre bulletin de septembre 2002) et les risques de fragilisation de notre tissu économique industriel, Régis Brasseur lui a demandé de préciser quelle avait été la politique de développement économique menée par la municipalité depuis une dizaine d’années et ce que la nouvelle équipe municipale comptait faire face à l’urgence de cette situation. M. le Maire nous a répondu que « la politique communale menée depuis de nombreuses années dans ce domaine a toujours été de favoriser les activités de ces zones industrielles et artisanales […] en aménageant les accès, les routes et les rues de la commune, en créant des parkings le long de la Chaussée Jules César et en modérant les augmentations de la taxe professionnelle. »

Ces actions (on ne peut décemment pas parler de politique de développement économique) sont totalement dépassées et archaïques au regard de l’évolution des stratégies de localisation et d’implantation des entreprises.

La vision de M. le Maire concernant le développement économique de notre commune est symptomatique de l’immobilisme qui caractérise la majorité municipale !

Si aucun processus n’est engagé rapidement, les finances communales risquent vite de se retrouver dans le rouge (la taxe professionnelle représente environ 35 % du budget de la commune). Nous dénonçons donc cette attitude irresponsable de la part de la majorité municipale qui refuse de voir la réalité telle qu’elle est et cherche perpétuellement à minimiser les problèmes.

Il est urgent de réagir. Des solutions existent : La création d’un poste de chargé de développement économique : il est consternant qu’il n’y ait à ce jour aucun professionnel en charge du développement économique au sein de la commune ! La mise en place d’un plan de communication sur les atouts de nos zones d’activités La requalification de la zone industrielle visant à attirer de nouvelles entreprises dans les secteurs porteurs (industries de pointe, recherche & développement, conseils aux entreprises,…) La création d’une pépinière d’entreprises afin de soutenir, valoriser et stimuler la création d’entreprises Le développement de la coopération intercommunale afin de créer des complémentarités et des synergies entre les entreprises.

Nous espérons que la majorité municipale saura, pour une fois, faire preuve d’écoute à notre égard afin de placer l’intérêt général au premier rang de ses préoccupations.

Article du bulletin municipal annuel 2003

Cela fait bientôt deux ans qu’Alternative Citoyenne s’est constituée en association et qu’elle est représentée au Conseil Municipal par Régis Brasseur, votre Conseiller.

Très attachés à une réelle vie démocratique, nous ne pouvons que nous élever contre la manière dont la majorité municipale gère la commune. Deux exemples : le collège : manipulation et désinformation de la population. La municipalité a occulté les risques liés à l’implantation du collège sur la pointe Barrachin (pollution de l’air, des sous-sols et dangers en cas d’accident sur le site de la 3M). Elle a également voulu faire croire que le collège accueillerait tous les jeunes Beauchampois. Or, il est évident que le collège du Carré Sainte-Honorine de Taverny continuera à accueillir des Beauchampois pour des raisons de proximité géographique et de mixité sociale. Enfin, elle a fait de l’enquête d’utilité publique un plébiscite, “un collège sur ce terrain ou rien”, alors que de toutes façons il y aura un collège, qu’il soit à Beauchamp ou à Taverny. le Conseil Municipal : la négation du débat public. Les séances du conseil municipal relèvent souvent de la parodie de démocratie. L’ordre du jour et les notes explicatives sont fournis cinq jours seulement avant la séance publique du Conseil. Ces notes sont réduites au strict minimum, notamment pour le vote du budget communal. Cette absence de transparence nuit considérablement au débat démocratique ce qui ne dérange guère la majorité puisque tout est décidé et ficelé lors du “Conseil privé” qui se tient en mairie une semaine auparavant en l’absence des conseillers d’opposition. De plus, aucune interruption de séance ne permet au public d’interpeller les élus ou de poser des questions comme cela se pratique dans de nombreuses communes. Quel manque de considération à l’égard des concitoyens voire quel manque de courage politique ! Enfin, les questions orales posées par l’opposition sont réduites à une par séance. Elles ne donnent lieu à aucun débat, quel que soit le sujet évoqué, et se limitent donc à la seule réponse du Maire.

Il est temps que ces pratiques changent !

Les citoyens ont droit à une information transparente et objective sur la situation de leur commune. C’est dans cet esprit qu’Alternative Citoyenne n’a cessé de vous informer sur l’actualité beauchampoise afin de pallier les manquements de la Municipalité. D’autant que de nombreux problèmes restent à traiter. Ainsi, notre analyse récente de l’économie beauchampoise a montré qu’en l’absence de mesures rapides, notamment concernant l’emploi, nous risquons de détériorer encore plus les finances communales, ce qui entraînerait une hausse des impôts locaux. Par ailleurs, la gestion actuelle des salles communales est inacceptable. Une remise à plat est nécessaire pour mettre un terme à l’opacité du système des attributions et pour permettre enfin aux associations de disposer de locaux dignes de notre époque.

Si vous aussi vous partagez nos valeurs et souhaitez intervenir dans la vie locale, n’hésitez pas à nous contacter et à nous rejoindre.

Les membres d’Alternative Citoyenne

La mairie s’emmêle les panneaux…

Entre administration et association, la Mairie ne sait plus où se situer. Pour preuve, elle recouvre les affiches de notre association par les affiches imprimées sur le budget municipal, avec l’argent des Beauchampois !
affichage-college affichage-college2

Alternative Citoyenne dénonce cette atteinte à la liberté d’expression de la part de la majorité municipale. Cette attitude est inacceptable et traduit la crise de la démocratie locale à Beauchamp !

