Archives par mot-clé : délocalisation

La Gazette du Val d’Oise : L’avenir de 3M inquiète toujours

L’avenir de 3M inquiète toujours

Avec le départ programmé du Centre technique client à Cergy.

Le départ à Cergy, dans les années à venir, du centre technique client (CTC) de 3M, actuellement à Beauchamp, dans le cadre de la construction du nouveau siège social de l’entreprise (notre édition du 4 février) relance l’inquiétude autour de l’avenir de cette usine construite en 1951.

«On est passés sous la barre des 400 et nous sommes à 330 en production», explique Alain Doublet, délégué FO. L’usine, qui fabrique les éponges scotch-brite et les post-it, a perdu en 2014 une cinquantaine de salariés (dans le cadre d’un plan de départs volontairesà avec la délocalisation du ruban scotch sur les site 3M d’Hutchinson (USA) et Janinow (Pologne). «On perd des emplois et des produits. Tout le monde est très inquiet pour l’avenir de ce site de quarante hectares», souligne Alain Doublet.

Pascal Seigné, conseiller municipal d’opposition du groupe Alternative citoyenne pour Beauchamp (DVG) a interrogé le maire en conseil municipal. «Le site est passé de 1175 salariés en 1994 à près de 350 aujourd’hui, la plupart ayant peu d’espoir quant à l’avenir de leur usine», a-t-il lancé, s’interrogeant sur ce que la municipalité et l’agglomération envisageaient de faire pour développer la zone industrielle.

Francine Occis (SE) a expliqué que la municipalité ne pouvait guère intervenir sur les décisions d’un groupe international, mais qu’elle a insisté, lors de ses rencontres avec la direction, au cours de visites sur le site, sur «le traitement social de toutes leurs décisions. Nous croyons avoir été entendus».

L’élue a insisté sur la préoccupation de l’agglomération pour l’avenir des zones industrielles. «Il est prévu d’engager dans les prochaines années plus d’un million d’euros annuellement pour leur développement. Le Parisis engage en 2015 une étude pour la requalification de la zone industrielle ouest de Beauchamp à hauteur de 50 000 euros». Selon Alain Doublet, présent au cours des visites des élus à 3M, «eux-mêmes ne semblaient guère optimistes quant à l’avenir de ce site».

Daniel Chollet

Question d’intérêt pour la 3M et notre zone d’activités

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 12 février par votre élu, Pascal SEIGNÉ :

Question-orale-PS«Madame le Maire, Quelques mois après la perte de la production du ruban adhésif, le site 3M Beauchamp devrait connaître le départ d’une soixantaine de personnes du Centre Technique Client, vitrine de la recherche et développement et de l’innovation qui devrait être déménagé sur le futur site de Cergy.
Rappelons-le, le site de Beauchamp est passé de 1175 salariés en 1994 à près de 350 aujourd’hui, la plupart ayant peu d’espoir quant à l’avenir de leur usine dont la production est déjà annoncée à la baisse.
Déjà en 2009 et plus récemment en 2013, nous avions alerté les élus sur les délocalisations préoccupantes sans réelle réaction des collectivités concernées.
Beauchamp A Votre Image ayant fait la promesse d’être « évidemment attentifs au développement de notre Zone Industrielle » tout en s’engageant à être « moteur, au sein de la CALP, pour lui donner un nouvel élan», pouvez-vous indiquer au conseil municipal ce qui a été entrepris depuis plus de 10 mois pour impulser ce nouvel élan ? Le déclin du site 3M Beauchamp, qui se confirme encore aujourd’hui, est-il enfin devenu un sujet de préoccupation pour les élus en charge du développement économique ?
Pour une meilleure lisibilité de nos échanges, je vous remercie de bien vouloir inscrire au procès-verbal de ce Conseil Municipal cette question, ainsi que votre réponse et les débats qui en découlent.»

