Archives par mot-clé : commerce

Septembre 2004 : Commerce à Beauchamp

Plus de libraires, presque plus de marchands de fruits et légumes, de bouchers, de charcutiers, d’électroménager… Le désert avance dans le centre de Beauchamp, puisque les fermetures des petits commerces se succèdent laissant place à des agences bancaires, des agences immobilières. Nous n’attendons plus que le développement des agences d’intérim… La faute à la grande distribution ? Certes, elle écrase tout sur son passage, sauf les prix, car la concurrence n’existe plus. Même leurs fournisseurs livrant les grandes centrales d’achat doivent payer !!! Et c’est ainsi que le consommateur trinque. Il va plus loin, acheter plus cher, perdant du temps, dans l’anonymat, remplir son caddie. Pour quel avantage ? Peut-être la faute à nous, consommateurs ? Pris par la publicité, nous avons laissé le piège se refermer sur nous, sans nous rendre compte que les désavantages dépassaient les offres mirobolantes annoncées. Peut-être, et sans doute la faute aux politiques qui ont permis les ouvertures trop nombreuses et non maîtrisées de ces temples de la consommation. Si, aujourd’hui, nous demandons à ceux-ci (Maires, Conseillers Généraux ou Députés) de reprendre la main, en conduisant une politique de proximité (mot dont ils aiment abuser), ils nous répondent que ce n’est pas leur champ de compétence.Pourtant certaines municipalités proposent par exemple d’allier commerce, artisanat et pédagogie dans le cadre communal, préemptent lors des cessions de bail pour favoriser l’installation de commerces traditionnels (exemple : une librairie !)

Cette démarche permet de préserver une vie locale où les consommateurs-citoyens trouvent les avantages à portée de chez eux.

Serait-ce trop demander à la majorité municipale de l’adopter et d’ores et déjà d’ouvrir un débat ?

Les membres d’Alternative Citoyenne

Avril 2004 : Gérer la cité, c’est choisir ensemble

Alternative Citoyenne, vous le savez, s’est constituée après les élections de mars 2001, et vous nous connaissez depuis par les bulletins que nous distribuons régulièrement dans vos boîtes aux lettres, ou par nos articles que vous pouvez lire dans le Beauchamp Infos.

Nous tenons à vous le rappeler, ce qui nous tient à coeur, c’est de vous informer des décisions prises ou allant être prises, de réfléchir avec vous sur les tenants et les aboutissants, et de faire entendre une voix différente, lorsque le besoin s’en fait sentir, lors des Conseils Municipaux où se prennent les décisions vous concernant.

Nos adhérents sont attachés à des valeurs telles que la transparence, la solidarité, la justice sociale, la laïcité et le refus de l’exclusion, quelle qu’elle soit.

Après les scrutins départementaux et régionaux, notre association tient à préciser qu’elle ne doit pas être confondue avec le « collectif pour une alternative citoyenne” figurant sur la liste conduite par Marie-Georges BUFFET (Parti Communiste) Les valeurs défendues par notre association ont été représentées dans l’élection départementale par Régis BRASSEUR ; cependant ALTERNATIVE CITOYENNE POUR BEAUCHAMP demeure indépendante de tout parti politique, et restera une association à caractère local qui s’efforcera d’insuffler plus de démocratie participative à une municipalité manifestement étanche à tout dialogue.

Nos préoccupations actuelles : L’aménagement du collège et de son environnement, la maîtrise des dépenses communales, la limitation de l’endettement, le déclin de notre zone d’activités et la désertification des commerces en centre-ville sont autant de sujets qui mériteraient des échanges entre les élus et les citoyens.

Les membres d’Alternative Citoyenne pour Beauchamp http://www.alternative-beauchamp.fr.st

Article du bulletin municipal annuel 2004

Alternative Citoyenne s’est constituée après les élections de mars 2001, et vous nous connaissez par les bulletins que nous distribuons régulièrement dans vos boîtes aux lettres (six lors de cette dernière année), ou par nos diffusions sur le marché. Ce qui nous tient à coeur, c’est de vous informer des décisions prises ou allant être prises, de réfléchir avec vous sur les tenants et les aboutissants, et de faire entendre une voix différente, lorsque le besoin s’en fait sentir, lors des Conseils Municipaux où se prennent les décisions vous concernant. Nos valeurs sont celles de la transparence, de la solidarité, de la justice sociale, de la laïcité et du refus de l’exclusion, quelle qu’elle soit. Nos actions, souvenez-vous :

Le collège

Une enquête d’utilité publique a eu lieu, en novembre 2002. A son terme, le commissaire enquêteur devait rendre son avis quant au bien-fondé du choix de l’implantation sur le terrain de la Pointe Barrachin. Alors que la mairie avait essayé d’influencer l’opinion des citoyens en mélangeant les genres et en jetant l’anathème sur toute voix qui s’opposait à son projet, l’action d’information objective menée par notre association et notre élu a permis d’obtenir un rejet du projet au titre du principe de précaution. La Mairie a préféré ne pas insister et a abandonné le projet.

Peu de temps après, la Mairie proposait l’achat d’un autre terrain disponible, situé chaussée Jules César, près de la zone industrielle, qui selon elle convenait parfaitement à la réalisation d’un collège. Sans s’opposer systématiquement, notre association a réfléchi aux tenants et aboutissants, à savoir : le problème du coût (3,5 millions d’euros, c’est à dire trois fois plus que le financement prévu initialement auquel s’ajoute celui de sa mise en conformité (le terrain étant actuellement construit) et celui de son implantation au regard de la circulation de jeunes enfants et des flux se dirigeant vers la zone industrielle et la Nationale 14. Tous ces points noirs sont encore sans réponses ….

