Archives par mot-clé : stationnement

Question de sécurité de nos établissements scolaires

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 29 septembre par votre élu, Patrick PLANCHE :

Question-orale-PP«Madame le Maire,suite aux évènements tragiques qui ont endeuillé la France cet été et aux menaces terroristes persistantes, le Ministère de l’Intérieur, par la voix du Préfet du Val-d’Oise, a demandé un renforcement de la sécurité des établissements scolaires.
Il appartient donc aux collectivités locales de prendre toutes dispositions nécessaires afin de garantir la sécurité des établissements scolaires dont elles ont la responsabilité.
Madame le Maire, nous aimerions connaître les conclusions du diagnostic de sécurité de chaque établissement scolaire de notre commune et, déclinant de ce dernier, les travaux engagés afin d’en diminuer la vulnérabilité ainsi que le calendrier que vous avez établi par ordre de priorité.
Il est demandé également que chaque établissement scolaire soit doté d’un système d’alerte en cas d’attaque terroriste et que ce dernier soit distinct des alarmes « incendie » ou alarmes « confinement ».
Pouvez-vous nous dire ce qui a été envisagé dans nos établissements scolaires ?
A l’heure où plusieurs villes de la communauté d’agglomération reviennent sur les dispositifs de « dépose-minute » mis en place aux abords des écoles, et ce pour des raisons de sécurité mais aussi de pollution, pensez-vous maintenir à Beauchamp votre nouveau dispositif d’accès des automobilistes au plus près de nos écoles élémentaires ?
Pour une meilleure lisibilité de nos échanges, je vous remercie de bien vouloir inscrire au procès-verbal de ce Conseil Municipal cette question, ainsi que votre réponse et les débats qui en découlent.»

Réponse de Mme le Maire :

«Le contexte de terrorisme qui frappe la France nous engage collectivement sur la voie d’une bien plus grande vigilance et d’un renforcement des moyens de sécurité, En matière scolaire, c’est dans le cadre d’une véritable collaboration avec Monsieur l’inspecteur de l’éducation nationale, les équipes éducatives et les services municipaux que se construisent les moyens d’un équilibre nouveau entre le respect de l’intégrité des missions de l’école et le renforcement de la sécurité.
Sur le plan opérationnel, des moyens sont en place (barrières, gestion des accès…) et d’autres sont actuellement en cours d’élaboration (réfection de clôture, dispositif d’occultation des vues, outils de renforcement de la gestion des accès…).
En ce qui concerne le système d’alerte distinct du dispositif d’incendie et de secours, c’est bien évidemment un choix qui appartient aux différentes communautés éducatives de nos écoles. Concernant le “dépose minute”, nous pensons qu’il ne constitue pas un enjeu particulier sur les questions de sécurité et de pollution par rapport à un stationnement classique. Aujourd’hui, le “dépose-minute” trouve sa place dans le flux de la circulation et semble satisfaire une majorité de parents.»

Question d’essai de circulation

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 18 février par votre élue, Christelle TAKACS :

Question-orale-CT«Madame le Maire, dans le but de réorganiser les flux de circulation sur la Chaussée Jules César entre le centre-ville et le rond-point de la Bergère, le schéma retenu par la municipalité sera testé, à compter du 18 avril prochain pour une durée de trois mois.
Pouvez-vous nous indiquer les aménagements qui sont prévus à court terme pour sécuriser les nouveaux parcours, notamment sur la chaussée Jules César et le chemin de la butte de la bergère ? Par ailleurs, pouvez-vous nous indiquer quels sont les indicateurs et les critères que vous avez retenus pour évaluer, in fine, la réussite de cette nouvelle organisation des flux ?

Pour une meilleure lisibilité de nos échanges, je vous remercie de bien vouloir inscrire au procès-verbal de ce Conseil Municipal cette question, ainsi que votre réponse et les débats qui en découlent.»