Réponse de Mme le Maire :

« Pour être claire, je ne considère pas que la municipalité a la vocation à une gestion de fait d’une entreprise internationale. Le plan de charge de l’usine des 3M de Beauchamp est de leur seule responsabilité.
Peu de temps après les élections, je me suis rendue avec Gérard Gillet et Colette Auzémery, à la 3M de Beauchamp.
Avec le Président de la Communauté d’agglomération du Parisis et du vice-président chargé du développement économique, nous avons déjà eu plusieurs réunions tant avec les représentants du personnel qu’avec les représentants au plus haut niveau de la direction des 3M Europe et France. Nous avons beaucoup insisté sur le traitement social de toutes leurs décisions quelles qu’elles soient. Nous croyons avoir été entendus.
Vous avez sûrement constaté que les déclarations des organisations syndicales sur ces récents développements ont été particulièrement modérées.
Les prochaines mesures concernent la Recherche et Développement en vue d’un regroupement. Le transfert vers Cergy, à quelques kilomètres, ne devrait pas entraîner de problèmes insurmontables.
Je me permets de vous rappeler que les zones industrielles de la Communauté d’agglomération du Parisis constituent d’ores et déjà un pôle essentiel du Val d’Oise et il convient de ne pas aborder ces problèmes par le petit bout de la lorgnette. La partie industrielle concerne à ce jour dix communes, demain quinze. Les problématiques associées préoccupent tous les vices – présidents sans exception.
Même si les développements industriels, commerciaux sont généralement traités avec un minimum de discrétion par tous les acteurs responsables, soyez assurés que nous ne ménageons pas nos peines. Il est prévu d’engager dans les prochaines années plus d’un million d’euros annuellement pour leur développement.
Le Parisis engage en 2015 une étude pour la requalification de la zone industrielle ouest de Beauchamp à hauteur de 50 000 €.
Toutes les évolutions de ces zones rejaillissent immanquablement sur les capacités d’emploi de notre agglomération. Comme vous le savez pertinemment, la zone d’emploi qui concerne Beauchamp dépasse largement le territoire de la commune.»

Le Parisien : 3M : l’opposition en appelle au gouvernement

3M : l’opposition en appelle au gouvernement

Publié le 29 oct. 2013, 07h00

(LP/Marie Persidat.)

Après l’annonce de l’arrêt de la production de Scotch dans le Val-d’Oise, qui a notamment donné lieu à une manifestation le 7 octobre (notre photo), le groupe Alternative citoyenne pour Beauchamp (DVG) écrit au Premier ministre. Il dénonce « des décisions successives alarmantes de la direction de 3M France. […] Ce dossier renchérit encore la longue liste d’entreprises qui délocalisent leur production en dehors de nos frontières (NDLR : en l’occurrence en Pologne et aux Etats-Unis). Une attention particulière du gouvernement sur ce dossier permettrait de mieux comprendre ce qui se cache derrière la stratégie menée par 3M depuis plusieurs années.  »

Le Parisien

 

3M Beauchamp : Nous demandons au Premier Ministre l’implication du Gouvernement

20131018 Lettre 3M Premier Ministre web_Page_1Après les réponses peu convaincantes formulées par Raymond LAVAUD, Maire de Beauchamp et Président de la Communauté d’Agglomération du Parisis, sur l’avenir du site 3M beauchampois et ses emplois, vos élus, Patrick PLANCHE et Sylvia CERIANI, ont adressé une lettre ouverte au Premier Ministre.
En une vingtaine d’années, le site est passé de 1175 salariés (1992) à 392 (prévision 2014). A cela vient s’ajouter l’annonce récente de l’arrêt d’activité du ruban adhésif.

Monsieur le Premier Ministre,

La situation économique dans laquelle se trouve notre pays appelle à la mobilisation de tous.

En cette période de licenciements de plus en plus préoccupants, nous souhaitons attirer votre attention sur la situation du site 3M France à BEAUCHAMP dans le Val-d’Oise, qui a décidé de délocaliser sa production de ruban adhésif aux Etats-Unis et en Pologne, provoquant ainsi la suppression de 40 postes directs au sein de l’usine de Beauchamp et plusieurs dizaines d’emplois indirects.

Ce plan social qui porte sur 40 emplois succède à une première délocalisation en 2009 supprimant déjà 70 emplois. Le site de Beauchamp qui employait en 1993 plus de mille salariés, comptera moins de 400 salariés en cette fin d’année (cf. annexe).

Aujourd’hui, il ne reste plus que deux productions sur le site, et à notre connaissance, l’entreprise 3M ne prévoit aucun nouveau développement sur Beauchamp et ce malgré ses diverses promesses faites aux salariés et aux élus.
Aux différents représentants des collectivités locales, elle annonçait un investissement de 4 millions d’euros en 2013 pour maintenir l’activité, cela devait concerner le remplacement de machines usées et une mise aux normes de l’entreprise. Comment croire ces promesses alors que des machines ont déjà été, par le passé, déplacées à l’étranger pour supprimer une chaîne de production ?