Le fonctionnement de la démocratie locale

Lors des conseils ou dans nos publications, nous ne manquons pas d’informer ou de protester sur le manque de transparence et l’absence de concertation A ce propos, on peut citer la manière dont s’est passée l’acquisition du terrain rue Carnot, et le projet de l’aire de jeux , complètement sur-dimensionné au niveau d’une ville comme Beauchamp, tant au regard de la surface (16 000 m²) que de son coût (1,5 millions d’euros).

Les subventions aux associations

Le tennis de table bénéficie de toute la générosité de la Mairie. Par contre une autre association, BLC, qui rassemble pourtant x fois plus d’adhérents en proposant un panel très varié d’activités voit sa subvention se réduire comme peau de chagrin, au point de menacer sa survie.

La politique de l’emploi et le logement social

Concernant la politique de l’emploi à Beauchamp, notre association n’a cessé de mettre en garde contre l’immobilisme de la mairie, dénonçant un tissu économique vieillissant et fragile, pointant une dégradation de l’emploi entre 1990 et 1999, à l’inverse des autres communes du Val d’Oise. Nous avons fait nombre de propositions susceptibles d’amorcer une évolution de cette situation. Au nombre de celles-ci : la piste de l’intercommunalité comme une opportunité supplémentaire pour l’emploi, la création d’un poste de chargé de développement économique, la requalification de la zone industrielle, la création d’une pépinière d’entreprises. Ces propositions ont été portées au conseil municipal du 12 décembre 2002 par notre élu. Il ne semble pas qu’il ait été entendu. Réfléchissons ensemble pour 2004

Le collège

Il faut rester vigilants et obtenir toutes les garanties pour que le coût ne mette pas en danger les finances de la commune, la circulation aux abords du collège soit analysée de manière globale, prenant surtout en compte la sécurité des enfants.

La circulation dans notre ville

Elle s’intensifie et malgré tout, le plan de déplacement n’a pas évolué. Une réflexion d’ensemble s’impose.

La désertification du centre-ville

Plus de maison de la Presse depuis deux ans, de moins en moins de commerces de proximité, de plus en plus de banques… Quel visage souhaitons-nous pour notre commune ? Des solutions existent-elles ? Réfléchissons ensemble. Vos suggestions, les exemples que vous connaissez ailleurs sont les bienvenus.

Evidemment, nous avons des pistes de réflexion, mais dans le souci d’une démocratie réelle de contact, nous souhaitons l’apport des citoyens.

Les membres d’Alternative Citoyenne

Contact :

Votre élu : Régis Brasseur 01 39 60 96 76

E-mail : alternative-beauchamp@fr.st

Web : http://www.alternative-beauchamp.fr.st

Le logement social à Beauchamp

Le Maire a annoncé, au cours du Conseil Municipal du 13 décembre 2001, l’acquisition de nouveaux logements dans la Cité Cadoux. Ce choix illustre la volonté de la municipalité de continuer à concentrer les logements sociaux à la périphérie de la commune

La loi de Solidarité et Renouvellement Urbain (loi SRU) impose à chaque commune de plus de 3500 habitants d’avoir 20 % de logements sociaux d’ici 20 ans. A Beauchamp, la rareté des terrains disponibles implique une réflexion approfondie sur les opportunités d’acquisition de logements existants en vue de les réhabiliter en logements sociaux.

Aujourd’hui, la quasi-totalité des logements sociaux se situe à la périphérie de la commune. C’est une situation que nous jugeons inacceptable. Lors du dernier Conseil municipal, le Maire a indiqué qu’il souhaitait acheter le maximum de logements dans la Cité Cadoux afin de réhabiliter ce quartier en logements sociaux. Ce choix illustre la volonté de la municipalité de continuer à concentrer les logements sociaux à la périphérie de la commune et excentrés des principaux commerces. Nous avons voté contre ce projet afin d’alerter la population contre cette dérive qui, malgré les grands discours philanthropiques du Maire, va à l’encontre même de l’équilibre de notre ville.

Nous, nous sommes opposés à cette politique qui vise à concentrer les logements sociaux dans un même espace. Dans le milieu de l’urbanisme d’aujourd’hui, il est évident que les logements doivent être éparpillés sur toute la commune pour remplir leur rôle. Il est donc nécessaire de réfléchir à l’acquisition de logements vétustes plus près du centre ville et de les réhabiliter en logements sociaux. Il peut également être envisagé la construction de pavillons de ville (4 appartements maximum) dans le centre ville afin d’augmenter la clientèle du commerce de proximité et de le rendre plus vivant.

Toutes ces propositions sont réalistes mais encore faut-il se donner les moyens de les réaliser. Il est impératif qu’une étude préalable soit menée sur la répartition des logements sociaux sur la commune (Etude de Renouvellement Urbain). Il est nécessaire de permettre une concertation avec l’ensemble des personnes qui veulent avoir leur mot à dire dans l’évolution de leur ville. Puisque « Gérer la commune, c’est choisir ensemble », nous souhaitons ouvrir le débat avec vous. Faites nous part dès à présent de votre opinion sur nos propositions ou bien de vos propres suggestions et réflexions.