Réponse de Mme le Maire :

«La Communauté d’Agglomération Val Parisis (CAVP) a programmé la requalification de la chaussée Jules César sur le territoire intercommunal.
Dans le cadre de ce projet, la municipalité a demandé à la CAVP de prendre en compte les difficultés de circulation, de stationnement et de sécurité sur le tronçon du giratoire “Cadoux” à l’avenue Gambetta.
Quatre scénarii ont été présentés en réunion publique le 1er décembre dernier. A cette occasion, 105 questionnaires ont été remplis et retournés en mairie. Le scénario 1-b, correspondant à la boucle en sens unique (chaussée Jules César /chemin de la Butte de la Bergère – Gambetta) a été plébiscité. Les justifications portent principalement sur le gain en fluidité de circulation, la limitation des pertes de stationnement et l’équité entre les riverains du quartier par cette répartition des flux routiers.
Cette option n’était pas celle que la CAVP mettait en avant, avant la réunion. La CAVP préconisait la solution 2 avec refuges, solution qui été la moins retenue par le public.
Il nous paraît opportun de tester l’option plébiscitée, en grandeur réelle, sur le terrain. Ce dispositif sera testé durant 3 mois à compter du 18 avril prochain.
Aménagements prévus à court terme pour sécuriser les nouveaux parcours :
– information sur le bulletin municipal,
– avis aux riverains 15 jours avant la mise en test du dispositif,
– panneaux d’information et de mise en garde
– mise en place de la signalisation de police ,
– matérialisation des zones de stationnement,
– présence accrue de la police municipale.

Indicateurs :
– étude trafic ( mise en place de points de comptage sur voirie pour connaître les flux et la vitesse)
– enquête auprès des conducteurs pour connaître leurs points de départ et de destinations.

Une réunion publique sera organisée au terme de cette période afin de restituer l’évaluation du test.»

Circulation, un débat à sens unique

4propositionsLa municipalité et la communauté d’agglomération ont engagé une réflexion pour réorganiser les flux de circulation sur la chaussée Jules César entre le centre ville et le rond-point de la Bergère. En menant son analyse sur un périmètre trop restreint, elles n’ont pas réussi à proposer une solution satisfaisante. Les 4 scenarii proposés étaient très similaires (un seul sens de circulation est-ouest était proposé). Cette présentation limitée n’a pas permis une véritable concertation avec les riverains.

Pire, la solution retenue ensuite par la municipalité (n°1b ci-dessus) va générer des coûts d’aménagement élevés sans régler les problèmes :

  • les collectivités vont devoir réaménager deux voies sur toute leur longueur : la chaussée Jules César et le chemin de la Butte de la Bergère. Ce dernier n’a pas le gabarit ni le profil adapté pour recevoir autant de nouveaux flux de circulation. De plus, il sera confronté à la nécessité d’avoir au moins un trottoir aux normes (1,20m sans mobilier urbain et sinon 1,40 m) ;
  • et les trajets entre l’Ouest et l’Est de la commune vont rester difficiles, sans parler du danger lié à la configuration et à la pente de l’avenue Gambetta.

Se poser (enfin) les bonnes questions…

A plusieurs reprises ces dernières années, nous avons formulé des propositions concrètes pour répondre à ces enjeux. Encore faut-il se poser les bonnes questions et réfléchir à la bonne échelle. Selon nous, la municipalité doit agir sur l’ensemble de la commune autour de 3 orientations :

  • définir une organisation des flux entre l’Ouest (zone industrielle, collège, salle omnisport) et l’Est (centre-ville et gare) en s’appuyant sur les grandes voies de circulation, c’est-à-dire celles qui ont un gabarit et un profil adaptés pour recevoir des flux importants en toute sécurité
  • préserver et sécuriser les voies secondaires de la commune : ces voies doivent servir uniquement à desservir les riverains et le trafic doit donc y être limité. Cela peut passer par une réorganisation du stationnement, voire la mise en sens unique pour réduire les vitesses et les accidents ;
  • créer des parcours de pistes cyclables sécurisées pour desservir les principaux équipements de la commune dont le collège, les écoles, le centre-ville ou encore la gare : ces voies sécurisées peuvent être aménagées sur les principaux axes de circulation si leur largeur le permet ou bien sur des voies secondaires mises en sens unique ;