Ces décisions successives de la Direction 3M France sont alarmantes pour l’avenir du site et la préservation des emplois. Au-delà, c’est l’avenir de tout un territoire qui nous préoccupe, puisque le siège social de 3M France est également situé dans notre département sur la ville de Cergy-Pontoise.

Ce dossier, nous le savons, renchérit encore la longue liste d’entreprises qui délocalisent leur production en dehors de nos frontières.
Pour autant, nous ne pouvons rester immobiles face à ces décisions qui plongent plus durement encore notre pays dans la crise économique, et touchent de plein fouet les salariés et leurs familles.

Une attention particulière du Gouvernement sur ce dossier permettrait, nous le pensons, de mieux comprendre ce qui se cache derrière la stratégie menée par 3M depuis plusieurs années.

La compétence et le savoir-faire de ses salariés méritent que les pouvoirs publics aient de réelles exigences envers la direction tout en accompagnant cette entreprise à rester sur notre territoire et développer de nouvelles productions.

Elus de la ville de Beauchamp, nous avons souhaité nous mobiliser aux côtés des salariés. C’est dans ce cadre que nous vous sollicitons.

Ne doutant pas de l’attention que vous porterez à notre demande, nous restons, bien entendu, à la disposition de vos services pour évoquer plus en profondeur ce dossier.

Dans cette attente,

Nous vous vous prions de croire, Monsieur le Premier Ministre, à l’assurance de notre considération la plus distinguée.

Patrick PLANCHE – Conseiller municipal de Beauchamp et conseiller communautaire du Parisis
Sylvia CERIANI – Conseillère municipale de Beauchamp

Téléchargement (PDF, 161KB)

La Gazette du Val d’Oise : Beauchamp : les salariés de 3M inquiets pour leur avenir

Beauchamp : les salariés de 3M inquiets pour leur avenir

Ils se sont mis en grève lundi 7 octobre. Après l’arrêt annoncé de la production du Scotch®, les salariés du site 3M craignent pour leurs emplois et l’avenir du site.

Dernière mise à jour : 09/10/2013 à 17:23

 

Lundi 7 octobre, en matinée, devant 3M Beauchamp.
Lundi 7 octobre, en matinée, devant 3M Beauchamp.

Près de 200 salariés en grève se sont retrouvés lundi 7 octobre devant le site de 3M Beauchamp. «On n’a jamais vu une telle mobilisation !, a lancé Alain Doublet, délégué syndical Fo. La dernière grève remonte à 1997. On était 150 grévistes pour 800 salariés. On est aujourd’hui 200 pour 450 salariés». Un mouvement de protestation lancé par Force ouvrière (rejoint par la Cfe/Cgc et la Cfdt) à la suite de l’annonce de la suppression de 40 emplois sur le site (52 postes supprimés en fait, mais 12 postes reclassés sur le site), liée à l’arrêt prochain de la fabrication des rubans adhésifs Scotch®.

La production sera délocalisée aux États-Unis, à Hutchinson et le conditionnement se fera dans une autre usine en Pologne. 3M estime ainsi qu’elle va économiser sur les coûts de fabrication. Les syndicats, eux, dénoncent les nombreux départs des productions ces dernières années sur le site 3M de Beauchamp : les abrasifs, les Post-it® imprimés partis en Allemagne, entre autres.

Ils seront bientôt 392

Inquiets pour leur avenir et pour le site de Beauchamp, les salariés attendent des garanties pour les 392 salariés qui resteront après le “Plan de sauvegarde de l’emploi”. Le site compte 432 salariés. Ils étaient 1 000 dans les années 80. «Le nombre de personnels présents montre clairement l’inquiétude», explique Alain Doublet. D’autant plus que toutes les strates, de la maintenance à l’ingénierie, et toutes les professions sont réunies».

«Réaliste», Alain Doublet ne demande pas l’annulation du plan, mais que 3M «remette des productions sur le site. Il ne nous reste que les Scotch-Brite® et les Post-it®, qui margent très peu. 3M lance régulièrement de nouveaux produits, mais il ne sont jamais pour Beauchamp. Il faut qu’on sorte des produits grand public et qu’on aille vers l’industriel. S’ils veulent vraiment fermer, signons un accord qui nous garantisse des mesures d’accompagnement social correct. C’est mieux qu’une épée de Damoclès au-dessus de la tête».