Participez, vous aussi, à la vie Beauchampoise !

Alternative Citoyenne a pour but à la fois d’informer la population de toute décision la concernant, et de recueillir toute suggestion ou information en vue de faire avancer les dossiers. Créée après les municipales de mars 2001, notre association se compose de beauchampois qui veulent dynamiser la vie locale.
Expression dans le cadre des Conseils Municipaux

Lors de nos réunions mensuelles avec Régis BRASSEUR, votre élu, nous préparons les conseils municipaux afin que nos positions soient entendues. Alternative Citoyenne est plusieurs fois intervenue pour signaler un manque de lisibilité des informations avant les prises de décision (par exemple pour le budget dont le vote engage pourtant des décisions lourdes de conséquences pour la commune).

Expression dans les différents bulletins

Avec déjà plus de 7 parutions à son actif (sur le marché et/ou dans vos boîtes aux lettres), Alternative Citoyenne vous informe sur la vie locale et comble ainsi l’absence quasi-totale de communication de la part de la municipalité. Depuis quelques mois, suite à une loi sur le droit d’expression de l’opposition, Alternative Citoyenne bénéficie d’un encart dans le bulletin municipal vous permettant de suivre régulièrement nos prises de positions. Enfin, depuis la création de l’association, notre site Internet permet d’obtenir un point de vue approfondi et détaillé sur les différents dossiers.

((Nos actions portent leurs fruits : Les risques liés à l’implantation du collège sur la pointe Barrachin. Après nos multiples demandes de réunion publique à ce sujet, la Mairie a enfin organisé une réunion d’information dont nous sommes les seuls à avoir rendu compte dans un bulletin distribué au mois de Janvier dernier. La pollution des eaux pluviales de la mare de Beauchamp. Notre conseiller est intervenu à plusieurs reprises à ce sujet, auprès du Préfet, de la Mairie, et du SIARE, pour régler le dossier. Des informations ont été obtenues, mais elles ne répondent pas du tout au problème des inondations. Nous continuerons notre action. Le respect des faits historiques. Lors des cérémonies du 11 Novembre, le Président des Anciens Combattants a énoncé dans son discours une contre-vérité à propos des événements du 17 octobre 1961. Nous avons été les seuls à demander et à obtenir une rectification dans Beauchamp Infos. Enfin, à l’occasion du résultat du premier tour des élections présidentielles, Alternative Citoyenne a exprimer son inquiétude et son indignation en appelant à manifester le 1er mai 2002, pour la défense des valeurs républicaines.

Vous aussi vous pouvez réagir et participer activement à la vie locale Beauchampoise. Rejoignez ou soutenez Alternative Citoyenne . Vous pouvez aussi venir assister à nos réunions le 2ème jeudi de chaque mois à 20h45 Salle Roger Salengro (47, rue Salengro). Plus d’informations auprès des différents contacts (Rubrique ci-contre).

Mai 2002 : Un budget opaque / Le collège au point mort

La nouvelle loi relative à « la démocratie de proximité » nous permet enfin de pouvoir nous exprimer dans les bulletins d’informations de la municipalité. C’est l’occasion pour nous de revenir sur quelques points du conseil municipal du 21 mars 2002.

Les comptes de la commune restent opaques…

Le budget 2002 a été adopté à la majorité. Alternative Citoyenne n’a pas participé au vote car la présentation de ce budget était véritablement minimaliste et peu pédagogique. Rappelons que nous avons déjà demandé plus de transparence et une réelle concertation avec la population. En outre, l’importance des dépenses de Police Municipale (440 000 €) pourraient être fortement réduites par la mise en place d’un contrat local de sécurité (C.L.S.) qui permettrait la création d’une antenne locale du commissariat de Taverny sur notre commune. A ce sujet, M. le Maire s’est déclaré extrêmement réservé quant à l’efficacité de la Police Nationale !

…les subventions aussi !

Alternative Citoyenne a voté contre les subventions aux associations proposées par la majorité pour les raisons suivantes :

Associations sportives : le barème n’a pas été communiqué aux conseillers de l’opposition.

Autres associations : aucun élément d’appréciation quant aux sommes attribuées n’a été fourni. A noter que le montant attribué aux associations culturelles ou de loisirs ne représente que 16% du total des subventions attribuées. Ce qui en dit long du peu d’intérêt qui leur est porté par la majorité municipale avec pour conséquence des tarifs excluant les familles à revenus modestes.

Collège, vous avez dit collège ?

Nous avons interpellé M. le Maire sur l’urgence d’organiser une concertation avec les acteurs concernés par le projet de collège qui est aujourd’hui au point mort. Refusant une nouvelle fois d’ouvrir le débat avec la population, il s’obstine à soutenir que toutes les conditions sont réunies pour la réussite de ce projet. Il pense que la DRIRE ne connaît pas le dossier, mais elle connaît pourtant très bien la 3M. Il dit aussi que les élus ont examiné l’impact financier des futures infrastructures, nous n’en avons jamais eu connaissance. Le Maire déplore les retards dans le lancement de la procédure et refuse d’admettre que si son projet n’est pas soutenu par les autorités compétentes, c’est qu’il soulève de réels problèmes. Affaire à suivre…