… pour trouver les bonnes réponses

Si tout le monde convient de la nécessité de passer la chaussée Jules César en sens unique du fait de sa faible largeur, le fait de réfléchir à l’échelle de l’ensemble de la commune montre qu’il est beaucoup plus pertinent de retenir le sens Ouest-Est.

notreproposition

Cette option offre de nombreux avantages :

  • un report des flux de circulation sur des voies ayant un gabarit adapté, ce qui réduit les risques et les nuisances pour les usagers et les riverains,
  • des coûts d’aménagement limités puisqu’il ne serait nécessaire de requalifier quasiment que la chaussée Jules César sur le tronçon central en sens unique,
  • et enfin la possibilité de renforcer la création d’une centralité à l’Ouest de la commune pour accueillir des commerces et services de proximité à destination des habitants et des salariés des entreprises de la zone industrielle (l’augmentation des flux est en effet un gage de soutien à ces activités).

Question sur notre futur pôle gare

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 24 septembre par votre élu, Pascal SEIGNÉ :

Question-orale-PS«Madame le Maire, Vous avez transféré à la Communauté d’Agglomération le pôle Gare. Celui-ci fera l’objet prochainement d’un aménagement porté par Le Parisis.
Pouvez-vous nous détailler l’échéance de ce projet et les contours de l’opération (stationnement payant ou pas, circulation modifiée, incorporation de circulations douces, aménagement d’une gare routière…) ?
Y aura-t-il une présentation aux élus et une concertation auprès des riverains et commerçants?
Pour une meilleure lisibilité de nos échanges, je vous remercie de bien vouloir inscrire au procès-verbal de ce Conseil Municipal cette question, ainsi que votre réponse et les débats qui en découlent.»

Réponse de Mme le Maire :

«Le pôle gare de Beauchamp et sa modernisation ont été déclarés d’intérêt communautaire par la communauté d’agglomération Le Parisis en février 2014. Concomitamment les espaces publics correspondants, à savoir la place de la gare, l’avenue de la gare entre la RD106 et la place de la gare et l’allée des Troënes entre la Chaussée Jules César et la place de la gare ont été déclarés d’intérêt communautaire. Néanmoins, le transfert effectif de gestion de ces espaces publics, comme du parking de la gare, est bloqué du fait que le dossier des échanges fonciers entre l’aménageur de la ZAC de la Gare et la ville a pris à une époque beaucoup de retard. Il y a en effet quelques parcelles privées qui sont encore inclues à l’intérieur du périmètre de la place de la gare et du parking de la gare, notamment.

Par contre cette situation n’interdisait pas à la Communauté d’agglomération, désormais maître d’ouvrage de la modernisation du pôle gare, d’avancer dans ses réflexions et d’initier l’indispensable étude de faisabilité.

Le travail d’études va commencer avec la Communauté d’agglomération, le STIF, la ville de Beauchamp, le Conseil départemental, les Cars Lacroix et, bien sûr SNCF-Réseaux et SNCF-Mobilité.

L’étude de faisabilité, qui est complexe, doit durer près d’un an, en quatre phases. Elle débouchera sur un projet finalisé et partagé par les différents acteurs, dont personne ne connaît encore les contours ni, encore moins, le contenu.»

Un PLU toujours incomplet

Malgré les deux réserves émises par le commissaire enquêteur à l’issue de l’enquête publique, la majorité municipale a approuvé lors du conseil municipal du 25 juin un PLU quasiment identique au projet initial.

