Archives par mot-clé : risques industriels

Article du bulletin annuel municipal 2007

Alternative Citoyenne pour Beauchamp veut promouvoir l’instauration d’un véritable débat avec l’ensemble de la population. Cette année encore, elle a été à l’initiative d’une rencontre avec des riverains du collège et d’autres habitants de Beauchamp qui a permis de proposer plusieurs axes d’amélioration concernant la sécurité de nos élèves. Vous avez été nombreux à venir vous informer et vous exprimer sur ce sujet que la municipalité ne souhaitait pas voir traiter lors d’une réunion publique. Vos remarques constructives ont permis de faire réfléchir et d’infléchir les positions de la municipalité même s’il reste beaucoup à faire. A cette occasion, nous avons pu montrer qu’une autre façon de gérer la commune peut être possible en redonnant au citoyen une place plus importante et aux élus un moyen de réfléchir plus ouvertement. Les habitants qui participent ont une vue plus nette des enjeux, des possibilités et des contraintes. Il ne s’agit plus pour eux d’être passifs, et de se plaindre des décisions. Ils doivent d’abord comprendre l’ensemble des problématiques, les possibilités qui s’offrent, tant techniques que budgétaires, avant de donner leur point de vue. Quant aux élus, c’est après ce(s) débat(s) qu’ils peuvent politiquement choisir. Ils auront aussi tout ce bagage de la connaissance des attentes de leurs concitoyens et non pas une position égocentrique, de leur seule vision des choses. Ainsi, regardons ce qui aurait pu se passer dans le cas du collège. Il aurait été plus sage de se poser quelques questions avant de déterminer le site avec toutes les conséquences qui s’en sont suivies : quels sont les usagers potentiels et où se situent-ils ? Combien seront-ils ? La taille du collège correspondra-t-elle ? Y aura-t-il des collégiens d’autres communes ? Lesquelles ? Quelles sont les possibilités d’implantation ? Beaucoup de questions, et un certain nombre de réponses, parfois contradictoires, auraient permis d’avancer avant même les prémices du projet.

Alternative Citoyenne pour Beauchamp, association de loi 1901 a la volonté de faire vivre la démocratie locale autour des valeurs de solidarité, de justice sociale, de respect, de tolérance et de laïcité. Elle se préoccupe d’informer les Beauchampois de tout projet les concernant mais aussi de remédier à l’absence d’ouverture dans la discussion de la part de la Mairie. Elle s’exprime sur l’ensemble des projets touchant la commune, se veut force de propositions lorsque dans certains domaines ceux-ci sont insuffisants voire inexistants, apporte une information plus complète pour vous permettre de mieux analyser la gestion de notre commune.

Logement social L’engagement triennal doit porter sur la création de 27 logements sociaux d’ici fin 2007. Jusqu’ici, la commune n’a pas semblé prendre véritablement en main le dossier. Elle se retrouve aujourd’hui propriétaire de 13 logements Cité Cadoux, Il nous semble important de faire l’effort financier afin qu’une véritable politique soit menée.

Environnement et cadre de vie Même si le président de la commission intercommunale du Parisis est Raymond Lavaud, on ne peut pas dire qu’il ait manifesté un grand intérêt politique pour notre commune : pas d’avis sur le Plan d’Exposition au Bruit soumis aux communes voisines de l’aéroport de Roissy, pas d’avis sur le prolongement de la Francilienne qui concerne deux communes voisines appartenant à notre communauté de communes et par contre un avis positif sur l’extension d’une activité à fortes nuisances dans notre zone d’activité !

La vie et l’avenir de notre commune appartiennent à chacun d’entre nous. Le développement de l’économie et de l’emploi, la qualité des espaces publics, l’aide aux plus démunis, la maîtrise des risques industriels et environnementaux constituent autant d’enjeux qui méritent une véritable Alternative Citoyenne.

