Archives par mot-clé : nungesser et coli

Cela s’est passé depuis avril 2014 :

  • Diminution du nombre d’ agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles
  • Disparition progressive du périmètre de sécurité des écoles élémentaires
  • Augmentation des tarifs du périscolaire
  • Animation du périscolaire à minima
  • Fermeture aide aux devoirs Nungesser et Coli
  • Fermeture du Club des marronniers
  • Fermeture des accueils de loisirs 3/12 ans à Noël 2014
  • Suppression des mini-camps
  • Réduction des ouvertures de l’accueil de loisirs adolescents
  • Fermeture de cours à l’Ecole de Musique et augmentation des tarifs
  • Modification des contrats des assistantes maternelles et de leur droit aux congés payés
  • Modification des droits à congé et suppression du congé de départ en retraite du personnel communal

Derniers jours d’enquête publique

Plus que quelques jours (d’ici le samedi 25 avril) pour donner votre avis en Mairie sur le projet de modification de plan d’occupation des sols.
Pour rappel, cette modification a pour objet :

  • D’augmenter l’emprise du secteur UEa existant à l’intérieur du périmètre de l’actuelle zone UE située dans la partie nord du territoire communal et comprise entre l’avenue des Marronniers et le Chemin de Saint Prix (résidence Nungesser et Coli).
  • De créer un secteur UEb à l’intérieur du périmètre de l’actuelle zone UE située à l’ouest du territoire communal, face au stade municipal.
  • D’actualiser la liste des emplacements réservés en fonction des opérations réalisées depuis la dernière modification (Art. L 123-1 du Code de l’Urbanisme).

A la lecture des documents, voici notre première analyse :

1. Une modification qui ne va pas améliorer la mixité sociale
La modification va à l’encontre d’un certain nombre de principes inscrits dans la loi SRU.
En matière de mixité sociale, si la construction de nouveaux logements sociaux est a priori un élément favorable, les projets qui découleront de la présente modification du POS vont à l’inverse contribuer à renforcer la concentration de logements sociaux au sein des deux quartiers qui accueillent déjà la quasi-totalité des logements sociaux de la commune. Cette modification ne va donc absolument pas contribuer à renforcer la mixité sociale à l’échelle de notre territoire communal.

2. Une mauvaise densification qui fragilise les populations les moins favorisées
Cette modification intègre une évolution de certaines règles qui contribueront à renforcer la densité des constructions. Cet objectif était certes inscrit dans la loi SRU. Néanmoins, les secteurs concernés sont relativement voire très excentrés des centralités urbaines et des équipements de transports en commun.
La densification des secteurs les moins bien desservis et les moins bien animés ne va pas dans le sens du développement durable pour deux raisons principales :
– elle génère une plus grande utilisation de la voiture pour les déplacements de proximité
– pour les personnes ne bénéficiant pas de véhicules particulier (proportion plus importante justement pour les populations habitant des logements sociaux), elles se retrouvent discriminées en matière d’accès aux commerces, aux équipements de transports et aux équipements administratifs présents en centre ville, et aux équipements scolaires pour ce qui concerne la zone UEb.

Pour toutes ces raisons, cette modification ne s’inscrit absolument pas dans une logique de développement durable de la commune !

Enquête Publique sur la modification du Plan d’Occupation des Sols

Par arrêté du mardi 3 mars 2009, le dossier de modification du Plan d’Occupation des Sols valant Plan Local d’Urbanisme sera soumis à enquête publique du 23 mars 2009 au 25 avril 2009 inclus.
Cette modification a pour objet :

  • D’augmenter l’emprise du secteur UEa existant à l’intérieur du périmètre de l’actuelle zone UE située dans la partie nord du territoire communal et comprise entre l’avenue des Marronniers et le Chemin de Saint Prix (résidence Nungesser et Coli).
  • De créer un secteur UEb à l’intérieur du périmètre de l’actuelle zone UE située à l’ouest du territoire communal, face au stade municipal.
  • D’actualiser la liste des emplacements réservés en fonction des opérations réalisées depuis la dernière modification (Art. L 123-1 du Code de l’Urbanisme).

Pendant cette période, le dossier, déposé à l’Hôtel de Ville, pourra être consulté par le Public aux jours et heures d’ouvertures de celui-ci.
Toute personne intéressée pourra adresser ses observations à Monsieur Michel MAURICE, Commissaire – Enquêteur qui se tiendra à la disposition du public, à l’Hôtel de Ville :

  • Le lundi 23 mars 2009 de 16h00 à 19h00,
  • Le samedi 4 avril 2009 de 9h00 à 12h00,
  • Le samedi 18 avril 2009 de 9h00 à 12h00 et
  • Le samedi 25 avril 2009 de 9h00 à 12h00.