Un manque d’évaluation du risque d’inondation dans le quartier de la Bergère

Suite à notre interpellation, le commissaire enquêteur a indiqué dans son rapport qu’il fallait réaliser une étude approfondie pour évaluer le risque d’inondations et de mieux comprendre le lien entre des « éventuelles remontées de nappe » et la « saturation du réseau d’assainissement ». Alors qu’aucun élément d’analyse complémentaire n’a été apporté au dossier ni à la connaissance du conseil municipal, la majorité a tout de même décidé de réduire les contraintes réglementaires sur l’usage des sous-sols. Mais sans le regard d’un expert indépendant, on peut légitimement s’interroger sur l’impact de ce choix vis-à-vis de la sécurité et du cadre de vie des riverains.

Pas de prise en compte de l’augmentation du trafic routier

Là encore, pour répondre à la demande du commissaire enquêteur de réaliser un véritable plan de circulation, la municipalité indique juste qu’une étude allait être menée prochainement par la communauté d’agglomération pour requalifier la chaussée Jules César. Mais ce n’est pas cela qui permettra d’améliorer les liaisons entre les quartiers, l’accessibilité aux équipements et aux commerces, les conditions de stationnement dans le centre-ville et près de la gare, etc…
Certes, au regard de notre situation financière, il est urgent d’enrayer le dépeuplement de la commune et de permettre la construction de nouveaux logements pour tous et ainsi de se mettre en conformité avec la loi. Mais pas n’importe où, pas n’importe comment, pas en juxtaposant des programmes de logements les uns à côté des autres sans s’interroger sur leur intégration dans la ville, les flux générés, les liaisons à créer vers les services et commerces de proximité.

De (trop) timides avancées

On pourrait néanmoins se satisfaire de la prise en compte de certaines de nos remarques comme la protection du Parc arboré et la prise en compte de la spécificité du rond-point de la Chasse. Mais là encore, aucune règle n’a été réellement définie, cela reste donc symbolique.

En se refusant de répondre aux réserves du commissaire enquêteur, la majorité a fait le choix d’affaiblir la procédure du PLU dans son ensemble. Notons que l’enquête publique a suscité plusieurs distributions de tracts anonymes nuisibles à une contribution objective des Beauchampois. Cela témoigne, encore une fois, de l’incapacité de la majorité à accepter le débat et à apporter des réponses à la hauteur des enjeux de notre commune.
C’est pourquoi les élus d’Alternative Citoyenne pour Beauchamp ont refusé de participer au vote lors du conseil municipal qui a approuvé le PLU.

Janvier/Février 2015 : PLU : votre mobilisation va compter

[Mise à jour 01/02/2015] : L'enquête publique est ouverte à partir du 02/02/2015 jusqu'au 14/03/2015. Notre dossier complet ici.

La phase de concertation avec la population ayant été interrompue après l’unique réunion publique, la majorité municipale a refusé de prendre en compte les interrogations et demandes de vos élus avant de soumettre le projet de Plan Local d’Urbanisme aux services de l’État. C’est désormais aux Beauchampois de saisir l’opportunité de s’exprimer sur ce dossier déterminant l’avenir de notre commune, de notre patrimoine, de sa valeur et de nos conditions de vie pour le futur.
L’immobilisme de la précédente majorité oblige aujourd’hui à développer le logement locatif aidé pour se conformer à la loi et éviter que l’État ne le fasse à notre place, mais aussi pour accueillir nos jeunes Beauchampois. Bien sûr, nous continuerons à agir pour que ces constructions ou réhabilitations soient en harmonie avec notre environnement.

Venez consulter le dossier et formuler votre avis sur le registre ou auprès du commissaire enquêteur.

Comme nous, venez marquer votre désapprobation :

  • sur la concertation réduite à une seule réunion publique ;
  • sur le diagnostic erroné du quartier de la Bergère qui empêchera toute construction de sous-sol ;
  • sur le manque de vision d’avenir pour notre quartier ouest (Stade) qui accueille pourtant des équipements, des logements et une activité économique ;
  • sur le défaut de règles d’installation du commerce et de l’artisanat qui peuvent s’implanter sur presque tous les secteurs de la commune au risque de générer des nuisances pour les riverains ;
  • sur l’absence d’étude sur les déplacements et le stationnement ;
  • sur la non protection du Rond-Point de la Chasse, du Parc arboré et des espaces boisés de certains quartiers.