Contacts : Votre élu : Régis BRASSEUR (01.39.60.96.76) E-mail : alternative-beauchamp@fr.st Web : http://www.alternative-beauchamp.fr.st

Article du bulletin municipal annuel 2006

Présente sur le terrain depuis 5 ans, Alternative Citoyenne, association de loi 1901, est composée de Beauchampois qui ont la volonté de faire vivre la démocratie locale autour des valeurs de solidarité, de justice sociale, de respect, de tolérance et de laïcité. Au travers de nos différentes publications et du travail de notre élu lors des conseils municipaux, Alternative Citoyenne s’exprime lorsque les projets de la municipalité lui semblent ne pas correspondre à l’intérêt de la population (délocalisation de la Mission Locale, adhésion précipitée à une intercommunalité,…) mais se veut également force de propositions lorsque dans certains domaines les projets sont inexistants ou insuffisants (circulations douces, logement social, développement économique, quotients familiaux, etc….). Votre intérêt pour nos Rencontres Citoyennes qui se sont déroulées le 15 octobre dernier, nous encourage à continuer à vous apporter une information plus complète et précise pour vous permettre de mieux analyser la gestion de notre commune.

La tarification des services municipaux Depuis son élection, Régis BRASSEUR demande la révision de la tarification des services municipaux (restauration scolaire, garderie, centre de loisirs,..) afin que celle-ci se base sur le quotient familial pour mieux s’adapter aux ressources des familles et non sur un impôt sur le revenu supérieur ou inférieur à 1000 €.

Les finances de votre commune Par un dossier qui se voulait particulièrement instructif (distribué en octobre dernier), nous avons voulu décrypter le « budget », l’organe principal de la gestion d’une ville. Beauchamp a trop souvent recours à l’emprunt ce qui la place dans les communes à fort taux d’endettement.

L’intercommunalité Alors que nous avions interpellé M. le Maire en Mai 2002 sur l’intérêt de nous rapprocher des communes environnantes pour mettre en commun nos compétences et nos moyens, la municipalité s’est refusée à participer aux négociations entamées par Taverny, Bessancourt et St-Leu la Forêt. Résultat : Beauchamp s’est retrouvé au pied du mur. M. le Maire a décidé sans concertation avec la population d’adhérer à un regroupement dont les statuts « à minima » manquent de volonté politique.

Manque de transparence, absence de débat, carence d’information, inconséquence et improvisation sont toujours de rigueur dans la majorité municipale comme vous pourrez en prendre conscience en assistant aux conseils municipaux (annoncés seulement sur les panneaux municipaux…non lumineux).

La vie et l’avenir de notre commune appartiennent à chacun d’entre nous. Le développement de l’économie et de l’emploi, la qualité des espaces publics, l’aide aux plus démunis, la maîtrise des risques industriels et environnementaux constituent autant d’enjeux qui méritent une véritable Alternative Citoyenne.

Contacts : Votre élu : Régis BRASSEUR (01.39.60.96.76) E-mail : alternative-beauchamp@fr.st Web : http://www.alternative-beauchamp.fr.st

Juin 2002 : Les citoyens ont droit à la parole

Alternative Citoyenne décline toute responsabilité sur la présentation peu lisible de son article dans le Beauchamp Infos précédent. La municipalité aurait-elle du mal à respecter la liberté d’expression ?

Le 21 avril, un séisme politique a secoué la France. Dans les jours qui ont suivi, nous avons diffusé un tract pour exprimer notre inquiétude face à la présence de J.M. Le Pen au second tour des élections présidentielles. Le 1er mai, nous étions présents à Paris pour appeler à voter contre l’extrême droite, contre le fascisme.

Le verdict des urnes du premier tour reflète en grande partie la désaffection des citoyens envers leurs dirigeants politiques.

Les citoyens ont besoin d’être entendus et écoutés. Trop souvent, les élus font semblant d’être à leur écoute par des poignées de mains et par leur présence à des manifestations diverses, mais ensuite, ils gèrent les dossiers sans concertation.