Alain Doublet dit ne «plus croire aux annonces de la direction. Les investissements dont elle parle, massicot et encollage à base d’eau, ils étaient nécessaires. On supprime des postes soi-disant pour notre bien. On nous retire une épine du pied pour courir plus vite, mais ce discours est tenu depuis 30 ans!»

Conseiller d’opposition, Patrick Planche, présent sur place avec sa collègue Sylvia Ceriani, ne dit pas autre chose. «J’ai récemment interpellé M. Lavaud, président de la communauté d’agglomération, en conseil communautaire. Je l’ai interpellé à nouveau en conseil municipal. Il faut que les responsables politiques se saisissent de cette question, pour que la direction de 3M nous dise clairement où elle veut aller. Malgré les promesses faites ces dernières années, il est évident qu’on va vers un démantèlement et une fermeture de 3M Beauchamp. Ça fait des années qu’on nous raconte n’importe quoi». En conseil municipal, lundi 7 octobre, le maire de Beauchamp, Raymond Lavaud (Ump), a expliqué avoir demandé un rendez-vous avec le directeur du site 3M après avoir eu connaissance du plan de suppression d’emplois.

Valérie Gonçalvès (Pcf), conseillère d’opposition, a demandé au maire à ce que soit convoquée rapidement une table ronde associant élus, salariés et direction de l’entreprise. Selon elle, «il faut stopper l’hémorragie.» Le député de la circonscription, Jean-Noël Carpentier (Mup), a de son côté écrit au président de 3M France, Koenraad Wilms, pour «connaître [ses] intentions quant à l’avenir des salariés».

Beauchamp, France

Question de vigilance

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 7 octobre par votre élue, Sylvia CERIANI :

« Lors du CCE du vendredi 27 septembre 2013, la direction de 3M France a annoncé son intention de délocaliser sa production de ruban adhésif aux Etats-Unis et en Pologne, provoquant ainsi la suppression de 40 postes au sein de l’usine de Beauchamp.
Pourtant, lorsque Monsieur Patrick PLANCHE vous a interpellé lundi dernier sur ce dossier lors du dernier conseil communautaire, vous êtes resté très évasif voire très sceptique sur la véracité de l’information, soi-disant une rumeur qui est depuis largement relayée par la presse.
Ce plan social qui porte sur 40 emplois, succède à une énième délocalisation, celle de 2010 supprimant déjà 70 emplois. Le site de Beauchamp qui employait en 1984 plus de mille salariés, comptera moins de 400 salariés après l’arrêt du ruban adhésif.
Ces décisions successives de la Direction 3M France sont préoccupantes pour l’avenir du site et la préservation des emplois. En qualité de Maire de Beauchamp et de Président de la Communauté des Communes, avez-vous mis en place une démarche de rapprochement avec la Direction de 3M afin de connaître leurs intentions à l’égard du site de BEAUCHAMP et des salariés qui y travaillent et
quelles actions avez-vous initier sur ce dossier très préoccupant ?
Comme pour notre question posée en 2009 sur une situation identique, vous ne pourrez une nouvelle fois vous réfugier derrière la réponse toute faite “la Zone d’Activités Economiques relève de la compétence de l’intercommunalité”. Vous en avez, depuis, été élu Président. Nous attendons, donc, une réponse à la hauteur de vos responsabilités. »

Réponse de M. le Maire :

« Dès l’annonce du projet de restructuration de la société 3M comprenant la suppression de quarante emplois, j’ai immédiatement saisi en qualité de Maire de la commune la Direction Générale de la 3M ; une copie du courrier du 3 octobre 2013 vous a été remis ce jour. Par ailleurs au titre de Président de la Communauté d’Agglomération « Le Parisis » et conjointement avec M. Patrick BARBE, Vice président en charge du développement économique et de l’emploi, j’ai demandé à rencontrer très rapidement la Direction Générale de 3M pour évoquer l’avenir du site de Beauchamp.»

Téléchargement (PDF, 344KB)

La Gazette du Val d’Oise : Beauchamp : 3M arrête la production de ses rubans adhésifs Scotch®

Beauchamp : 3M arrête la production de ses rubans adhésifs Scotch®

3M va délocaliser aux États-Unis et en Pologne la production de ses rubans adhésifs Scotch®, qui étaient fabriqués à Beauchamp depuis 1953. 40 emplois vont être supprimés.

Dernière mise à jour : 01/10/2013 à 16:23

Beauchamp, France