Ce projet de PLU comporte à la fois des lacunes, des approximations et des insuffisances. Il doit être amélioré, faites le savoir.

Patrick PLANCHE, Christelle TAKACS, Pascal SEIGNÉ vos conseillers municipaux et Alternative Citoyenne pour Beauchamp vous adressent leurs meilleurs vœux 2015 pour une ville qui sait entendre les préoccupations de ses habitants.

Question de sécurité autour de nos écoles

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 2 octobre par votre élue, Sylvia CERIANI :

Question-orale-SC« Comme les parents beauchampois, nous sommes préoccupés par de nombreux problèmes de sécurité qui mettent en danger nos enfants aux abords des écoles de Beauchamp.
Des alertes remontées par des parents d’élèves sur les conditions d’accès à nos équipements scolaires sont restées sans réponse des élus qui vous ont précédé.
Que ce soit la signalisation de la proximité des écoles, le respect du stationnement de proximité, la présence d’agent de circulation ou la sécurisation des arrêts de bus, la situation a peu évolué pour garantir une meilleure sécurité.
Aujourd’hui avec l’application de nouveaux temps de sortie, les parents ont désormais constaté l’absence complète de périmètre de sécurité autour des écoles élémentaires et ceci de manière irrégulière alors que parents et enfants continuent de circuler en pensant que le périmètre protégé est établi.
Pouvez-vous nous expliquer la cause de ces absences de protections et les actions que vous avez entreprises depuis votre élection pour renforcer la sécurité aux abords de nos écoles ?
Pour une meilleure lisibilité de nos échanges, je vous remercie de bien vouloir inscrire au procès-verbal de ce Conseil Municipal cette question, ainsi que votre réponse et les débats qui en découlent. Veuillez agréer, Madame le Maire, mes salutations les meilleures »

Réponse de Mme le Maire :

« Les effectifs de notre police municipale ne permettent pas une présence certaine à chaque entrée ou sortie d’école. Ils peuvent être appelés sur une autre mission.
Nous recrutons toujours des personnes afin d’assurer les entrées ou sorties au moment où il y a le plus d’enfants (8h30 et 15h45).
A la suite des différents échanges avec les directeurs d’école, les membres de la commission des affaires scolaires, et l’Inspecteur départemental, il est envisagé de réduire progressivement le périmètre de sécurité autour des écoles élémentaires, tout en développant en parallèle un projet éducatif sur la sécurité routière. En effet, il est constaté que les enfants ont pris de mauvaises habitudes en prenant possession de la chaussée, en ne réalisant plus la différence entre les trottoirs et la rue, ce qui est dangereux.
Un projet de réaménagement des voies du périmètre scolaire est actuellement en cours d’élaboration par les services techniques en vue d’une présentation aux prochaines commissions communales « travaux-voirie » et « sécurité-circulation ».
Les voies concernées sont :
– L’avenue Pasteur dans sa partie comprise entre les avenues Anatole France et Pierre Curie
– L’avenue Paul Bert dans sa partie comprise entre les avenues Roger Salengro et Pierre Sémard
– L’avenue Roger Salengro dans sa partie comprise entre l’avenue Anatole France et la place Jean Jaurès
Au total environ 700 m
Les principales orientations de ce projet se traduisent par :
– Réfection totale et mise en accessibilité des voiries et trottoirs
– Création de zones « 30 »
– Sécurisation des traversées piétonnes sur ce périmètre
– Sensibilisation des utilisateurs par un renforcement des signalisations verticales et horizontales
Je vous rappelle que cette opération est intégrée dans la convention des « Fonds de concours » et bénéficiera à ce titre d’une participation de la Communauté d’Agglomération Le Parisis à hauteur de 50%.»