C’est parce que les élus doivent être plus proches des citoyens que nous défendons les principes d’un citoyenneté pleine, entière et partagée. Les représentants de la Nation et de la Cité ont l’habitude de rendre des comptes (des contes ?) à la fin de leur mandat. Nous pensons qu’ils doivent le faire chaque fois qu’un problème ou une question se pose.

L’insécurité, qu’elle soit sociale (emploi, logement, santé,…), physique (agression, discrimination, incivisme quotidien,…) ou environnementale (risques industriels ou sanitaires, pollutions, déchets,…), est l’affaire de tous. Laisser penser que quelques élus, quelques policiers règleront tout n’est que pure démagogie. Ce sont des actions que nous devons choisir et mener tous ensemble, avec nos élus.

Par conséquent, il nous semble indispensable que chaque municipalité mette en place des espaces citoyens (conseils de quartiers, réunions d’information et de concertation sur les projets de la commune).

Apprenons à nous parler, à nous connaître, à vivre ensemble… Gérer la cité, c’est choisir ensemble.

Projet de collège : Raymond Lavaud tente de rassurer

Le flou semble entourer le futur collège de Beauchamp. Ce projet auquel le maire tient tant est toujours dans le collimateur de la DRIRE, qui évoque les risques industriels. Raymond Lavaud parle de « zèle administratif »…

Un certain flou entoure toujours le projet de collège à Beauchamp et ce n’est pas la récente réunion d’information, organisée par le maire, qui l’a dissipé.

En écrivant un courrier au préfet pour y exposer toutes ses craintes de voir un établissement accueillant des enfants à proximité d’une usine industrielle classée (3M), la DRIRE a jeté un pavé dans la mare. La Direction régionale de l’industrie de la recherche et de l’environnement a en effet émis les plus vives réserves à ce projet, pour ne pas dire son opposition.

Le projet, déjà mal engagé avec le refus par la société 3M de céder son terrain à la commune pour l’implantation du collège, en a pris encore un coup. Une tournure qui a le don d’exaspérer Raymond Lavaud, le maire de Beauchamp, qui avait déjà dû batailler contre son collègue socialiste de Tavemy, Maurice Boscavert pour l’obtention de ce collège. Le Conseil général avait fini par trancher à la faveur de Beauchamp, laissant un goût amer aux élus tabemaciens, pour qui l’implantation d’un collège à Tavemy était le gage d’une certaine forme de mixité sociale.

Projet inscrit au POS depuis 1977

L’implantation d’un collège à Beauchamp n’est pourtant pas un projet nouveau, sorti du chapeau. Le site, derrière l’usine 3M, est en effet inscrit au Plan Local d’Urbanisme (anciennement POS) comme emplacement « réservé » depuis… 24 ans ! Face à la controverse qui ne cesse de s’amplifier localement, le maire, après avoir toujours dit à l’opposition municipale qu’il accordait toute sa « confiance » à la 3M et qu’il ne croyait donc pas à de quelconques risques industriels, même depuis l’accident de l’usine AZF de Toulouse, a organisé une réunion d’information. Une cinquantaine de personnes (les élus, les représentants de la 3M, la DRIRE, un représentant des sapeurs-pompiers, des responsables d’associations beauchampoises) se sont retrouvées le 29 novembre.

« Cette réunion était une bonne chose, il y avait une certaine opacité autour du dossier », souligne Régis Brasseur, conseiller municipal Verts. Selon l’élu, la 3M « a joué la transparence ». Il précise : « La société a expliqué qu’elle manipulait des matières inflammables et qu ‘elle était soumise à autorisation par la Drire. On a par ailleurs appris que les émissions polluantes avaient été réduites de 90% en dix ans et que la DRIRE leur demandait de les baisser d’encore 50%. Rétrospectivement, cela fait un peu peur, cela explique les mauvaises odeurs qu’il y avait avant ».