A l’issue de l’enquête, le rapport et les conclusions du Commissaire – Enquêteur, seront déposés à l’Hôtel de Ville.

Le logement social

Avec la loi SRU (Solidarité et Renouvellement Urbain du 13 décembre 2000), notre commune a L’OBLIGATION de comprendre un nombre total de logements locatifs sociaux, d’au moins 20 % des résidences principales, d’ici 2020.
Le nouveau plan triennal 2008/2010 adopté par la majorité municipale le 23 octobre 2008 sera proposé au Préfet.
La présentation qui en a été faite laisse pantois. M. Lavaud a rappelé une nouvelle fois que les Beauchampois ne souhaitent pas de logements sociaux. Pourtant, ceux-là mêmes aimeraient bien voir leurs enfants se loger à Beauchamp !

En fait de plan, le Maire a remis une simple feuille où l’engagement triennal tient en une seule phrase (voir ci-dessous). Il a fallu questionner à plusieurs reprises afin d’apprendre qu’un projet pourrait voir le jour entre la résidence Nungesser et Coli et la résidence Jacqueline Auriol sur un terrain disponible depuis toujours (vous savez, là où les préfabriqués de la ludothèque et du club des Marronniers étaient implantés !).

Dans les plans triennaux 2001/2004, puis 2004/2007, la ville a acquis 12 appartements dans les 3 bâtiments de la cité Cadoux.


Mais au conseil municipal du 15 septembre, la majorité a voté la vente de deux appartements en vue de l’achat, dans un futur hypothétique, des deux appartements qui lui manquent dans le bâtiment où elle en possède déjà six. Possédant ainsi le bâtiment complet, les travaux de réhabilitation pourraient démarrer. Confiés à ADOMA, ces logements accueilleraient uniquement un public en situation de précarité, excluant ainsi toute mixité sociale pour augmenter le nombre de logements sociaux créés (12 au lieu de 8).
Le programme « Cité Cadoux » s’arrêterait là, puisque la Municipalité a décidé de ne plus préempter les logements qui se libèrent (sans délibération modificative).

Ces votes successifs et irréfléchis sont incohérents : revendre pour acheter ne résout en rien le manque de logements sociaux pour nos jeunes ainsi que pour les familles qui s’agrandissent. C’est une opération nulle !

En fait, il ne semble pas que cette vieille « nouvelle » équipe ait réfléchi pendant le mandat précédent, ni avant les élections à cette question. Comme il lui faut proposer un plan, elle en dépose un, pour échapper aux sanctions !

En l’absence de volonté politique, comment avoir de l’ambition pour le logement social ?

Rappel des chiffres à Beauchamp :
Nombre de logements locatifs sociaux : 540
Nombre de résidences principales : 3508
Pourcentage de logements locatifs sociaux : 15,39 %
Nombre de logements manquants : 161

Message de Patrick PLANCHE

Régis BRASSEUR et Patrick PLANCHE

Sous son apparente tranquillité, Beauchamp ne va pas si bien. Qui peut encore nous cacher les difficultés que rencontre notre ville ?

Le Maire, M. LAVAUD, et son Adjointe, Mme OCCIS, nous laissent un bilan peu flatteur : notre commune est surendettée, son tissu économique est dégradé, le commerce local ferme peu à peu…
Sans aucune concertation avec les habitants, des sommes démesurées ont été dépensées à la réalisation de projets qui ne font pas l’unanimité : le parc arboré, l’avenue Anatole France (qui est devenue l’un des axes les plus dangereux de la ville),…
Le Centre de Loisirs, le Club des Marronniers, la ludothèque, le soutien scolaire à Nungesser et Coli pour les collégiens et les associations culturelles sont toujours hébergés dans des préfabriqués ou des locaux inadaptés.

Un changement est indispensable.

Forte de ses compétences et de sa motivation, l’équipe de Beauchamp 2008 vivre et agir ensemble inscrira notre ville dans une dynamique démocratique moderne : une gestion transparente et des projets concertés avec la population. Avec Régis BRASSEUR, Conseiller Municipal depuis sept ans, et l’Association Alternative Citoyenne pour Beauchamp, nous avons, tout au long de ces années, analysé les besoins et affiné notre projet pour Beauchamp lors d’ateliers de réflexion, d’actions de formation et de rencontres-débats.

Nous vous présentons aujourd’hui onze propositions concrètes, extraites de notre PROJET POUR BEAUCHAMP.