Question de stationnement non règlementaire

Question orale posée lors du Conseil Municipal du 28 août par votre élu, Pascal SEIGNÉ :

Question-orale-PS« Lors de la commission Travaux Voirie du 25 juin, vous avez décidé avec vos collègues de procéder à la réservation d’un emplacement réservé pour personnes handicapées face au 92 avenue Anatole France malgré mes remarques sur le précédent que créerait cette décision répondant à une demande individuelle.
Un maire peut être sensible à la demande d’une personne handicapée ou à mobilité réduite, la réservation de cette place de stationnement aux titulaires de la carte de stationnement répondant à un besoin réel.Toutefois, la réglementation encourage le maire à avoir une réflexion globale. Ainsi, les places de stationnement réservées doivent être réparties de manière homogène sur la totalité de la voirie de la commune, selon un plan de zonage élaboré après avis de la commission communale pour l’accessibilité aux personnes handicapées (CAPH) ou dans le cadre du plan de
mise en accessibilité de la voirie et des aménagements des espaces publics (PAVE) (article 1er-8° de l’arrêté du 15 janvier 2007).
De plus, pendant cette même commission, le Directeur des Services Techniques a indiqué qu’une telle réservation ne pourrait être règlementaire du fait de la largeur de chaussée qui empêche la création d’un tel emplacement.
Début août, il a été, malgré tout, procédé au marquage de cet emplacement non règlementaire provoquant la surprise et l’incompréhension des riverains qui disposent déjà d’emplacements peu nombreux. Rappelons que le principe général de la politique de stationnement des personnes handicapées ou à mobilité réduite est de créer des places de stationnement à proximité des
bâtiments qui génèrent des déplacements comme les grands équipements municipaux (mairie, stade, musée, école, etc.), les services et aménagements de la ville (commerces, jardins publics…) et les bâtiments d’habitation. Le but est bien de limiter la distance à parcourir entre ces places de stationnement et l’entrée de l’immeuble ou du commerce où les personnes handicapées ou à mobilité réduite souhaitent se rendre.
Sachant que la Ville de Beauchamp est responsable, en tant que gestionnaire de la voie ou autorité détentrice du pouvoir de police, d’une signalisation routière conforme, comment expliquer un tel marquage ?
Les Beauchampois doivent-ils comprendre qu’ils peuvent obtenir sur simple demande auprès des élus de la majorité des aménagements non règlementaires ? Comment ce marquage peut-il être conservé malgré sa non-conformité ?
Pour une meilleure lisibilité de nos échanges, je vous remercie de bien vouloir inscrire au procès-verbal de ce Conseil Municipal cette question, ainsi que votre réponse et les débats qui en découlent. Veuillez agréer, Madame le Maire, mes salutations les meilleures »

Réponse de Mme le Maire :

«Une présentation de création de places réservées, consécutives à des demandes de Beauchampois titulaires d’une carte d’handicapé, a été réalisée lors de la commission Travaux-Voirie du 25 juin dernier où vous étiez présent et à l’issue de laquelle, un avis favorable a été prononcé pour une mise en œuvre sur l’avenue Anatole France et l’avenue Voltaire. En vertu de l’article L 2213-2 du code général des collectivités territoriales, le maire est effectivement compétent pour réserver des places de stationnement sur toutes les voies ouvertes à la circulation publique de sa commune. Ces dispositions, qui ne sont pas des aménagements mais une simple mise en œuvre de marquage, répondent donc effectivement à un besoin réel, même si elles ne concourent pas à la création d’emplacements réservés tel que définis strictement par les textes, d’où l’absence de signalisation verticale. Ces décisions traduisent la volonté municipale d’apporter une solution de mieux vivre à nos concitoyens et permettent de sensibiliser les utilisateurs du domaine public en valorisant leur sens civique. »

Arrêt du projet de PLU – Notre déclaration au CM du 03/07/14

Après l’envoi en lettre recommandé avec avis de réception le 10/6 dernier aux membres de la commission PLU d’un CD-ROM contenant le projet provisoire, nous nous étonnons de la non-transmission du document définitif qui est présenté au vote aujourd’hui. A titre indicatif, les fichiers précédemment reçus pouvaient tout à fait être transmis par messagerie électronique.