La DRIRE fait-elle du « zèle » ?

Pour ce qui est du collège, selon Régis Brasseur, la 3M aurait expliqué qu’elle renâclait à céder son terrain car, souhaitant se développer dans l’avenir, elle craint que le collège l’en empêche. Le maire de Beauchamp, Raymond Lavaud , veut quant à lui rassurer et souligne que la société 3M « d’une part, n ‘est pas classée SEVESO, d’autre part, tous les risques inhérents aux produits fabriqués par 3M sont répertoriés et font l’objet d’une prévention, prévention qui est complétée par un processus continu d’analyses et d’évaluation des risques ». L’élu précise que « la 3M n’est pas opposée au collège (…) Si elle le souhaite, une révision du POS permettra son extension à proximité de la ZAE de Tavemy ».

Au sujet de la DRIRE (« [elle] a cru devoir alerter monsieur le préfet sans même prendre connaissance du dossier »), le maire ne cache pas son agacement. « Pourquoi ce zèle administratif ? », s’interroge l’élu. « Jusqu ‘à présent, il n ‘existait pas de contestation. D’autres équipements fonctionnent, reçoivent des centaines de personnes et sont situés à une distance inférieure à celle de ce futur collège ».

« La DRIRE a expliqué qu ‘elle n’avait jamais été consultée, au sujet du gymnase par exemple, car ce n ‘était pas un terrain industriel », rapporte Régis Brasseur.

Pour conclure, ce dernier précise qu’il n’est pas « opposé au collège comme voudrait le faire croire M. Lavaud ». Et ajoute : « Je veux juste avoir des garanties de sécurité quant à la santé des enfants qui fréquenteront l’établissement. Or aujourd’hui, on ne sait pas grand chose ». Mais pour Raymond Lavaud, cette question de sécurité n’est pas négligée. « A-t-on oublié que l’objectif premier de ce collège est de donner aux 500 familles de Beauchamp et quelques unes de Tavemy, la possibilité de voir leurs enfants étudier à Beauchamp, dans de bonnes conditions, sans contraintes de déplacement ? Le maire et le conseil munipal tiennent aussi à garantir leur sécurité ».

Alternative Citoyenne vous informe

Le dernier Conseil Municipal s’est révélé riche en enseignements sur la politique menée par la majorité municipale.

Les points que nous avons retenus :

L’augmentation des tarifs municipaux : L’ensemble des tarifs des prestations communales sera revu à la hausse à compter du 1er janvier 2002 avec le passage à l’euro. Ces augmentations vont de 5 à parfois plus de 30%. Notre élu s’y est opposé soit parce que les hausses de tarifs nous semblaient excessives, soit parce que les tarifs ne prenaient pas suffisamment en compte les revenus des familles. Le Maire s’est empressé d’ajouter que les familles en grandes difficultés pouvaient solliciter une aide du CCAS. Nous déplorons cette méthode qui conduit les familles à solliciter la « charité ». La gestion des salles communales : Outre l’augmentation du prix de location des salles municipales, il est à noter que leur attribution reste assez opaque. Selon le Maire, toutes les grandes salles (Salle des fêtes et salles Anatole France) sont déjà réservées pour toute l’année 2002, l’argument avancé étant « l’organisation des élections présidentielles et législatives » (qui représentent quatre week-ends !!).

Lors de la dernière Commission culturelle notre élu a demandé la création d’un Office Culturel Municipal qui pourrait, entre autre, gérer les salles communales. Le Maire ne semblait pas opposé à cette proposition. Affaire à suivre…

Convention avec la piscine de Taverny : La commune de Beauchamp a signé une convention avec Taverny permettant aux élèves de CP de l’école Paul Bert d’utiliser la piscine (par session de 40 min. par semaine).