Ces documents sont indispensables à chaque élu pour prendre connaissance du projet.

Le délai minimum légal que vous observez pour la convocation du conseil municipal ne permet toujours pas aux élus de pouvoir préparer correctement les réunions d’élus, ce d’autant lorsque vous leur demandez d’aller chercher l’information en Mairie.

Sur le fond, suite aux différentes commissions, nous constatons que le projet a très peu évolué reprenant les choix de la précédente équipe malgré nos positions exprimées depuis 2012.

Concernant le caractère boisé de notre commune :

Le POS dans l’article 13 concernant la zone UH indique :

Les demandes d’autorisation d’utilisation ou d’occupation du sol, portant sur les propriétés boisées, ne peuvent mettre en cause le boisement ou en compromettre le caractère. Elles doivent comporter un relevé des plantations existantes indiquant leur essence, leur taille et leur état.

Tout arbre abattu doit être remplacé par un arbre d’essence équivalente, de taille minimum 12/14.

Les parties du terrain, non construites et non occupées par les parcs de stationnement et voies privées, doivent être plantées à raison d’au moins un arbre de haute tige (sauf peupliers) par 200 m² d’espace non construit.

Dans le projet que nous avons eu entre les mains, aucune disposition ne garantissait la même préservation. Nous nous en sommes inquiétés pendant la réunion publique du 10/6 sans autre considération.

De même, nous avons attiré l’attention sur l’absence de protection particulière sur le Rond-Point de la Chasse pour y sauvegarder son caractère. Aucune suite n’a été donnée, ce Rond-Point se trouverait donc avec le même règlement que le reste de la zone avec l’implantation possible de commerces ou d’artisans et une hauteur maximale de 11 m. au faîtage.

Concernant le commerce et l’artisanat :

Il n’y a pas de réflexion suffisamment forte sur le commerce et donc sur les centralités. Le commerce est autorisé dans de nombreux secteurs (UA, UB et UH mais pas dans UC). Il n’y a donc aucune réflexion pour organiser le commerce alors qu’il faudrait le concentrer dans les centralités (centre-ville, carrefour Delcroix et secteur ouest face au centre de loisirs).

Il n’y a pas de réflexion suffisamment aboutie sur l’activité économique au sens large : où autoriser chaque type d’activité pour créer des synergies entre les entreprises et éviter les nuisances sur les espaces résidentiels ?

Il n’est pas non plus pertinent d’autoriser les artisans (même sans nuisances) dans les zones UB et UH. Il faudrait les autoriser en zone UA et dans des lieux dédiés (en zone industrielle).

Concernant le secteur ouest de la commune :

Il n’y a pas de vision d’ensemble. On autorise des opérations dans les terrains libres mais il n’y a pas de réflexion urbaine pour reconnecter les secteurs entre eux. Dès lors, ces opérations vont contribuer à renforcer la juxtaposition d’opérations sans lien entre elles, de quartiers en « impasse » sans cohérence.

Il reste des questions jamais traitées :

Quelle réflexion sur les axes de mobilité ? L’aménagement urbain doit se faire autour des axes identifiés.

Comment sommes-nous connectés aux autres PLU ? Quelle synergie avec les équipements et projets de Taverny ?

A la fois sur le fond et sur la forme, pour toutes ces raisons, nous demandons au conseil municipal de repousser l’arrêt du projet d’élaboration du PLU afin d’étoffer sa cohérence.

Conseil Communautaire ce lundi 3 février

Carte intercommunalité Le Parisis

Le prochain Conseil Communautaire aura lieu le lundi 3 février à 20h30 à Beauchamp- 95250- salle Omnisport- 25 avenue Curnonsky

Continuer la lecture