Conseil Communal de Prévention de la Délinquance : Le Conseil Municipal a voté à l’unanimité l’avenant 2001 du contrat CCPD représentant une subvention d’un montant de 200.000 F versée par l’Etat et visant à atteindre les objectifs suivants : le développement de la citoyenneté et la prévention de la marginalisation des publics en difficultés, de la récidive et des toxicomanies et de la rupture scolaire.

Deux questions ont été posées au Maire
La première, par Valérie Goncalvez (Beauchamp Autrement), au sujet de l’application de la loi SRU à Beauchamp concernant les logements sociaux. Le Maire a indiqué qu’il manquait 251 logements pour atteindre le quota de 20% fixé par la loi. Il a donc prévu de privilégier la réhabilitation de logements existants en logements sociaux (3 logements sont d’ailleurs prévus prochainement dans la Cité Cadoux). Nous pensons que la réhabilitation constitue le moyen le plus pertinent pour notre commune étant donné la rareté des terrains disponibles. Cependant, nous craignons que ce choix ne concerne que des logements situés à la périphérie de la commune et éloignés des différents services. Aussi, il serait opportun de se pencher sur la réalisation d’immeubles collectifs (2 ou 3 étages) à proximité du centre-ville.

La seconde question, sur la gestion du risque industriel à Beauchamp, a été posée par notre élu, Régis Brasseur. Plus d’un mois après la catastrophe de Toulouse, la municipalité n’avait toujours pas réagi publiquement à la question des risques industriels.

Un collège à haut risques … industriels

Suite à la catastrophe de Toulouse, nous avons adressé au Maire un courrier lui demandant d’organiser une réunion publique d’information sur les risques posés par la zone industrielle de Beauchamp et plus particulièrement par la société 3M.

Notre élu a insisté et a interpellé le Maire sur la pertinence du projet de Collège prévu à proximité. Le Maire a indiqué à nouveau qu’il avait une entière confiance envers la 3M et qu’il était inutile de parler des dangers de celle-ci puisque la DRIRE [1], chargée du contrôle de ce type d’entreprises, n’a émis à ce jour aucune inquiétude sur des risques liés à ses activités. Il a également souligné que le gymnase, le stade municipal et le centre aéré sont encore plus près de cette entreprise ( !?!)

Et pourtant, selon un article paru dans les pages locales du Parisien le 15 novembre , la DRIRE a adressé à la préfecture du Val d’Oise un arrêté dans lequel elle donne un avis défavorable sur le projet de collège à Beauchamp du fait des « rejets dans l’air de composés organiques volatils en provenance de la 3M ». La DRIRE pense « qu’implanter un collège sous les vents dominants d’une usine de ce type ne semble pas judicieux, ne serait-ce qu’en cas d’incident ou de fuite ». En effet, contrairement à ce qu’a affirmé le Maire, la DRIRE a confirmé que la 3M est bel et bien une entreprise classée à risques. Celle-ci a d’ailleurs toujours été opposée au projet de Collège.

Malgré tout, le Maire de Beauchamp et le Conseil Général sembleraient persister dans leur choix. Que penser dès lors de la sécurité aux abords de la 3M pour les riverains et les utilisateurs des différentes installations municipales ? Des choix aussi importants concernant la sécurité des enfants ne peuvent être faits sans une réelle information et une véritable concertation avec l’ensemble de la population.

A Toulouse aussi, les pouvoirs publics jugeaient que l’entreprise AZF était sans danger pour les riverains. La gestion des risques industriels appartient à l’ensemble de la collectivité.

Nous devons tous rester très vigilants sur ce dossier afin de ne pas mettre les futurs collégiens dans une situation à risque au nom d’une simple promesse électorale.

[1] Direction Régionale de l’Industrie, de la Recherche et de l’Environnement

Dernière minute : Le Maire vient de décider la tenue d’une réunion le 29 Novembre 2001 entre le Conseil Municipal et la 3M. Seuls les présidents des associations locales ont été conviés.